Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

Flash...Flash...Flash
Mille-Sabords survit uniquement grâce aux dons de ses membres, MERCI !!!>


> Modération

Bienvenue dans la section Histoire et Techniques de Mille-Sabords !

Dans l'intérêt de tous, il est demandé d'éviter les hors sujets et les dérives dans les messages. Nous souhaitons que ce forum soit une source d'information et d'apprentissage pour les membres et que les informations y soient claires et facilement accessibles. La modération sera faite dans ce sens.

Merci de votre coopération et bonne lecture !

10 Pages V  « < 8 9 10  
Reply to this topicStart new topic
> Les "U-Boote" de la seconde guerre mondiale en photos, Répertoire photos des U-Boote (WWII)
U796
posté lundi 04 dcembre 2017 à 22:53
Message #226


*****
Bonne brise

Groupe : Membres
Messages : 417
Inscrit : 11/05/2008
Lieu : Vouneuil-sous-Biard (86580)
Membre no 9820



U-190 (Type IXC/40)
Construction ordonnée le 4 novembre 1940.
Mise en chantier le 7 octobre 1941 au chantier AG WESER à Brême (werk 1036).
Lancé le 8 juin 1942.
Commissionné le 24 septembre 1942 sous les ordres du Kptlt. Max Wintermeyer.



4e Flottille Stettin du 24/09/1942 au 28/02/1943 (entraînement).
2e Flottille Lorient du 01/03/1943 au 30/09/1944 (front boot).
33e Flottille Flensburg du 01/10/1944 au 01/05/1945 (front boot).
Reddition le 14 mai 1945 à Bay Bulls à Terre-Neuve.

Kaleun
:

Kptlt. Max Wintermeyer du 24/09/1942 au 05/07/1944

Oblt. Hans-Erwin Reith du 06/07/1944 au 01/05/1945

Emblèmes
:


Photos :







Succès
: 2
- 8 Mars 1943 à 21h55 : S.S. "Empire Lakeland" (cargo à vapeur de 7015 tonnes, traînard du convoi SC 121), carreau AK 3814, torpilles - 58°N 15°O
- 16 Avril 1945 à 19h30 : NCSM "Esquimalt" (dragueur de mines de Classe "Bangor" de 590 tonnes), torpille 'Gnat' - 44°28'N 63°10'O

Patrouilles et anecdotes : 10
Patrouille 1 :
Départ de Kiel le 20 février 1943 pour opérer dans l’Atlantique Nord.
Le 6 mars, à l’Ouest de l’Islande, le U-190 rejoint la meute Neuland (16 U-Bootes). Le 7 mars, onze u-bootes les plus au nord reçoivent la mission de naviguer au Nord à la recherche du convoi SC 121 et de former la meute Ostmark. Ce convoi est composé de soixante-neuf bâtiments marchands escortés par vingt-trois navires de guerre.
Le 8 mars, en fin de journée, le U-190 détecte un retardataire du convoi, le SS. Empire Lakeland (GB de 7015 tn).

A 21h55 le 8 mars 1943, le U-190 envoie par le fond ce marchand naviguant sans escorte avec deux torpilles à 500 miles à l’est du Cap Farewell. 64 membres d’équipage perdront la vie, dont le pacha.
L’opération contre le convoi SC 121 prendra fin le 11 mars avec 12 navires coulés.
Les U-Bootes des meutes Burggraf et Ostmark ayant suffisamment de combustible vont former alors la meute « Stürmer ».
Le 14 Mars 1943, la meute fait mouvement, à l'Ouest vers Terre-Neuve, pour chercher le convoi SC 122. Le 16 Mars 1943, l'U-653 (K.L. Gerhard FEILER) le signale, mais c'est le convoi HX 229 et non le SC 122. Dans la nuit du 16 au 17 Mars 1943, le groupe "Stürmer" fait route vers le Nord et entre en contact avec le SC 122 et le HX 229. Les deux convois sont attaqués par les groupes "Stürmer", Dränger" et "Raubgraf". Pendant quatre jours, la bataille fait rage, avec au final vingt et un bâtiments coulés. L'U-384 (O.L. Hans-Achim von ROSENBERG-GRUSZCZYNSKI) est porté disparu. L'U-190 n'a pas de réussite. Après ravitaillement par un autre U-Boot, le U-190 entame son retour vers Lorient qu’il rejoint le 30 mars 1943.
Patrouille 2 :
Départ de Lorient le 1er mai 1943 pour opérer dans l’Atlantique Ouest.
A partir du 20 mai, le U-190 patrouille le long de la côte Nord-américaine sans résultat.
Le 28 mai 1943 il est attaqué par un avion B24 Liberator de l’USAF (Lt. J.M. Vivian) à 250 miles du Cap Henry. Les dommages sont sévères mais l’équipage sera en mesure de faire les réparations pour continuer la patrouille.
Entre juin et juillet, le U-190 va patrouiller entre Hatteras et les Bahamas, sans résultat.
A cause de l’augmentation de la protection aérienne dans les eaux Nord-américaines, le nombre de victoire va drastiquement diminuer pour les U-Bootes.
Le U-190 rejoint Lorient le 19 août 1943 sans victoire.
Patrouille 3 :
Départ de Lorient le 30 septembre 1943.Arrivée à Brest le 1er octobre 1943.
Patrouille 4 :
Départ de Brest le 17 octobre 1943 pour opérer dans l’Atlantique centre.
Le U-190 va patrouiller sans relâche à hauteur de la côte Nord du Brésil, entre l’embouchure de l’Amazone et le Natal, sans résultat.
Le 23 octobre 1943, alors qu’il escorte le convoi GUS 18, le destroyer US USS Turner (DD-648) engage un U-Boot en surface devant le convoi. C’est le U-190. Ce dernier pourra plonger et éviter les charges de profondeur du destroyer.
Il rejoint Lorient le 15 janvier 1944 sans victoire.
Patrouille 5 :
Départ de Lorient le 7 mars 1944, retour le 8 mars.
Patrouille 6 :
Départ de Lorient le 11 mars 1944, retour le 12 mars.
Patrouille 7 :
Départ de Lorient le 16 mars 1944 pour opérer dans l’Atlantique centre.
Le U-190 va patrouiller dans le Golfe de Guinée jusqu’à la mi-mai avant de rejoindre Lorient le 20 juin 1944 après un passage à l’Ouest de Freetown.
Le 6 juillet 1944, l’Oblt Hans-Edwin Reith prend le commandement du U-190.
Patrouille 8 :
Départ de Lorient le 17 août 1944 vers la Norvège.
Pendant cette patrouille, le U-190 va tester son nouveau schnorkel.

Arrivée à Flensburg le 4 octobre 1944.
Patrouille 9 :
Départ de Kiel le10 février 1945 pour rejoindre Horten le 14 février.
Patrouille 10 :
Départ d’Horten le 19 février 1945 vers les eaux canadiennes.
A compter du 25 mars, le U-190 va patrouiller au Sud de la Nouvelle Ecosse.
Le 16 avril 1945, il envoie par le fond avec 44 marins le dragueur de mines canadien HMCS Esquimalt (J 272) de 590 tn.

À la fin de la guerre sous-marine (4 et 5 Mai 1945), il croise avec l'U-889 (K.L. Friedrich BRAEUCKER) aux larges des côtes canadiennes. Ils sont les deux derniers U-Bootes présents dans les eaux canadiennes.

Le 11 Mai 1945, l'U-190 capitule et le 14 Mai 1945, escorté, il arrive à Bay Bulls à Terre-Neuve.


En Juin 1945, il est mis en service dans la Marine Royale Canadienne.
Pendant l'été 1945, il fait escale dans le Saint Laurent et visite les ports qui ont participé à la guerre anti-sous-marine.
Du 7 septembre 1945 au 24 juillet 1947, il sert à l'entraînement anti-sous-marin.
Le U-190 est détruit le 21 octobre 1947 ("Trafalgar Day") par des avions du 826 et 883 Sqn RCAF et des torpilleurs du Royal Canadian Navy (H.M.S. "Nootka", H.M.S. "New Liskeard") près de la 'tombe' de HMCS Esquimalt, sa dernière victime.

Liens
:
http://www.uboat.net/boats/u190.htm
http://u-boote.fr/u-190.htm


--------------------
Citation
A me suivre, tu passes !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
U796
posté mardi 05 dcembre 2017 à 11:18
Message #227


*****
Bonne brise

Groupe : Membres
Messages : 417
Inscrit : 11/05/2008
Lieu : Vouneuil-sous-Biard (86580)
Membre no 9820



U-191 (Type IXC/40)
Construction ordonnée le 4 novembre 1940.
Mise en chantier le 2 novembre1941 au chantier AG WESER à Brême (werk 1037).
Lancé le 3 juillet 1942.
Commissionné le 20 octobre 1942 sous les ordres du Kptlt. Helmut Fiehn.

4e Flottille Stettin du 20/10/1942 au 31/03/1943 (entraînement).
2e Flottille Lorient du 01/04/1943 au 23/04/1944 (front boot).
Coulé le 23 avril 1943 dans l’Atlantique au Sud-Est du Cap Farewell par les charges de profondeur du destroyer britannique HMS Hesperus en position 56.45N,34.25W.

Kaleun :

Kptlt. Helmut Fiehn du 20/10/1942 au 23/04/1943.
Emblèmes :


Photos :

(U-191)

Succès : 1
- 21 Avril 1943 à 18h30 : S.S. "Scebeli" (cargo à vapeur de 3025 tonnes du convoi ON 178), carreau AJ 2895, torpille.

Patrouilles et anecdotes
: 1
Patrouille de liaison :
Départ de Kiel le 11 mars 1943 pour rejoindre Bergen le 15 mars 1943.
Patrouille 1 :
Départ de Bergen le 17 mars 1943 pour opérer dans l’Atlantique Nord.
Le U-191 va rejoindre la meute « Seeteufel » créée le 21 mars au Sud de l’Islande pour agir contre le convoi ONS 1 (39 marchands et 19 escorteurs). Cette meute comptera jusqu’à 17 U-Bootes.
La meute escomptait que le convoi croise la ligne de patrouille le 22 mars. Le convoi ne fut pas détecté. La meute fit donc route à l’Ouest à sa recherche, sans résultat.
Le 26 mars, la ligne de patrouille rejoint le Cap Farewell puis fait route au Sud-Ouest pour se joindre à la meute « Seewolf » pour former une ligne de patrouille de plus de 800 miles.
Des mâts et un porte-avions d’escorte seront aperçus au centre du dispositif dans l’après-midi du 26 mars (convoi ON ?) sans pouvoir confirmer le renseignement.
Le 28 mars, la meute « Seeteufel » reçoit l’ordre de concentrer ses efforts pour localiser le convoi HX230 localisé par le U-305 le 27 mars. Cependant, la dégradation des conditions météo et la formation d’un ouragan vont remettre en cause la mission.
L’opération prend fin le 30 mars au Nord-Ouest de l’Irlande.
Le 3 avril 1943, le U-191 rejoint 13 autres U-Bootes pour former la meute « Löwerherz » à 400 miles au Sud-Est du Cap Farewell.
La meute prendra la direction de l’Ouest et, le 4 avril, tombe sur le convoi HX231.
Ce convoi comporte 67 navires marchands et une escorte de 19 bâtiments de guerre.
La meute va harceler le convoi pendant 3 jours et envoyer 6 navires par le fond. Le U-191 n’aura pas l’occasion de s’illustrer.
A compter du 8 avril, le U-191 et les U-Bootes ayant suffisamment de combustible vont former la meute « Lerche ».
Le 11 avril, le convoi HX232 est détecté dans l’Atlantique Nord à 1100 miles au Sud-Est du Cap Farewell.
Quatre marchands seront coulés avant que le renforcement de la couverture aérienne repousse les attaques des U-Bootes. Le U-191 n’a toujours pas ouvert son tableau de chasse.
Mi-avril, le U-191 est ravitaillé au Nord des Açores par le U-462.
Il rejoint alors la meute « Meise » qui est localisée au Nord-Est de Terre-Neuve.
Le 20 avril, des renseignements du QG BdU annoncent l’arrivée du convoi HX234 à l’Ouest de la ligne de patrouille. La meute au complet se dirige alors à vitesse maximum au Nord-Ouest pour intercepter le convoi.
Le 21 avril, le U-306 détecte le convoi. Au même moment, le U-706 qui se dirigeait vers le HX234, tombe sur le convoi ON-178.
La meute « Meise » reçoit l’ordre se séparer en deux groupes pour attaquer les deux convois.
Le U-191 est dirigé vers le convoi ON-178 (59 navires marchands et 19 bâtiments d’escorte).
Le 21 avril 1943 vers 18h30, le U-191 passe à l’attaque du convoi.
Il tire deux torpilles contre le SS. Scebeli, un norvégien de 3025 tn situé en position n°41 dans le convoi.

(SS. Scebeli)
Le marchand est frappé par une torpille à la proue côté bâbord. Très vite il prend une gîte bâbord qui pousse l’équipage à abandonner le navire dans trois canots de sauvetage. Ces derniers vont rester autour du navire pour repêcher les survivants. Un marin a été tué par l’explosion, un second s’est noyé.
Le destroyer HMS Hurricane (H 06) et la frégate HMS Kale (K 241) vont rechercher le U-191 sans succès pendant deux heures avant de retourner sur l’épave du Scebeli pour récupérer les naufragés.
Le brouillard et la neige vont faire perdre le contact avec le convoi.
Le 23 avril, le U-732 détecte le convoi ONS-4 au Sud-Est du Cap Farewell.
Le U-732 doit abandonner la poursuite par manque de carburant. Le U-191 prend la relève à l’affût du convoi.

Le 23 avril 1943 dans l’après-midi, le U-191 est localisé alors qu’il vient d’envoyer un message à BdU indiquant la position du convoi ONS-4.
Le destroyer HMS Desperus (H 57) va foncer à toute machine vers le U-191 accompagné de la corvette HMS Clematis.
Après s’être approché de la zone de plongée du U-191, le destroyer réalise une première attaque avec les charges hérissons (Hedgehog). L’attaque échoue car les dispositifs de sécurité des hérissons n’ont pas été enlevés…..

(HMS Hesperus)
Il initie une attaque avec des charges de profondeur. Il utilise des nouvelles charges d’une tonne lancée par un tube lance-torpilles puis envoie une nouvelle salve hérissons.
Deux énormes explosions sous-marines sont entendues.
Le U-191 est détruit avec ses 55 membres d’équipage 56.45N, 34.25W.



Liens :
http://www.uboat.net/boats/u191.htm
http://u-boote.fr/u-191.htm


--------------------
Citation
A me suivre, tu passes !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
U796
posté mardi 05 dcembre 2017 à 15:38
Message #228


*****
Bonne brise

Groupe : Membres
Messages : 417
Inscrit : 11/05/2008
Lieu : Vouneuil-sous-Biard (86580)
Membre no 9820



U-192 (Type IXC/40)
Construction ordonnée le 4 novembre 1940.
Mise en chantier le 27 novembre1941 au chantier AG WESER à Brême (werk 1038).
Lancé le 30 juillet 1942.
Commissionné le 16 novembre 1942 sous les ordres de l’Oblt. Werner Happe.

(U-192)
4e Flottille Stettin du 16/11/1942 au 30/04/1943 (entraînement).
10e Flottille Lorient du 01/05/1943 au 06/05/1944 (front boot).
Coulé le 6 mai 1943 dans l’Atlantique Nord, au Sud du Cap Farewell par charges de profondeur de la corvette HMS Pink en position 54.56N, 43.44W.

Kaleun :

Oblt. Werner Happe du 16/11/1942 au 06/05/1943.

Emblèmes
:


Photos :

(Oblt. Happe dans le kiosque du U-192)


(Equipage du U-192)

Succès
: 0

Patrouilles et anecdotes : 1
Patrouille 1 :
Départ de Kiel le 13 avril 1943 pour opérer dans l’Atlantique Nord.
Le U-192 va, dans un premier temps, rejoindre la meute « Star » au Sud-Ouest de l’Islande.
Le 28 avril, la meute en ligne de patrouille attend le convoi ONS-5. Ce dernier passera plus au Nord. Les très mauvaises conditions climatiques empêchent la meute de poursuivre le convoi.
Le 29 avril, cinq U-Bootes de la meute sont au contact du convoi. Seul le U-258 réussira à envoyer un navire par le fond.
Dans la nuit du 29 au 30 avril 1943, le U-192 se trouve en position d’attaque face au convoi. Cependant, la corvette HMS Snowflake l’a détecté et elle repousse l’agresseur.
Le 1er mai, le U-192 a réussi à s’approcher à nouveau du convoi. Il tire ses torpilles mais sans succès.
La meute « Star » est envoyée vers le Sud pour trouver le convoi SC-128 détecté à 200 miles Est du Cap Race.
C’est un échec de plus. Les meutes « Star » et « Specht » vont se réunir pour former une nouvelle ligne de patrouille dénommée « Fink » au Sud du Groenland.
Le 4 mai, un convoi croise la ligne de patrouille en son centre. C’est l’ONS-5 retardé par les mauvaises conditions climatiques.

Alors qu’il s’apprête à attaquer le convoi, le U-192 est détecté par la corvette HMS Pink (K 137) au Sud du Groenland.

(HMS Pink)
Cette dernière va s’acharner sur le U-Boot pendant plusieurs heures. A la septième attaque avec ses charges « hérissons » (Hedgehog).

(Hedgehog : hérisson)
Le U-192 est détruit emportant par le fond ses 55 membres d’équipage. Pas de survivant. Position estimée : 54.56N, 43.44W.


Liens
:
http://www.uboat.net/boats/u192.htm
http://u-boote.fr/u-192.htm


--------------------
Citation
A me suivre, tu passes !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
U796
posté mardi 05 dcembre 2017 à 18:28
Message #229


*****
Bonne brise

Groupe : Membres
Messages : 417
Inscrit : 11/05/2008
Lieu : Vouneuil-sous-Biard (86580)
Membre no 9820



U-193 (Type IXC/40)
Construction ordonnée le 4 novembre 1940.
Mise en chantier le 22 décembre 1941 au chantier AG WESER à Brême (werk 1039).
Lancé le 24 août 1942.
Commissionné le 10 décembre 1942 sous les ordres du Korvkpt. Hans Pauckstadt.

4e Flottille Stettin du 10/12/1942 au 30/04/1943 (entraînement).
2e Flottille Lorient du 01/05/1943 au 31/03/1944 (Front boot).
10e Flottille Lorient du 01/04/1944 au 23/04/1944 (front boot).

Kaleun :

Korvkpt. Hans Pauckstadt du 10/12/1942 au 31/03/1944

Oblt.® Dr. Ulrich Abel du 01/04/1944 au 23/04/1944.

Emblèmes :


Photos
:

(U-193 : équipage au complet)

(U-193 )

Succès : 1
- 3 Décembre 1943 : "Touchet" (pétrolier à turbine de 10172 tonnes), carreau DL 26, torpille

Patrouilles et anecdotes
: 3
Patrouille de liaison :
Départ de Kiel le 11 mai 1943 vers Bergen le 17 mai 1943.
Patrouille 1 :
Départ de Bergen le 22 mai 1943 pour opérer dans l’Atlantique centre.
Le U-193 intègre la meute « Trutz » dès fin mai au sud-Ouest des Açores. La meute est composée de 18 U-Bootes.
Elle est en position d’attente de deux convois : l’UGS9 et le GUS7A.
Le 4 juin, trois U-bootes situés les plus au sud de la ligne de patrouille sont attaqués par des avions provenant d’un porte-avions d’escorte. BdU estime qu’il s’agit de l’escorte du convoi UGS9. La meute reçoit l’ordre de serrer son dispositif et de se diriger vers le Sud-Est.
Le 5 juin après-midi, toujours pas de contact.
La meute doit se ravitailler. Elle prend la direction du Nord et retrouve le U-488 pour le ravitaillement. Quatorze U-Bootes seront ravitaillés entre le 7 et le 12 juin à l’Ouest des Açores. Pas le U-193.
Plus tard, BdU apprendra que le convoi était passé début juin bien au Sud du dispositif « Trutz ».
La meute va former trois lignes parallèles orientées Nord-Sud à compter du 16 juin : Trutz 1, 2 et 3.
Le U-193 se trouve dans Trutz 3.
Après avoir attendu en vain durant 6 jours le passage d’un convoi, les U-Bootes prennent la route de l’Est le 22 juin.
Ce même jour, un U-Boot détecte un convoi en route vers les Caraïbes à 300 miles plus au Sud.
BdU décide de ne pas poursuivre le convoi, ce dernier se trouvant sous la protection des avions basés en Afrique.
La meute va continuer sa route vers l’Est jusqu’au 27 juin puis stopper au Sud-Ouest des Açores.
Le 29 juin la meute est disloquée. Les U-Bootes sont dirigés vers le Portugal.
Le U-193 reçoit la mission d’agir en solitaire entre les îles Canaries et la côte africaine.
Le 6 juillet 1943, il est attaqué par un aéronef inconnu près des Canaries. Deux membres d’équipage sont blessés et le radar de détection METOX est détruit.
Dans ces conditions, le U-193 entame sa route retour vers Bordeaux. Arrivée le 23 juillet 1943.
Patrouille de liaison :
Départ de Bordeaux le 21 septembre 1943, arrivée à la Pallice le 21 septembre 1943.
Patrouille de liaison :
Départ de la Pallice le 27 septembre 1943, retour la Pallice le 28 septembre 1943.
Patrouille 2 :
Départ de la Pallice le 12 octobre 1943 pour opérer dans le Golfe du Mexique.
Fin octobre, le U-193 est ravitaillé par le U-488 à l’Est des Bermudes. Il traverse le détroit de Floride puis entre dans le Golfe du Mexique.
Le 3 décembre 1943, il croise la route du pétrolier US TT. Touchet (10172 tn) à 300 miles à l’Ouest du Cap Romano.

(Tanker Touchet lors de son lancement)
Il est 7h47 ce matin du 3 décembre. Le tanker Touchet navigue à la vitesse de 16,5 nœuds sans escorte. Une torpille va le frapper côté bâbord au niveau de la proue, 10 pieds sous la ligne de flottaison en créant un trou de plus de 20 pieds dans la coque.
Le tanker était équipé d’un détecteur de torpille (avertisseur sonore) qui a joué son rôle. L’équipage a engagé une manœuvre évasive, mais trop tard. Après l’impact, le tanker a fait machines avant toute dans la direction opposée dans une tentative d’évasion. Cependant, l’inondation va entrainer une gîte qui va forcer le navire à s’arrêter. L’avertisseur sonore va de nouveau retentir sans qu’il y ait d’impact.
L’équipage va alors abandonner le navire sans six canots de sauvetage. Seul, une équipe de 10 gardes avec un chef d’équipe va rester à bord pour armer les pièces de pont de 5 pouces.
A 8h22, le coup de grâce frappe la salle des machines côté tribord. Le tanker va couler par la poupe à 11h00.
Les hommes toujours à bord vont sauter à la mer et essayer de nager vers les canots. Mais la succion du navire en coulant va tous les entrainer vers le font à l’exception d’un seul survivant.
Après cette victoire, le U-193 va reprendre sa patrouille vers l’Ouest jusqu’à la côte mexicaine. Fin décembre, il croise par le canal du Yucatan et passe au Sud de Cuba. Il sort des Caraïbes en passant par le Pas de Windward et sera victime de deux attaques aériennes par des avions de l’US Navy sans conséquence.
Sur la route du retour, il est attaqué par un avion au Nord-Ouest du Cap Finistère (Espagne) le 9 février 1944. Les dommages sont si importants que le U-193 doit faire escale au port neutre d’El Ferrol (Espagne) le 10 février pour réaliser les réparations qui vont durer 10 jours.
Il existe une autre version de cet incident. En l’absence de compte rendu d’attaque de la Royal Navy le 9 février, il est envisagé que, suite à une alerte le 9 février à 1h27, le U-193 ait plongé en urgence jusqu’à toucher le fond marin, endommageant gravement la coque.
Le 20 février il quitte El Ferrol pour rejoindre Lorient le 24 février 1944 avec une victoire.
L’Oblt ® Dr. Ulrich Abel prend le commandement du U-193 le 1er avril 1944.
Patrouille 3 :
Départ de Lorient le 23 avril 1944 pour opérer dans l’Atlantique Nord.

Le U-193 va tout simplement disparaître lors de sa traversée du Golfe de Gascogne sans que l’on connaisse la cause. La Royal Navy comme les forces aériennes alliées n’ont jamais rendu compte d’une attaque sur U-Boot dans les jours suivant le départ du U-193 de Lorient.
Accident ou mine ?
Les 60 membres d’équipage ont disparu sans laisser de trace.


Liens
:
http://www.uboat.net/boats/u193.htm
http://u-boote.fr/u-193.htm


--------------------
Citation
A me suivre, tu passes !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
U796
posté dimanche 10 dcembre 2017 à 16:55
Message #230


*****
Bonne brise

Groupe : Membres
Messages : 417
Inscrit : 11/05/2008
Lieu : Vouneuil-sous-Biard (86580)
Membre no 9820



U-194 (Type IXC/40)
Construction ordonnée le 4 novembre 1940.
Mise en chantier le 17 janvier 1942 au chantier AG WESER à Brême (werk 1040).
Lancé le 22 septembre 1942.
Commissionné le 8 janvier 1943 sous les ordres du Kptlt. Hermann Hesse.

4e Flottille Stettin du 08/01/1943 au 31/05/1943 (entraînement).
10e Flottille Lorient du 01/06/1943 au 24/06/1943 (front boot).
Coulé le 24 juin 1943 dans l’Atlantique Nord au Sud-Ouest de l’Islande par une torpille « Fido » d’un Catalina US.

Kaleun :

Kptlt.Hermann Hesse du 08/01/1943 au 24/06/1943.

Emblèmes :


Photos :

(U-194)


(U-194 : équipage 8 janvier 1943)


(U-200, U-194 et U-420 le 12 juin 1943)

Succès
: 0

Patrouilles et anecdotes : 1
Patrouille 1 :
Départ de Kiel le 12 juin 1943 pour opérer dans l’Atlantique Nord.
Il lève l’ancre avec les U-200 et le U-420.
Si le U-200 prend la route de l’Atlantique Sud, le U-194 accompagné du U-420 prennent la route du Nord vers Kristiansand.
Le U-194 quitte Kristiansand le 14 juin. Il doit poser une bouée météorologique.

Le 24 juin 1943, il est détecté par un avion Catalina de l’USN VP-84 (Lt. J.W. Beach) à 900 miles au Sud-ouest de Reykjavik.
Découvert en surface, le U-194 va ouvrir le feu avec ses pièces anti-aériennes. Il touche le catalina.
Néanmoins, le Catalina va lancer une torpille acoustique « Fido ». Elle va trouver sa route jusqu’au U-194. L’impact est effroyable.

(Le U-194 frappé par le Catalina)
Le U-194 va couler avec ses 54 membres d’équipage en position 58.15N, 25.25W.


Liens
:
http://www.uboat.net/boats/u194.htm
http://u-boote.fr/u-194.htm


--------------------
Citation
A me suivre, tu passes !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
U796
posté jeudi 28 dcembre 2017 à 19:39
Message #231


*****
Bonne brise

Groupe : Membres
Messages : 417
Inscrit : 11/05/2008
Lieu : Vouneuil-sous-Biard (86580)
Membre no 9820



U-195 (Type IXD1)
Construction ordonnée le 4 novembre 1940.
Mise en chantier le 15 mai 1941 au chantier AG WESER à Brême (werk 1041).
Lancé le 8 avril 1942.
Commissionné le 5 septembre 1942 sous les ordres du Kptlt. Heinz Buchholz.

4e Flottille Stettin du 05/09/1942 au 31/03/1943 (entraînement).
12e Flottille Bordeaux du 01/04/1943 au 01/09/1943 (front boot).
Désarmé de septembre 1943 à mai 1944.
12e Flottille Bordeaux du 01/05/1944 au 30/09/1944 (front boot).
33e Flottille du 01/10/1944 au 05/05/1945.
Le U-195 fut l’un des deux U-Bootes type IXD1 construit pendant la guerre avec le U-180.
Capturé par les japonais à Surabaya en mai 1945 pour devenir le I-506 le 15 juillet 1945.

Kaleun :

Kptlt. Heinz Buchholz du 05/09/1942 au 17/10/1943

Oblt. Friedrich Steinfeldt du 16/04/1944 au 05/05/1945.

Emblèmes
:




Photos :

(U-195)

(U-195)

(U-195)

(U-195 – entrainement en Mer Baltique))

Succès : 2
- 12 Avril 1943 : S.S. "James W. Denver" (Liberty ship de 7200 tonnes), carreau DG9284, torpille
- 7 Mai 1943 : S.S. "Samuel Jordan Kirkwood" (cargo à vapeur de 7191 tonnes), carreau FU 1615, torpille.
- 12 Mai 1943 : S.S. "Cape Neddick" (cargo à vapeur de 6797 tonnes), carreau GG 1656, torpille - endommagé

Patrouilles et anecdotes : 4

Patrouille 1 :
Départ de Kiel le 20 mars 1943 pour opérer au large du Cap (Afrique du Sud).
Alors qu’il se déplace vers son secteur de patrouille, le U-195 va croiser la route du cargo SS. James W.Denver (US 7200 tn) le 11 avril à 475 miles à l’Ouest des Canaries.

(SS. James W.Denver)
Il est 20h41 quand le marchand est frappé par l’une des trois torpilles tirées par le U-195. Le bâtiment naviguait seul, à 11 nœuds, après avoir rencontré des problèmes moteur lors de ce voyage inaugural au sein du convoi UGS-7.
Le barreur a aperçu la torpille, mais trop tard pour engager une manœuvre évasive. La torpille va frapper à tribord entre les calles 2 et 3. Très vite, le cargo va prendre une gîte par la proue, faisant sortir les hélices hors de l’eau. Le pacha fera évacuer le navire dans cinq chaloupes. L’une d’elles chavirera avec ses 18 occupants qui seront secourus par les autres canots. Le pacha va rester à bord pendant plus d’une heure avant de rejoindre un canot et rester à proximité du navire jusqu’au lendemain matin.
A 22h07, le U-195 tirera une nouvelle torpille qui loupera son but. Enfin, à 1h20 le 12 avril, un coup de grâce envoi le navire par le fond.
Les canots prendront plein Est vers l’Afrique. Le 13 avril, un canot sera intercepté par le U-159 qui interrogera les marins avant de les laisser repartir. En fin de compte, 67 marins seront retrouvés pour deux morts lors de l’attaque.
Le U-195 va reprendre sa route vers le Sud.
Le 7 mai, il envoie par le fond le marchand SS. Samuel Jordan Kirkwood (US de 7191 tn) au Nord-Est de St Hélène.
Il est 1h37 ce 7 mai quand une torpille frappe le navire à 125 miles au S-E de l’île de l’Ascension.
Le U-195 avait déjà tiré deux torpilles et poursuivi le navire qui zigzaguait à la vitesse de 12 noeuds pendant près de 20 heures. La troisième sera la bonne.
Elle sera détectée par une vigie, mais trop tardivement pour manœuvrer. Elle va frapper à bâbord au niveau de l’écoutille 5 en ouvrant un trou de 20 pieds. Les machines seront stoppées avant de donner l’ordre d’évacuation dans quatre canots et un radeau. Le coup de grâce sera donné à 3h52. Les 71 marins seront secourus 10 jours plus tard. Aucune victime.
Cinq jours plus tard, le U-195 croise la route du cargo américain SS. Cape Neddick (6797 tn) au Sud-Est de St. Hélène.

(SS. Cap Neddick)
Il est 3h13 ce 12 mai 1943 quand deux torpilles impactent le cargo.
La première frappe la coque sans exploser au niveau de la cale 3 près de la quille.
La seconde touche au niveau de la cale 2. L’explosion va jeter une colonne d’eau et de feu à hauteur du pont, créant un trou béant de 25 pieds sur le côté bâbord.
Le navire va, dans un premier temps prendre une gîte à bâbord, puis ensuite à tribord avant de se stabiliser sur l’axe central.
Le cargo continue sa route en direction estimée du U-Boot avec la volonté de l’éperonner alors que les gardes armés ont pris position sur les pièces de 3 pouces, 4 pouces et canons de 20 mm qui équipent le marchand. Le reste de l’équipage va évacuer dans deux canots et trois radeaux alors que le navire prend une gîte par la prou et que l’eau atteint la plage avant.
Le navire va stopper mais ne coule pas. Un officier et six machinistes volontaires vont remonter à bord. Après avoir relancé les machines, ils vont reprendre une route en zigzag dès 4h42. Alors qu’ils repartent, une torpille va passer à la prou du navire sans le toucher. Les gardes armés vont ouvrir le feu au jugé vers la direction estimée du U-Boot sans le voir.
Le U-195 abandonnera la bataille et le vaillant cargo quittera le secteur. Il reviendra 15 heures plus tard pour récupérer l’équipage dérivant en canots et radeaux. Il rejoindra l’Afrique du Sud le 16 mai avec quelques blessés mais aucun décès. Il sera réparé et remis en service aux USA.
Le U-195 va rependre sa patrouille au large du Cap jusque début juin sans résultat.
Le U-195 a de gros problèmes de diesel. Ses moteurs expérimentaux à haute vélocité dégagent énormément de fumée blanche en surface.
Le 8 juin il a rendez-vous avec le U-178 pour récupérer un sous-marinier malade pour le ramener à la base.
Le 10 juin, le U-195 entame son retour vers la France. Il sera ravitaillé par le U-487 entre le 6 et le 12 juillet à 600 miles au Sud-Ouest des Açores..
Le 20 juillet, alors qu’il croise dans le golfe de Gascogne, il est attaqué par un avion allié. Un membre d’équipage sera tué (Matrosenobergefreiter Arthur List).
Le U-195 rejoint sa nouvelle base de Bordeaux le 23 juillet 1943 avec deux victoires.

Compte tenu de ses problèmes insolubles de moteur diesel, le U-195 va être désarmé et renvoyé en chantier pour être remotorisé et transformé en U-Boot de ravitaillement et de combat. Les travaux pour le convertir en sous-marin cargo capable de transporter 252 tonnes de marchandise débutent. On lui remplace ses diesels, par deux diesels conventionnels de 1400 cv. Des tubes lance-torpilles et quelques éléments de batteries sont débarqués. Il est équipé d'un schnorchel. En Avril 1944, il rejoint la 12.U-Flottille (Bordeaux) sous les ordres de l’Oblt Steinfeldt.
Patrouille 2 :
Départ de Bordeaux le 24 août 1944 pour l’Asie du Sud-Est.
Il va traverser l’Atlantique Sud, croiser au large du Cap avant de rentrer dans l’Océan Indien.
Il sera ravitaillé le 20 décembre 1944 par le U-843 sur le chemin du retour en Europe.
Il rejoint Batavia le 28 décembre 1944. Le port est dévasté suite à l’explosion d’un cargo japonais chargé de munitions
Patrouille 3 :
Départ de Batavia le 19 janvier 1945 pour un retour en Europe.
Le 9 février il est ravitaillé par le U-532 qui est également sur le chemin du retour en Europe.

(U-195 en phase ravitaillement)
Le U-195 est de nouveau confronté à de gros problèmes mécaniques. Il reçoit l’ordre de retourner à Batavia pour réparer.
Il rejoint Batavia le 4 mars 1945.
Patrouille 4 :
Départ de Batavia le 5 mars 1945 pour Surabaya qu’il rejoint le 7 mars 1945.

Le U-195 restera à Surabaya jusqu’à la capitulation des allemands en mai 1945.

Après la capitulation de l'Allemagne, le 6 Mai 1945 à Surabaya l'U-195 est capturé par les Japonais. L’Oblt. Steinfeldt va ordonner l'abaissement du pavillon de la Kriegsmarine. Un capitaine japonais et plusieurs hommes armés montront à bord de l'U-195 et hisseronnt le pavillon du Soleil Levant. Le U-Boot sera ensuite mis en service dans la marine japonaise comme I-506. Il sera ensuite révisé à l'unité n°102 de réparation de Surabaya et affecté à la 2ème Flotte expéditionnaire du Sud, mais il ne recevra pas d'équipage avant septembre 1945.
Le 15 août 1945, les japonais se rendent.
Il sera coulé par la Royal Navy en Mer de Bali le 15 février 1946, probablement par le croiseur HMS Sussex.


Liens :
http://www.uboat.net/boats/u195.htm
http://u-boote.fr/u-195.htm


--------------------
Citation
A me suivre, tu passes !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
U796
posté vendredi 29 dcembre 2017 à 12:29
Message #232


*****
Bonne brise

Groupe : Membres
Messages : 417
Inscrit : 11/05/2008
Lieu : Vouneuil-sous-Biard (86580)
Membre no 9820



U-196 (Type IXD2)
Construction ordonnée le 4 novembre 1940.
Mise en chantier le 15 mai 1941 au chantier AG WESER à Brême (werk 1042).
Lancé le 24 avril 1942.
Commissionné le 11 septembre 1942 sous les ordres du Kptlt. Eitel-Friedrich Kentrat.

(U-196)
4e Flottille Stettin du 11/09/1942 au 31/03/1943 (entraînement).
12e Flottille Bordeaux du 01/04/1943 au 30/09/1943 (front boot).
33e Flottille du 01/10/1944 au 01/12/1944.
Disparu en mission sans laisser de trace le 1er décembre 1944 au Sud de Java. Position et cause inconnues.

Kaleun :

Kptlt. Eitel-Friedrich Kentrat du 11/09/1942 au 21/09/1944

Oblt. Werner Striegler du 01/10/1944 au 01/12/1944.

Emblèmes :



Photos :

(U-196)

(U-196)

(U-196 le 23 octobre 1943)

Succès : 3
- 11 mai 1943 à 23h00 : S.S. "Nailsea Meadow" (cargo à vapeur de 4962 tonnes), carreau KZ 1383, torpille
- 2 août 1943 : S.S. "City of Oran" (cargo à vapeur de 7323 tonnes du convoi CB 1), carreau LT 8582, torpille
- 2 août 1943 : (cargo à vapeur du convoi CB 1), carreau LT 8582, torpille. Non homologué.
- 9 juillet 1944 : S.S. "Shahzada" (cargo à vapeur de 5454 tonnes), carreau MR, torpille

Patrouilles et anecdotes : 3
Patrouille 1 :
Départ de Kiel le 13 mars 1943 pour opérer dans l’Océan Indien.
Il va faire une escale de 24 heures à Kristiansand le 14 mars avant de reprendre sa route le 15 mars.
Après avoir traversé l’Atlantique Sud, il arrive fin avril au large de la ville du Cap (Afrique du Sud) où il va réaliser quelques patrouilles sans résultat. Il entre dans l’Océan Indien.
Le 11 mai 1943, il croise la route d’un cargo britannique à 100 miles au Nord d’East London, le SS. Nailsea Meadow (4962 tn).

(SS. Nailsea Meadow)
Vers 23h40, le marchand sera torpillé et coulé par le U-196 à 40 miles au Sud de Port St.Johns. Deux membres d’équipage perdront la vie, 42 seront secourus dès le 12 mai.
Un incident remarquable doit être relevé en cette fin mai 1943.
Vers le 25 mai 1943 (date approximative), il semble que le U-196 se soit trouvé devant un petit convoi au large de la côte Est sud-africaine. Kentrat fera tirer deux torpilles. Une seule quittera son tube lance-torpille et loupera sa cible. La seconde est restée bloquée dans son tube. Elle est armée et prête à exploser au moindre impact.
La situation est potentiellement catastrophique. Kentrat va alors prendre la décision adaptée.
Alors que le tube est en position ouverte, il va faire prendre un angle extrême et raide de plongée au U-196 à très petite vitesse jusqu’à ce que la torpille glisse lentement hors du tube par inertie.
Cette manœuvre délicate sera réalisée alors que l’escorte du convoi, qui a détectée la torpille tirée, a entamé une chasse au U-Boot. Quatre charges de profondeur seront tirées sans effet et dégât.
Le U-196 va continuer sa patrouille le long de la côte Est sud-africaine jusqu’à mi-juin sans succès avant de recevoir l’ordre de rejoindre un secteur situé à 600 miles au sud de l’île Maurice pour y être ravitaillé.
Le 22 juin, il est ravitaillé par le croiseur auxiliaire allemand Charlotte Schliemann qui vient du Japon.

(croiseur auxiliaire allemand Charlotte Schliemann)


(U-196 – Ravitaillement en mer)
Le U-196 va ensuite reprendre sa patrouille et le 8 juillet il se trouve dans le canal du Mozambique.
Le 2 août 1943 il croise la route du convoi CB1 à 50 miles à l’est de Memba. Ce convoi relie Durban à Kilindini (Kenya). Il est constitué de 8 marchands et deux escorteurs.
A 00h24 le 3 août, le U-196 tire une salve de torpilles. Deux explosions sont entendues. Kentrat informe qu’il a coulé un navire alors qu’un second est en flamme.
En fait, seul le SS. City of Oran semble avoir été touché (GB de 7323 tn). Il n’est pas coulé mais n’est plus en mesure de continuer sa route.

(SS. City of Oran)
L’équipage au complet (86 marins) va abandonner le navire. Devenu une épave flottante, Le cargo sera envoyé par le fond plus tard par le HMS Masterful (W20).
Sans demander son reste, le U-196 quitte le secteur vers le Sud. Le 14 août, il est localisé et attaqué par un avion Ventura du squadron 22 (SAAF) au large du Natal. L’avion larguera cinq charges de profondeur sans effet.
Pendant les trois jours qui suivirent, le U-196 fut pris à parti par la corvette HMS Nigella, sans succès mais également par l’aviation. L'U-196 est attaqué deux nouvelles fois par un "Ventura" et est endommagé légèrement par des charges de profondeur le 15 août.
Le 16 août 1943, il fait quatre fois surface et est à chaque fois repéré. Une autre tentative, peu après minuit, est couronnée de succès et le U-196 peut recharger ses batteries et renouveler l’oxygène. À l'aube et dans l'après-midi du 17 août 1943 deux survols sont effectués par des groupes de "Ventura" mais U-196 n'est pas localisé.
Pour caler leur retour vers la France, il y a alors beaucoup de communications radio entre le U-181 (Kptlt LÜTH), le U-196 et le U-197 (Kptlt BARTELS) durant le 17 et le 18 Août et ces échanges sont détectés.
Le 19 août, le U-181 et le U-197 se rencontrent dans le Sud du Cap Sainte-Marie (Madagascar). BARTELS, commandant le U-197, décide de rester sur zone. LÜTH va ensuite rejoindre le U-196, le 20 août, dans le Sud-Sud-Ouest de Madagascar. La météo est mauvaise et l'offre de torpilles, de carburant et de nourriture par le U-196 qui rentre en France n'est pas prise en compte par LÜTH, qui ne peut pas attendre une amélioration du temps.
Les deux commandants ne se rencontrent pas et échangent les instructions opérationnelles par signaux visuels.
Le 20 août 1943, le U-181 reçoit un signal du U-197, disant qu'il est attaqué par un avion et qu'il a des difficultés à plonger. L'avion, un "Catalina" de la R.A.F. du Sqn 259, piloté par le F/Lt O. BARNETT, venu de Sainte Lucie (Province du Natal), a largué six charges de profondeur lui causant de graves dommages. LÜTH ayant reçu deux différentes positions du U-197, il décide de rester avec le U-196 jusqu'à ce que le U-197 se signale de nouveau. Pendant ce temps, le U-197 est toujours surveillé par le "Catalina" qui cercle au-dessus de lui. Le U-197 fait part ensuite de sa position correcte, mais une demi-heure plus tard les signaux de détresse cessent. Un deuxième "Catalina" du Sqn 265, piloté par le F/O C.E. ROBIN, arrive sur zone et les deux appareils mitraillent le U-197. ROBIN largue six charges de profondeur et le U-Boot est détruit.
Le U-181 et le U-196 feront mouvement vers lui, mais ne trouveront aucune trace du naufrage.
Le 24 août, ils abandonnent les recherches pour entamer leur retour vers la France.

Après une patrouille de 225 jours, probablement la plus longue jamais réalisée pendant la seconde guerre mondiale, le U-196 rejoint Bordeaux le 23 octobre 1943.

(U-196 le 23 octobre 1943 à Bordeaux)

(Kendrat amaigri après 225 jours de mer)
Patrouille de liaison :
Départ de Bordeaux le 11 mars 1944. Arrivée à La Pallice le 13 mars 1944.
Patrouille 2 :
Départ de La Pallice le 16 mars 1944 pour opérer dans l’Océan Indien.
Alors qu’il se trouve en transit dans l’Atlantique centre le 23 avril 1944, le U-196 est localisé par les destroyers d’escorte du porte-avions USS Solomons. Il fut pris à parti par le destroyer USS Gustafson sans conséquence.
Le U-196 va rejoindre l’Océan Indien puis remonter vers le Nord pour rejoindre la Mer d’Arabie.
Le 9 juillet 1944, il envoie par le fond le cargo britannique SS. Shahzada (5454 tn).

(SS. Shahzada)
Le cargo navigue alors sans escorte. Il est torpillé à 470 miles à l’O-S-O de Bombay.
Son pacha, et 45 hommes d’équipage perdront la vie dans le naufrage. 52 autres seront secourus entre le 17 et le 21 juillet.
Le U-196 rejoint Penang le 10 août 1944.
Patrouille de Liaison :
Départ de Penang le 1er septembre 1944. Arrivée à Batavia le même jour.
Prise de commandement par l’Oblt. Hans-Werner Striegler.
Patrouille 3 :
Départ de Batavia le 30 novembre 1944 pour opérer dans l’Océan Indien.

L'U-196 est porté disparu avec ses 65 membres d’équipage après avoir quitté sa base très tôt, peut-être le même jour. Les raisons de sa perte dans le détroit de la Sonde (Sud de Java) demeurent inconnues à ce jour.
Si l’accident de plongée est envisagé, d’autres explications sont avancées : coulé par un sous-marin allié ou envoyé par le fond par une mine déposée par le sous-marin britannique « Porpoise ».

Liens :
http://www.uboat.net/boats/u196.htm
http://u-boote.fr/u-196.htm


--------------------
Citation
A me suivre, tu passes !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
U796
posté jeudi 04 janvier 2018 à 23:18
Message #233


*****
Bonne brise

Groupe : Membres
Messages : 417
Inscrit : 11/05/2008
Lieu : Vouneuil-sous-Biard (86580)
Membre no 9820



U-197 (Type IXD2)
Construction ordonnée le 4 novembre 1940.
Mise en chantier le 5 juillet 1941 au chantier AG WESER à Brême (werk 1043).
Lancé le 21 mai 1942.
Commissionné le 10 octobre 1942 sous les ordres du KrvKpt. Robert Bartels

4e Flottille Stettin du 10/10/1942 au 31/03/1943 (entraînement).
12e Flottille Bordeaux du 01/04/1943 au 20/08/1943 (front boot).
Coulé le 20 août 1943 au sud de Madagascar par charges de profondeur de deux Catalina.

Kaleun :

KrvKpt. Robert Bartels du 10/10/1942 au 20/08/1943

Emblèmes : pas d’emblème connu.

Photos :

(Livre d’Or)

Succès : 3 + 1 endommagé
- 20 Mai 1943 : S.S. "Benakat" (pétrolier à vapeur de 4763 tonnes), carreau FM 2269, torpille
- 24 Juillet 1943 à 22h05 : M.V. "Pegasus" (pétrolier à moteur de 9583 tonnes), carreau KQ 4770, torpille
- 30 Juillet 1943 : S.S. "William Ellery" (cargo à vapeur de 7181 tonnes), carreau KP 98, torpille endommagé
- 17 Août 1943 : M.V. "Empire Stanley" (cargo à moteur de 6921 tonnes), carreau KQ 6676, torpille

Patrouilles et anecdotes : 1
Patrouille 1 :
Départ de Kiel le 3 avril 1943 pour opérer dans l’Océan Indien.
Alors qu’il fait route au sud, le 20 mai 1943 il va envoyer par le fond le pétrolier hollandais SS. Benakat (4763 tn) au Nord-Est d’Ascension.

(SS. Benakat)
Le SS. Benakat avait quitté Cape Town au sein d’un petit convoi côtier formé à Table Bay (Baie de la table), convoi qu’il avait quitté trois jours plus tard pour suivre sa propre route. Le 14 mai il est dérouté vers une nouvelle route.
Le 20 mai 1943 à 7h28, il est frappé par une torpille du U-197 côté tribord juste devant le pont. L’explosion va causer de gros dégâts, détruisant également le canot de sauvetage et la plateforme mitrailleuse tribord. Le réseau électrique est coupé, interdisant l’envoi de SOS radio. Le pétrolier commence à prendre de la gîte tribord et avec difficulté, l’équipage va abandonner le navire dans trois canots et des radeaux.
20 minutes plus tard, une seconde torpille impacte de nouveau à tribord, coupant le pétrolier en deux. La proue coule mais la poupe reste à flot.
Le U-197 fera surface et utilisera ses pièces de pont pour envoyer la poupe par le fond. Il laissera l’équipage repartir au complet. Aucune victime.
Le même jour, un bombardier US B-25 Mitchell surprend le U-197 en surface. Il mitraille le U-Boot causant des dommages légers au périscope et en blessant le Bootsmaat Viktor Rainer. Ce dernier décèdera quelques jours plus tard.
Le U-197 va continuer à opérer dans le secteur sans résultat avant de reprendre sa route plus à l’Est, croiser au large du Cap, entrer dans l’Océan Indien et rejoindre un point de rendez-vous pour un ravitaillement.
Le 22 juin 1943 il retrouve le U-196 pour être ravitaillé par le croiseur auxiliaire Charlotte Schliemann à 600 miles au Sud de l’île Maurice. Ce dernier arrive du Japon les soutes pleines de carburant et de vivres.

(U-196 et U-197 au ravitaillement)
Après son ravitaillement, le U-197 va patrouiller le long de la côte Est sud-africaine.
Le 12 juillet 1943 il est surpris par un Catalina du squadron 262 de Ste Lucie (Natal) au Sud-Est de Inhambane (Mozambique). Les mitrailleurs du U-197 vont maintenir le Catalina à distance jusqu’au moment de plonger. Le Catalina larguera ses charges de profondeur sans résultat.
Le 24 juillet, le U-197 envoie par le fond le pétrolier neutre suédois MV. Pegasus (9583 tn).

(MV. Pegasus)
Le MV Pegasus naviguait non armé et sans escorte. Le 23 juillet 1943 à 20h00 il est frappé par deux torpilles du U-197 qui n’explosent pas à l’impact alors qu’il se trouve au Sud-Ouest de Madagascar.
Le Pacha du pétrolier va tenter de s’échapper en zigzag et en forçant la vitesse max de 11 nœuds.
A 00h30, les vigies du pétrolier voient passer une torpille à la proue tribord qui rate son but.
Un peu plus tard, les vigies aperçoivent le U-Boot qui fait surface à 100 mètres sous une pleine lune.
T. Andersson, le pacha du pétrolier va alors donner l’ordre de stopper et d’abandonner le navire, conscient que la chance à ses limites et que le prochain tir sera le bon. En effet, il va moins vite que le U-Boot et il transporte 12 855 tonnes de produit pétrolier hautement inflammable.
Alors que l’équipage a abandonné le pétrolier dans deux canots de sauvetage, une nouvelle torpille frappe cette fois-ci avec succès à bâbord entre les réservoirs 2 et 3 à 0h55 sans enflammer le bâtiment et sans le couler. Les canots sont restés à proximité et à l’aube quelques marins remontent à bord pour examiner les dégâts. Apparemment, la torpille a frappé en surface et n’a fait que peu de dégâts. Cependant, ils découvrent que les moteurs sont hors service et que la salle des machines est détruite. Ils abandonnent de nouveau le pétrolier à son destin et les canots vont prendre la route de l’Afrique du Sud.
A 22h05, le pétrolier explose après le coup de grâce donné par le U-197. L’explosion et son flash seront observés par les survivants (38) depuis leurs canots.
Le 30 juillet 1943, il torpille et endommage le cargo américain SS. William Ellery (7181 tn) dans les circonstances suivantes : à 23h15 le navire est frappé côté bâbord par une torpille au niveau de la cale 4 alors qu’il navigue sans escorte à environ 300 miles au Sud-Est de Durban. L’explosion a entrainé un dégagement important de vapeur d’eau mais le navire a tenu le choc.
Quelques instants plus tard les vigies voient arriver une seconde torpille qui frappe au deux tiers bâbord. L’explosion a ouvert un trou béant dans la coque mais le cargo continue sa route. L’ingénieur en chef du navire fera étayer la cloison entre les cales 4 et 5 pendant qu’il fait prendre la vitesse de 9 nœuds. Le U-197 n’insistera pas. Le cargo rejoindra Durban par ses propres moyens.
Le U-197 va continuer sa patrouille au Sud du canal du Mozambique.
Le 15 août 1943, Bartels reçoit l’ordre radio de rejoindre le U-181 (Kplt. LÜTH) à un point de rendez-vous le 17 août pour prendre des consignes et surtout, récupérer les nouvelles clefs-codes « enigma ».
Ce point est primordial et nous verrons que l’avenir le démontrera.
En attendant, Bartels fait route vers le U-181 et chemin faisant, il croise la route du cargo britannique SS. Empire Stanley (6921 tn) le 17 août après-midi.
Il est 15h50 quand le U-197 lance une torpille contre ce navire non escorté. L’explosion est foudroyante. Le Pacha et 24 membres d’équipage perdent la vie. 29 survivants prendront place dans des canots de sauvetage et seront secourus plusieurs jours plus tard.
Bartels informe BdU par radio de sa victoire.
Le rendez-vous du 17 est loupé.

Les 17 et 18 août, les communications radios vont aller bon train entre le U-197, le U-196 et le U-181. Le 19 août, le U-181 et le U-196 (Kptlt. Kentrat) se retrouvent au Sud du Cap Sainte Marie pendant que le U-197 est demeuré dans son secteur initial.
Le 20 août, les U-181 et U-196 reçoivent un message de détresse du U-197. Ce dernier est sous le feu d’un Catalina de la RAF du squadron 259 (F/Lt L.O. Barnett). Il a été gravement endommagé et n’est plus en mesure de rester en plongée. Le Catalina cercle au dessus du U-Boot.

(Catalina)
Le U-197 va continuer à émettre des SOS, mais il semble que les coordonnées fournies soient contradictoires. Lüth et Kentrat vont décider de rester sur zone dans l’attente de coordonnées de position exactes.
Le U-197 va enfin transmettre ses coordonnées. Les deux U-Bootes vont alors faire route vers leurs camarades en danger de mort. Malheureusement, un second Catalina (squadron 265 – Fo C.E. Robin) a rejoint le premier jusqu’ici tenu à distance par les mitrailleurs du U-197.
A deux contre un, l’affaire est entendue alors que le U-boot ne peut pas plonger. Une attaque simultanée par mitrailleuses et six charges de profondeur va avoir raison du U-197 qui sera détruit avec ses 67 hommes d’équipage à 320 miles au Sud-Ouest du Cap Sainte Marie (Madagascar).

Le U-181 et le U-196 chercheront en vain des survivants jusqu’au 24 août 1943 avant de reprendre leurs routes.


Commentaires :
La perte du U-197 n’est pas due au hasard et à la malchance. Elle est la suite logique d’évènements et d’erreurs qui, accumulées les uns aux autres, vont mener le U-197 à sa perte.
Revenons sur la chronologie des évènements :
- Le 20 août 1943 à 14h26, Robert Bartels (U-197) envoie par radio le message suivant : « j’ai été attaqué par avion et charges de profondeurs. Impossible de plonger. Localisé carreau 8252 Sud – U-197 »
- BdU (état-major de Dönitz) contacte alors immédiatement trois U-Bootes situés à proximité de Bartels : le U-196 (Kentrat), le U-177 (Gysea) et le U-181 (Lüth) avec le message suivant : « ordre vous diriger à pleine vitesse vers Bartels et porter assistance».
Malheureusement, Bartels ne verra jamais personne arriver…..
Pourquoi ?
Le KrvKpt Robert Bartels est un bon sous-marinier expérimenté mais ce n’est pas un spécialiste des transmissions, notamment de la machine à encodage/décodage « Enigma ».
Les Sud-africains disposent, grâce aux britanniques, de radiogoniomètres récents et performants qui vont permettre de localiser le U-197. Le secret d’Enigma a été percé par les britanniques, et ces derniers sont en mesures de décoder les messages radio des U-Bootes.
Les allemands se doutaient de cette compromission. Pour contrer les anglais, le code ultra secret d’Enigma avait été modifié par l’ajout d’une quatrième dent sur les roues de cryptage (Bellatrix). Tous les U-Bootes devaient mettre en œuvre ces nouvelles clefs d’encodage le 16 août 1943.
Mais Bartels éprouvait des difficultés pour modifier et encoder sa station Enigma.
Aussi, BdU, dès le14 août, avait demandé à Bartels de se déplacer vers le carreau 5855 pour 8h00 pour recevoir ses instructions « Bellatrix ».
Le 15 août, BdU envoyait un nouveau message radio : « un rendez-vous avec Bartels est nécessaire pour communiquer les instructions « Bellatrix ».
Un nouveau message radio de BdU envoyé le 17 août chargeait Bartels de retrouver Lüth (U-181) à 16h00 le 18 août dans le carreau 7725.
Kentrat (U-196) allait donner le même jour un contre-ordre en demandant à Bartels de se retrouver dans le carreau JA 2235 le 20 août à 10h00.
Le 17 août, Bartels rapportait le message suivant : « vient de couler le SS. Empire Stanley grille 6676, fait route au 50°…. ».
C’est finalement Lüth (U-181) qui va sceller le destin du U-197. Il envoie le message suivant le 19 août : « demande à Bartels de rester au point de rendez-vous initial, de rester sur place».
Kentrat, Lüth et Bdu ont indirectement donné l’emplacement exact du U-197.

En fait, Bartels, Lüth, Kentrat et BdU ont donné par inadvertance l’emplacement du U-197 dans une débauche de messages radio, notamment celui du 17 août où Bartels rend compte de sa victoire contre le SS Empire Stanley tout en précisant sa position…...
Les radiogoniomètres sud-africains ont aisément défini la position exacte du U-197 et ont relayé les coordonnées à l’Amirauté à Londres qui a informé la base Catalina de la RAF dans le Zoulouland.
En toute logique, dans l’attente des nouvelles clefs d’encodage, et sachant Enigma compromise, Bartels aurait du réduire ses liaisons radio au stricte minimum dans l’attente de mettre à jour sa machine prévue initialement le 16 août 1943. Il ne l’a pas fait. Un détail lourd de conséquences.

La suite, on la connait :
Le 20 août 1943, le Catalina 126 « C » (F/Lt L.O. Barnett) du 259 escadron de la RAF basé à Ste Lucie décolle avec les coordonnées du U-197 pointé à 973 km plein Est. Il est armé de 6 mitrailleuses et six grenades sous-marines.

(Catalina et Base de Ste Lucia)
Le U-197 est détecté au 28° 40’ Sud et 42°36’ Est.
Barnett va immédiatement passer à l’attaque et larguer ses 6 grenades. Le U-197 va être endommagé, notamment à bâbord. A 13h45, Bartels envoie un premier SOS alors qu’il plonge pour se protéger.
Quarante minutes plus tard, le U-197 doit faire surface, incapable de se maintenir en plongée.
Barnett n’a plus de grenade. Il peut juste cercler le U-Boot en échangeant quelques rafales de mitrailleuses.
L’opérateur radio du Catalina (Sgt Kenneth Caligari) rapportera la position du U-Boot tandis que le Catalina, maintenu à distance par le feu nourri des mitrailleurs allemands, fera des cercles autour de sa cible.
Pendant quatre heures, le Catalina va ainsi continuer à suivre le U-197 jusqu’à 17h05, l’heure d’arrivée d’un second Catalina, le FP « N » du 265 escadron piloté par le canadien Lt C.E.Robin de la base de Tulear (Madagascar).
Il est alors décidé que Robin attaquerait avec ses grenades sous-marines tandis que les mitrailleurs des deux Catalina couvriraient l’approche de leurs feux.
Les deux premières passes de Robin sont des échecs. Bartels anticipe correctement l’approche du Catalina de Robin en choisissant la bonne manœuvre évasive.

(U-197 sous les feux du Catalina)
Le troisième passage sera le bon.
Robin entame son attaque « au petit bonheur la chance », conscient que les chances sont minces d’atteindre un tel adversaire. Mais Bartels va commettre une erreur de jugement. Il positionne son U-Boot dans la ligne d’attaque du Catalina. Ce dernier va en profiter en plongeant au raz des vagues sur le U-Boot et en larguant trois charges avant de remonter juste au dessus du kiosque qu’il frôle. Si deux charges explosent à bâbord, la troisième explose sur le pont.
Une fois de plus, le U-197 disparaît sous les vagues, enveloppé par des panaches d’eau projetées par les explosions des grenades.
Les deux Catalina vont continuer à cercler au dessus de la zone de plongée jusqu’à la tombée de la nuit.
La seule preuve de la destruction du U-197 : une nappe de mazout grandissante en surface.
Bartels et ses 66 hommes d’équipage ont péri en mer.
Gysea (U-177) se plaindra et rendra compte à BdU le 24 août 1943 d’être constamment survolé par des hydravions alliés dans ce secteur de l’Océan Indien. BdU, conscient du danger, stoppera les missions dans cette zone, mettant fin ainsi aux 163 victoires recensées par les U-Bootes dans le secteur.

Liens
:
http://www.uboat.net/boats/u197.htm
http://u-boote.fr/u-197.htm



--------------------
Citation
A me suivre, tu passes !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
U796
posté mercredi 18 avril 2018 à 15:03
Message #234


*****
Bonne brise

Groupe : Membres
Messages : 417
Inscrit : 11/05/2008
Lieu : Vouneuil-sous-Biard (86580)
Membre no 9820



U-198 (Type IXD2)
Construction ordonnée le 4 novembre 1940.
Mise en chantier le 1er août 1941 au chantier AG WESER à Brême (werk 1044).
Lancé le 15 juin 1942.
Commissionné le 3 novembre 1942 sous les ordres du Fregkpt. Werner Musenberg (par suppléance du Kpt. Werner Hartmann).

4e Flottille Stettin du 03/11/1942 au 31/03/1943 (entraînement).
12e Flottille Bordeaux du 01/04/1943 au 12/08/1944 (front boot).
Coulé le 12 août 1944 près des Seychelles par charges de profondeur de la Frégate HMS Findhor et du Sloop indien HMIS Godavari.

Kaleun :

Kpt. Werner Hartmann du 03/11/1942 au 15/01/1944

Oblt. Burkhard Heusinger von Waldegg du 21/01/1944 au 12/08/1944

Emblèmes :


Photos :






Succès : 11
- 17 Mai 1943 à 14h12 : S.S. "Northmoor" (cargo à vapeur de 4392 tonnes du convoi LMD 17), carreau KP 8441, torpilles - 28°27'S 32°43'E
- 17 Mai 1943 à 14h12 : (cargo à vapeur de ? 6000 tonnes du convoi LMD 17), carreau KP 8441, torpilles
- 29 Mai 1943 à 19h37 : M.V. "Hopetarn" (cargo à moteur de 5231 tonnes), carreau JA 1223, torpille - 30°50'S 39°32'E
- 5 Juin 1943 au matin : S.S. "Dumra" (cargo à vapeur de 2304 tonnes), carreau KP 5989, torpille - 28°15'S 33°20'E
- 6 Juin 1943 : S.S. "William King" (cargo à vapeur - Liberty ship - de 7176 tonnes), carreau KP 9754, torpille - 30°25'S 34°15'E
- 6 Juillet 1943 à 20h30 : S.S. "Hydraios" (cargo à vapeur de 4476 tonnes), carreau KP 3810, torpille - 24°44'S 35°12'E
- 7 Juillet 1943 à 06h45 : S.S. "Leana" (cargo à vapeur de 4742 tonnes), carreau KP 3810, torpille + artillerie - 25°06'S 35°33'E
- 1 Août 1943 : S.S. "Mangkalihat" (cargo à vapeur de 8457 tonnes du convoi BC 2), carreau KP 3755, torpille - 25°06'S 34°14'E
- 16 Juin 1944 : S.S. "Columbine" (cargo à vapeur de 3268 tonnes), carreau GR 4931, torpille - 32°44'S 17°22'E
- 15 Juillet 1944 : S.S. "Director" (cargo à vapeur de 5107 tonnes), carreau KP 3568, torpille - 24°30'S 35°44'E
- 19 Juillet 1944 : (cargo à vapeur de ? tonnes), carreau KP 3332, torpilles
- 6 Août 1944 : M.V. "Empire City" (cargo à moteur de 7295 tonnes), carreau KP 5839, torpille - 11°33'S 41°25'E
- 7 Août 1944 : M.V. "Empire Day" (cargo à moteur de 7242 tonnes), torpille - 07°06'S 42°E

Patrouilles et anecdotes : 2
Patrouille 1 :
Départ de Kiel le 9 mars 1943 pour opérer dans l’Océan Indien.
Alors qu’il se dirige vers le Sud, le U-198 est pris à parti le 5 avril 1943 à 18h10 au N-E du Cap-Vert par un hydravion Sunderland britannique (RAF Sqn 204/H). Il largue 8 bombes dont l’une va rebondir sur le pont du U-Boot sans exploser. A 20h40 , le même Sunderland attaquera avec 4 bombes, sans causer de dommage. La chance est avec Hartmann…..
Il passe au large de Cape Town puis rentre dans l’Océan Indien et arrive mi-mai dans son secteur d’opération sur la côte Est sud-africaine.
Le 17 mai 1943 il localise le convoi LMD17 à hauteur du Cap de Ste Lucie (Natal). Le convoi est composé de 6 cargos, deux chalutiers armés et l’appui d’un aéronef.
A 14h12, le U-198 tire deux salves de deux torpilles sur le convoi. Deux détonations sont entendues. Hartmann va rendre compte de deux navires coulés. En fait, seul le SS. Nothmoor (GB de 4392 tn) sera envoyé par le fond avec 12 membres d’équipage.

L’escorte ne restera pas sans réagir. Les deux chalutiers et l’avion d’appui vont larguer près de 55 charges de profondeur sans résultat.
Le 19 mai 1943, à 20h58, un Catalina britannique (RAF Sqn 262/J) détecte le U-198. Il largue cinq bombes sans résultat. En revanche, l’avion est touché par la flak du U-Boot. Il rejoindra sa base avec un seul moteur.
Le U-198 va ensuite patrouiller au sud du canal du Mozambique.
Le 29 mai, il envoie par le fond le cargo britannique MV. Hopetam (5231 tn) à 500 miles au S-O du Cap Ste Marie (Madagascar).
Le navire se déplace sans escorte quand il est torpillé à 19h37. Sept hommes d’équipage perdront la vie. L’officier en second sera fait prisonnier et transféré le 26 juin à bord du croiseur auxiliaire allemand Charlotte Schliemann.
Le 31 mai 1943, alors qu’il s’approche d’un convoi, le U-198 est localisé par un des escorteurs. La corvette va larguer des charges sans résultat. A 19h43, les vigies détectent un Catalina en approche (RAF Sqn 262/C). Le U-Boot s’échappe en plongeant d’urgence mais perd la trace du convoi.
Le 5 juin 1943, le U-198 coule le cargo britannique SS. Dumra (2304 tn) à 190 miles au N-E de Durban.

A 7h50 le U-198 tire deux torpilles.
Le cargo va perdre sa proue mais rester à flot. La plupart des hommes vont abandonner le navire en canot de sauvetage. Le capitaine et quelques hommes vont rester à bord. Dix minutes plus tard, un coup de grâce frappe le cargo en son centre qui coule immédiatement. 25 marins et le capitaine meurent dans le naufrage. Le Chef mécanicien sera fait prisonnier à bord du U-Boot et remis au Charlotte Schliemann le 26 juin.
Le lendemain, le 6 juin, il envoie par le fond le cargo US SS. William King (7176 tn).
Il est 13h18, le William King navigue en zigzag à la vitesse de 10 nœuds à 200 miles à l’Est de Durban, quand il reçoit l’une des deux torpilles tirées par le U-198.
L’impact se situe à tribord au niveau de la cale 3. La seconde torpille est passée à la poupe. Trois hommes sont tués sur le coup. Un trou béant dans la coque, la chaudière bâbord HS, la salle des machines est en feu et deux canots de sauvetage sont détruits. L’équipage reçoit l’ordre d’abandonner le navire dans deux canots et deux radeaux.
A 13h46, le U-198 tire une nouvelle torpille qui n’explose pas. Le coup de grâce interviendra à 14h04 côté tribord avec une explosion violente. En 10 minutes, le cargo coule par la poupe.
Le U-Boot fera surface peu de temps après. Le mitrailleur tirera deux courtes rafales de semonce pour regrouper les canots autour du sous-marin. Hartmann questionnera les naufragés et fera prisonniers le capitaine qui sera livré 20 jours plus tard au Charlotte Schliemann.
Deux officiers et quatre marins mourront, dont deux des suites de leurs brûlures dans les canots de sauvetage.
Le 22 juin, le U-198 est ravitaillé en mer par le ravitailleur allemand (cargo transformé en croiseur auxiliaire armé) Charlotte Schliemann à 600 miles au sud de Maurice.

(Charlotte Schliemann)
Après le ravitaillement, le U-198 retourne dans sa zone opérationnelle au sud du canal du Mozambique.
Jusqu’au 6 juillet il fait « des ronds dans l’eau » sans trouver un seul objectif.
Le 6 juillet il croise la route du cargo grec SS. Hydraios (4476 tn) et l’envoie par le fond.

Il est alors 19h59 ce 6 juillet 1943 quand une torpille frappe le cargo armé à bâbord sous le pont. Il naviguait en zigzag à la vitesse de 6 nœuds à 13 miles au sud du phare de Ponta Zavora.
L’équipage entame l’évacuation.
A 20h17, une seconde torpille touche le cargo à tribord dans la salle des machines. Il va couler en 15 minutes, laissant le temps à l’équipage de quitter le navire (40 hommes) dans deux canots qui prennent la direction de la terre proche.
Cependant, Hartmann fait surface et rattrape les deux canots. Il interroge l’officier en chef du cargo pour confirmer le nom du navire et s’inquiète de la présence d’artilleurs britanniques sur un navire grec. Il interroge ensuite le pacha en lui posant les mêmes questions, confisque les papiers du bateau, ses documents d’identification personnels et une boite contenant 682 Livres égyptiennes avant de laisser repartir les naufragés.
Deux jours plus tôt, l’Hydraios avait échappé à 4 attaques du U-178, les vigies ayant détecté la trace des deux premières torpilles tirées…..
Le lendemain, le 7 juillet, il envoie par le fond le marchand britannique SS. Leana (4742 tn) dans le même secteur.

Le cargo ne semble pas armé. Hartmann fait donc surface à 6h45 et décide d’attaquer au canon de pont de 105 mn.
147 obus seront nécessaires pour stopper le marchand, tuant deux membres d’équipage. Le coup de grâce sera donné par une torpille à 8h10.
Le pacha du cargo fut fait prisonnier à bord du U-Boat jusqu’au retour à Bordeaux le 24 septembre. Le reste de l’équipage (63 personnes) touchera terre cinq jours plus tard.
Le 11 juillet, le U-198 est localisé par un avion Ventura (squadron 22/SAAF) qui va larguer 5 charges de profondeur sans résultat. Les jours suivants, Hartmann devra plonger plusieurs fois en urgence à cause de la présence d’avions ennemis.
Le 1er août, le U-198 détecte le convoi BC2 au sud de Inharrime. Ce convoi, composé de 4 marchands 5 navires d’escorte, est parti de Beira le 31 juillet pour Durban.
Hartmann va, dans un premier temps tirer ses deux torpilles de poupe, sans résultat.
A 18h51, il tire sa dernière torpille sur le convoi. 4 minutes et 10 secondes plus tard, elle frappe le SS. Mangkalihat (hollandais de 8457 tn).

L’équipage va très rapidement abandonner le navire car la salle des machines, la chaufferie et la cale 3 sont inondées.
18 membres d’équipage sont morts à l’impact. 93 autres évacuent dans des canots et seront secourus. Le HMS Freesia (K43) va prendre le navire en remorque le lendemain matin tandis qu’un équipage restreint est remonté à bord pour sauver le navire. Le 3 août, le HMS Prudent (W73) vient en aide avec ses pompes pour garder le cargo à flot. Le 4 août, au petit matin, le remorquage reprend. Mais le cargo ne résistera pas. Il coule dans l’après-midi.
Le 10 août, les tubes lance torpille vides, le U-198 entame son retour à la maison.
Il rejoint sa nouvelle base de Bordeaux le 24 septembre 1943 après 201 jours de mer (près de 7 mois en mer).

(Hartmann à gauche avec sa barbe de 200 jours)
Hartmann quittera son commandement en janvier 1944 au profit de l’Oblt Burkhard Heusinger von Waldegg.
Départ de Bordeaux le 23 mars 1944, arrivée à La Pallice le 25 mars 1944.
Patrouille 2 :
Départ de La Pallice le 20 avril 1944 pour opérer dans l’Océan Indien.
Le U-198 va passer par l’Atlantique centre puis rejoint l’Atlantique Sud. Le 16 juin 1944 il envoie par le fond le cargo sud-africain SS. Columbine (3268 tn) au nord-ouest du Cap.
Il était 20h00, le SS. Columbine naviguait sans escorte à la vitesse de 9 nœuds quand il est frappé par une torpille côté bâbord juste à l’arrière de la salle des machines.
L’équipage va immédiatement commencer l’évacuation du navire dans quatre canots de sauvetage non sans difficulté car la mer est houleuse.
Huit minutes plus tard, le coup de grâce est donné. Le cargo va couler en deux minutes alors que la cargaison de bois de construction a pris feu.
A moins de 2 miles de là, à tribord, se trouve le cargo portugais SS. Angola. Ce dernier, au lieu de porter assistance aux naufragés, va changer sa route et passer à côte du SS. Columbine sans aucune tentative de prêter secours……
23 membres d’équipage dont le pacha, perdront la vie dans le naufrage. 29 réussiront à rejoindre la terre ferme.
Le U-198 va continuer à patrouiller dans le secteur Est de la côte sud-africaine jusqu’à début juillet.
Le 6 juillet 1944, le U-198 est surpris en surface par deux avions Ventura à environ 200 miles à l’Est de Durban.
Le premier Ventura sera touché par la flak anti-aérienne du U-Boot, l’empêchant de lancer ses bombes.
Le second Ventura sera tenu à distance le temps d’entamer la plongée. Il attaque néanmoins le U-198 en submersion avec des charges de profondeur. Des dégâts légers seront constatés, notamment un des réservoirs de carburant qui est endommagé. La fuite de carburant visible en surface va sauver la vie des sous-mariniers. En effet, le Ventura va penser que le U-Boot est détruit et va abandonner la chasse. Le U-198 réussira à s’échapper et à réparer les dégâts.
Le 15 juillet, à hauteur de Inharrime, il envoie par le fond le marchand britannique SS. Director (5107 tn).

Sans escorte, ce dernier est frappé par une torpille et coule avec 1 membre d’équipage.
Début août, le U-198 fait route au Nord.
Le 19 juillet, le U-198 lance une salve de torpille contre un cargo. Pris en chasse et grenadé par une corvette, il s’échappe sans dommage. Pas de victoire officielle.
Le 6 août, alors qu’il se trouve à 50 miles à l’Est de Quiterajo (Mozambique), il coule le cargo britannique MV. Empire City (7295 tn). Il est 0h59 quand ce navire, appartenant au convoi dispersé DKA-21, est torpillé en envoyé par le fond avec deux membres d’équipage.
Le 7 août, il envoie par le fond le britannique MV. Empire Day (7242 tn) à 200 miles à l’Est de Dar Es Salaam.

42 membres d’équipage poseront pieds à terre à Zanzibar. Le mécanicien en chef sera fait prisonnier à bord du U-198 et vivra le destin de ce dernier.
Le 10 août, le U-198 est localisé par un avion Avenger (squadron 587/FAA) du porte-avions HMS. Shah alors qu’il entamait une plongée. Une Frégate proche (HMS Findhorn) recherchera sans succès le U-Boot.
Le lendemain matin, un nouvel Avenger du HMS Shah détecte le U-Boot et lance ses charges de profondeur. Le U-198 fera surface et engagera l’avion avec sa flak pendant 20 minutes avant de replonger.
Le 12 août, le U-198 est surpris par un Catalina. Un sloop indien (HMSI Godavari) est envoyé sur zone dans en fin de journée. Avec le HMS Findhorn, ils entament la chasse au U-boot et le détecte en fin d’après-midi.
L’attaque est menée au moyen de « hérissons » (Hedgehog). Après de multiples explosions, des débris apparaissent à la surface ainsi qu’une nappe de carburant.
Le U-198 a disparu avec ses 65 membres d’équipage et son prisonnier malchanceux en position 03º35’S 52º49’E.


Liens :
http://www.uboat.net/boats/u198.htm
http://u-boote.fr/u-198.htm


--------------------
Citation
A me suivre, tu passes !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
U796
posté dimanche 12 aot 2018 à 21:47
Message #235


*****
Bonne brise

Groupe : Membres
Messages : 417
Inscrit : 11/05/2008
Lieu : Vouneuil-sous-Biard (86580)
Membre no 9820



U-199 (Type IXD2)
Construction ordonnée le 4 novembre 1940.
Mise en chantier le 10 octobre 1941 au chantier AG WESER à Brême (werk 1045).
Lancé le 10 juillet 1942.
Commissionné le 28 novembre 1942 sous les ordres du Kptlt Hans-Werner Kraus.

4e Flottille Stettin du 28/11/1942 au 30/04/1943 (entraînement).
12e Flottille Bordeaux du 01/05/1943 au 31/07/1943 (front boot).
Coulé le 31 juillet 1943 dans l’Atlantique Sud par charges de profondeur par un avion Mariner et deux avions brésiliens (Catalina et Hudson).

Kaleun :

Kptlt Hans-Werner Kraus

Emblèmes :


Photos :

(U-199)

Succès : 2
27 Juin 1943 : S.S. "Charles Willson Peale" (cargo à vapeur - Liberty ship - de 7176 tonnes), carreau GB, torpilles + artillerie - 50 nautiques dans le Sud de Rio de Janeiro - Echec
04 Juillet 1943 : (bateau de pêche), carreau GA, artillerie - Près de Rio de Janeiro
06 Juillet 1943 : (bateau de pêche), carreau GA, artillerie - Près de Rio de Janeiro – Non confirmé
24 Juillet 1943 : S.S. "Henzada" (cargo à vapeur de 4161 tonnes), carreau GB 4191, torpille - 25°30'S 44°00'O

Patrouilles et anecdotes : 1
Patrouille 1 :
Départ de Kiel le 13 mai 1943 pour opérer dans l’Atlantique Sud.
Il rejoint sans encombre son secteur de patrouille situé au large des côtes brésiliennes entre Santos et Rio de Janeiro.
Le 25 juin 1943, il est repéré par hasard par un avion brésilien qui était à la recherche du U-513 détecté plus tôt. Les deux U-boat s’échapperont sans dommage.
Deux jours plus tard, il croise la route du liberty ship Charles Wilson Peale, un américain de 4176 tn, à 50 miles au sud de Rio..
Mais le U-199 a également été repéré. Le cargo évite les torpilles tirées et riposte avec son armement de bord. Il va réussir à rejoindre Rio indemne.
Le 3 juillet 1943, le U-199 est de nouveau repéré par deux avions brésiliens sans conséquence. Mais un peu plus tard dans la journée, il est attaqué par un avion Mariner de l’US Navy du VP-74 (Lt. H.C. Carey). Ce dernier sera abattu par le U-199.

(Mariner du VP-74)
Le 4 juillet, il envoie par le fond le voilier de pêche brésilien Changri-là (20 tn).
Le U-199 entame son attaque avec le canon AA, mais sans succès. Kraus ordonne alors de tirer au canon de 105 mm. Deux tirs au but vont envoyer le voilier par le fond. Malgré les recherches réalisées, aucun survivant ne sera retrouvé.
Le 6 juillet, un second voilier sera revendiqué, mais non confirmé.
Il faudra attendre le 24 juillet 1943 pour que le U-199 remporte sa première mais dernière victoire significative.
Vers 9h30, alors que le marchand britannique Henzada (4161 tn) navigue isolé à 100 miles au sud-ouest de Rio, ce dernier est frappé en son centre par une des deux torpilles tirées par Kraus.

(Henzada)
Le cargo est coupé en deux et mettra 20 minutes à sombrer emportant deux marins avec lui.
Quelques heures plus tôt, le U-199 avait manqué une première attaque et tiré 3 torpilles sans résultat.

Sept jours plus tard, dans la journée du 31 juillet 1943, le U-199 est de nouveau repéré par un avion Mariner du squadron VP-74 (LtN.F. Smith) à 80 miles au sud de Rio.
Le Mariner va larguer 6 charges de profondeur qui vont gravement endommager le U-199, l’empêchant de rester en immersion. La situation est désespérée et l’hallali est proche.
Ses coordonnées ont été transmises à la base des forces alliées.

Très rapidement deux nouveaux avions se présentent, un Hudson et un Catalina brésiliens.
Le Hudson va mitrailler à plusieurs reprises le U-199 qui zigzag en surface.

(mitraillage en surface)
Jusqu’au moment ou le Catalina (Cadet A.M.Torres) va larguer ses charges de profondeur avec succès, envoyant le U-199 par le fond.
Kraus et 11 sous-mariniers réussiront à monter dans des canots de sauvetage. 49 autres périront.

(les survivants)


(Lieu du naufrage)

Liens :
http://www.uboat.net/boats/u199.htm
http://u-boote.fr/u-199.htm


--------------------
Citation
A me suivre, tu passes !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
U796
posté lundi 13 aot 2018 à 13:52
Message #236


*****
Bonne brise

Groupe : Membres
Messages : 417
Inscrit : 11/05/2008
Lieu : Vouneuil-sous-Biard (86580)
Membre no 9820



U-200 (Type IXD2)
Construction ordonnée le 4 novembre 1940.
Mise en chantier le 3 novembre 1941 au chantier AG WESER à Brême (werk 1046).
Lancé le 10 août 1942.
Commissionné le 22 décembre 1942 sous les ordres du Kptlt Heinrich Schonder (Croix de chevalier).
4e Flottille Stettin du 22/12/1942 au 31/05/1943 (entraînement).
12e Flottille Bordeaux du 01/06/1943 au 34/06/1943 (front boot).

Coulé le 24 juin 1943 au Sud-Ouest de l’Islande par 2 charges de profondeur d’un avion Liberator britannique en position 58.15N, 25.25W.

Kaleun :


Kptlt Heinrich Schonder (Croix de chevalier).

Emblèmes :


Photos :

(U-200 avec son marquage UAK)

(U-200 : lieu et dates inconnus)



(U-200 et son équipage jour du départ le 12 juin 1943)



(U-200 - le Kptlt Schonder arrose le départ)

Succès : 0

Patrouilles et anecdotes : 1
Patrouille 1 :
Départ de Kiel le 12 juin 1943 pour rejoindre l’Océan Indien et renforcer le groupe Monsun dans ses opérations en mer d’Arabie.

(U-200 avec U-194 et U-420 le 12 juin 1943)
Le U-boot transporte également à son bord un détachement de 7 hommes des forces spéciales de la division « Brandenburger ». Formé au maniement des explosifs et à la navigation, ce groupe est chargé de saboter les cales sèches construites par les australiens à Durban (Afrique du Sud) avec le soutien des activistes Boers de l’Ossewabrandwag et de semer le chaos.

(Ltn Brugmann, chef du groupe commando)
Le U-200 prend la route nord en passant entre le nord des îles britanniques et l’Islande.
.
Le 24 juin, alors qu’il est en surface, le U-200 est repéré par un avion Liberator britannique du squadron 120/H piloté par le F/L A.W FRASER.
Les mitrailleurs antiaérien vont très rapidement riposter. Alors que le Liberator amorce son attaque, il est touché par le feu nourri du U-boat. La voilure gauche est touchée ainsi que le réservoir d’aile. Des impacts frappent la carlingue et le système hydraulique est touché lors de l’approche.
Sur les 4 charges de profondeur, seul deux se déclenchent à la vertical du U-200.
Elles explosent à proximité du U-boat mais ce dernier semble continuer sa route comme si de rien n’était.

(U-200 - Touché par 2 charges)
Fraser attaque une seconde fois, mais le mécanisme de largage, probablement touché par les tirs AA, tombe en panne.
Mais le U-200 a été fortement touché au premier passage. Il commence à prendre une forte gîte et l’équipage entame l’évacuation. Frazer observera une quinzaine de sous-mariniers se débattant dans la nappe de mazout dégagée des flancs éventrés du U-boat.
Il n’y aura aucun survivant, soit 62 morts….

(Lieu du naufrage)

Liens :
http://www.uboat.net/boats/u200.htm
http://u-boote.fr/u-200.htm


--------------------
Citation
A me suivre, tu passes !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
SpaghettiJo
posté jeudi 16 aot 2018 à 22:20
Message #237


*
Très légère brise

Groupe : Membres
Messages : 43
Inscrit : 09/12/2015
Lieu : Sud Ouest
Membre no 26380



Magnifique travail sweatingbullets.gif
Merci beaucoup U796 smile.gif


--------------------

Go to the top of the page
 
+Quote Post
L'herminier
posté jeudi 14 fvrier 2019 à 13:15
Message #238


***
Petite brise

Groupe : Membres
Messages : 136
Inscrit : 08/03/2008
Lieu : Nancy
Membre no 9363



Bonjour U796,

merci et bravo pour cet excellent travail de documentation. Bonne continuation!!
Go to the top of the page
 
+Quote Post
U796
posté dimanche 29 mars 2020 à 18:50
Message #239


*****
Bonne brise

Groupe : Membres
Messages : 417
Inscrit : 11/05/2008
Lieu : Vouneuil-sous-Biard (86580)
Membre no 9820



U-201 (Type VIIC)
Construction ordonnée le 23 septembre 1939.
Mise en chantier le 20 janvier 1940, chantier F. Krupp Germaniawerft AG à Kiel (werk 630).
Lancé le 7 décembre 1940.


Commissionné le 25 janvier 1941 sous les ordres de l’Oblt. Adalbert Schnee (Croix de chevalier avec feuilles de chêne).
1e Flottille Kiel du 25/01/1942 au 01/04/1941 (entraînement).
1e Flottille Kiel puis Brest du 01/04/1941 au 17/02/1943 (front boot).

Coulé le 17 février 1943 dans l’Atlantique Nord à l’Est de Terre Neuve en position 50.50N 40.50W par charges de profondeur du destroyer britannique HMS Viscount.

Kaleun :

Kptlt. Adalbert Schnee du 25/01/1941 au 24/08/1942

Kptlt. Günther Rosenberg du 25/08/1942 au 17/02/1943.

Emblèmes :



Photos :





Succès : 24 + 2 endommagés
- 2 Mai 1941 à 21h14 : M.V. "Capulet" (pétrolier à moteur de 8190 tonnes traînard du convoi HX 121), carreau AL 3133, coup de grâce par torpille - 60°N 16°O
- 8 Mai 1943 à 15h47 : "Kervegan" (cargo à vapeur français de 2018 tonnes), carreau AD 8843, torpilles - Atlantique Nord
- 9 Mai 1943 à 14h26 : S.S. "Gregalia" (cargo à vapeur de 5802 tonnes du convoi OB 318), carreau AK 2181, torpille - 60°24'N 32°37'O
- 9 Mai 1943 à 14h28 : S.S. "Empire Cloud" (cargo à vapeur de 5969 tonnes du convoi OB 318), carreau AK 2181, torpille - 61°00'N 32°30'O - endommagé
- 19 Août 1941 à 04h06 : "Ciscar" (cargo à vapeur de 1809 tonnes du convoi OG 71), carreau BE 2567, torpille - 49°10'N 17°40'O
- 19 Août 1941 à 04h06 : (pétrolier à vapeur de 12000 tonnes du convoi OG 71), carreau BE 2567, torpille
- 19 Août 1941 à 04h06 : S.S. "Aguila" (cargo à vapeur de 3255 tonnes du convoi OG 71), carreau BE 2567, torpille - 49°23'N 17°56'O
- 23 Août 1941 à 02h14 : S.S. "Aldergrove" (cargo à vapeur de 1974 tonnes du convoi OG 71), carreau CG 2771, torpille - 40°43'N 11°39'O
- 23 Août 1941 à 02h16 : (un bâtiment de 4000 tonnes du convoi OG 71), carreau CG 2771, torpille
- 21 Septembre 1941 à 22h50 : S.S "Runa" (cargo à vapeur de 1575 tonnes du convoi OG 74), carreau BE 4866, torpille - 46°20'N 22°23'O
- 21 Septembre 1941 à 23h20 : S.S "Lissa" (cargo à vapeur de 1511 tonnes du convoi OG 74), carreau BE 4944, torpille - 47°N 22°O
- 21 Septembre 1941 à 23h21 : S.S "Rhineland" (cargo à vapeur de 1381 tonnes du convoi OG 74), carreau BE 4944, torpille - 47°N 22°O
- 27 Septembre 1941 à 02h08 : S.S. "Springbank" (navire marchant avec catapulte - CAM - de 5155 tonnes du convoi HG 73), carreau BE 1939, torpille - 49°09'N 20°10'O
- 27 Septembre 1941 à 02h08 : (corvette du convoi HG 73), carreau BE 1939, torpille
- 27 Septembre 1941 à 02h11 : S.S. "Siremalm" (cargo à vapeur de 2468 tonnes du convoi HG 73), carreau BE 1939, torpille - 49°05'N 20°10'O
- 27 Septembre 1941 à 23h03 : S.S. "Margareta" (cargo à vapeur de 3103 tonnes du convoi HG 73), carreau BE 2378, torpille - 50°15'N 17°27'O
- 27 Septembre 1941 à 23h03 : (cargo à vapeur de 3000 tonnes du convoi HG 73), carreau BE 2378
- 18 Avril 1942 à 00h46 : M.V. "Victoria" (pétrolier à moteur de 7417 tonnes), carreau CA 9375, 2 torpilles - 36°41'N 68°48'O - endommagé
- 21 Avril 1942 à 02h36 : S.S. "Bris" (cargo à vapeur de 2027 tonnes), carreau DC 3456, torpille - 34°N 69°O
- 22 Avril 1942 à 03h29 : S.S. "San Jacinto" (cargo à vapeur de 6069 tonnes), carreau DC 5631, torpille + artillerie - 31°10'N 70°45'O
- 22 Avril 1942 à 09h05 : S.S. "Derryheen" (cargo à vapeur de 7217 tonnes), carreau DC 6178, torpille - 31°20'N 70°35'O
- 6 Juillet 1942 à 00h36 : S.S. "Avila Star" (cargo à vapeur de 14443 tonnes), carreau CF 4953, torpille - 38°04'N 22°48'O
- 12 Juillet 1942 à 00h25 : S.S. "Cortona" (cargo à vapeur de 7093 tonnes du convoi dispersé OS 33), carreau DG 6311, torpille - 32°45'N 24°45'O
- 12 Juillet 1942 à 04h13 : S.S. "Siris" (cargo à vapeur de 5242 tonnes du convoi dispersé OS 33), carreau DG 9296, torpille + artillerie - 31°20'N 24°48'O
- 13 Juillet 1942 à 02h21 : S.S. "Sithonia" (cargo à vapeur de 6723 tonnes du convoi dispersé OS 33), carreau DG 9552, torpille - 29°N 25°O
- 15 Juillet 1942 à 01h46 : S.S. "British Yeoman" (pétrolier à vapeur de 6990 tonnes), carreau DG 9975, torpille + artillerie - 26°42'N 24°20'O
- 25 Juillet 1942 à 23h05 : H.M.S. "Laertes" (chalutier armé anti-sous-marins de 545 tonnes), carreau ET 5962, torpille - 06°00'N 14°17'O
- 2 Octobre 1942 à 08h33 : S.S. "Alcoa Transport" (cargo à vapeur de 2084 tonnes), carreau EO 1472, torpille - 09°03'N 60°10'O
- 8 Octobre 1942 à 02h32 : S.S. "John Carter Rose" (cargo à vapeur de 7191 tonnes), carreau EF 9795, torpilles + artillerie - 10°27'N 45°37'O
- 9 Octobre 1942 à 01h23 : S.S. "Flensburg" (cargo à vapeur de 6421 tonnes), carreau EF 9773, torpille + artillerie - 10°45'N 46°48'O

Patrouilles et anecdotes : 9
Patrouille 1 :
Départ de Kiel le 22 avril 1941 pour la France.
Le 2 mai 1941, le U-201 tombe par hasard sur l’épave abandonnée d’un pétrolier britannique à 300 nautiques au NNO de Rockall. Ce pétrolier (le M.V. "Capulet") du convoi HX121, transportait 11 200 tonnes de gaz-oil. Torpillé le 28 avril par le U-552, il dérivait au fil de l’eau. Le U-201 va alors donner le coup de grâce.
Le 8 mai 1941, le U-201 reçoit un message du U-110 qui signale le convoi OB318. Le convoi est constitué de 38 navires marchands et de l’Escort Group 7 (3 destroyers, cinq corvettes, un sloop et un chalutier anti-SM). Le 9 mai, alors qu’il se trouve à 750 nautiques à l’ENE du Cap Farewell, le U-201 rentre en action. En position de tir, il tire une salve de torpilles qui impactent deux marchands : Le SS Gregalia à 14h26 et le SS Empire Cloud à 14h28.
Le Gregalia coule rapidement mais son équipage est secouru par le HMS Daneman. L’Empire Cloud est gravement endommagé. Il sera ultérieurement remis en service en novembre 1941.
Une fois passé l’effet de surprise, l’escorte va entrer en action et repérer le U-Boat au sonar. Pendant 5 heures, le U-201 en plongé, va être harcelé par une corvette (HMS Nigella), un destroyer (HMS Amazon) et le chalutier anti-SM (HMS St Apollo). Schnee va compter 99 grenades sous marines qui vont sérieusement endommager le U-201 sans le couler. Le U-201 va réussir à s’esquiver en surface pendant la nuit. Schnee aurait voulu continuer la patrouille après réparation mais les dommages causés à la soute à gaz-oil étaient trop important. Il prit donc le chemin de La France.
Arrivée à Brest le 18 mai 1941.
Patrouille 2 :
Départ de Brest le 9 juin 1941 pour opérer dans l’Atlantique Nord.
Le U-201 va rejoindre dans un premier temps la meute « Kurfürst » (3 U-Boat) au sud de l’Islande. En l’absence de détection de convoi, le groupe va rapidement se séparer pour rejoindre la meute « West » au sud-est du Groenland mais pas le U-201. Quand il devient évident que les convois ont été déroutés pour éviter la meute « West » (14 U-Boat), la meute et le U-201 se déploient librement dans la zone centrale de l’Atlantique Nord.
Après des jours de chasse infructueuse, le U-201 rejoint Brest le 19 juillet 1941 sans victoire.
Patrouille 3 :
Départ de Brest le 14 août 1941 pour opérer dans l’Atlantique Nord.
Alors qu’il fait route vers le secteur Ouest du Canal du Nord, le U-201 est dévié de sa route le 17 août vers le convoi OG71 qui a été détecté à l’Ouest de l’Irlande.
Schnee va prendre contact avec le convoi le jour même en soirée et va maintenir le contact sans attaquer jusqu’au 19.
Le 19 août, il passe à l’attaque.
A 4h06 Schnee tire une salve de 4 torpilles sur le convoi, O-S-O de Fastnet Rock, et observe deux détonations sur un tanker et deux autres explosions sur deux navires situés plus loin dans le convoi.
Schnee va déclarer trois victoires pour 20 000 tons, mais en fait seul deux navires ont été coulés.
Le SS Aguila (GB de 3255 tons) était le navire de commandement du convoi (Vice-amiral Patrick E. Parker). Il va couler en 90 secondes après avoir reçu 2 torpilles. Le commodore, 152 hommes d’équipage et passagers perdront la vie dont 21 femmes du Womens Royal Navy Service.
Simultanément, le SS Ciscar (GB de 1809 tons) est également envoyé par le fond. Treize hommes d’équipage perdront la vie, 35 seront secourus.
Le U-201 va ensuite perdre le contact avec le convoi le 20 août sous la pression de l’escorte. Un avion Condor va le localiser le 21 août mais ne sera pas en mesure de guider le U-201 vers la cible.
Le U-564 va de nouveau signaler le convoi le 22 août et rameuter le U-201 pour une nouvelle attaque.
Aux premières heures du 23 août, le U-201 passe de nouveau à l’attaque au N-O de Lisbonne.
A 2h14, Schnee tire de nouveau une salve de 4 torpilles sur le convoi OG71. Il aperçoit un coup au but sur un marchand et deux sur un tanker qui s’embrase et coule en 15 minutes. Deux minutes plus tard, il tire une torpille de poupe et une détonation est entendue. Schnee rend-compte de deux navires coulés et deux endommagés. En fait, seul le MV Stork et le SS Aldergrove seront coulés lors de cette attaque.
Le SS Aldergrove (GB de 1974 tons) va rapidement couler avec un homme d’équipage.

Le MV Stork (GB de 787 tons) va perdre 19 de ses 22 hommes d’équipage.
Mission accomplie, le U-201 rentre à Brest le 25 août 1941 avec 4 victoires à son actif.
Patrouille 4 :
Départ de Brest le 14 septembre 1941 pour opérer entre le sud et le S-O de l’Irlande.
Alors qu’il fait route, le U-201 est contacté par le U-124. Ce dernier a détecté le convoi OG74 le 20 septembre au N-E des Açores. Le U-201 étant le seul U-Boot dans la zone, il va au devant du convoi.
Très rapidement, Schnee va prendre contact avec le convoi mais il sera surpris par un avion Marlet (Wildcat) du porte-avion d’escorte HMS Audacity qui va le mitrailler sans conséquence. Obligé de plonger, Schnee sera pris en chasse et repoussé par le sloop HMS Deptford et la corvette HMS Arbutus.
Dans la soirée du 21 septembre, Schnee va reprendre contact avec le convoi à 800 nautiques au N-E des Açores et passer à l’attaque.
A 22h50, il torpille le marchand SS Runa (GB de 1575 tons). 14 membres d’équipage perdent la vie, 9 seront sauvés par le HMS Deptford.
A 23h20 et 23h21, il tire une salve de torpilles sur le convoi. Le SS Lissa (GB de 1511 tons) est coulé avec tout son équipage (26). Le SS Rhineland (GB de 1381 tons) est endommagé. Le coup de grâce sera donné à 23h41. Il coule avec tout l’équipage.

Le lendemain, le U-201 et le U-204 sont envoyés au devant du convoi HG73 qui a quitté Gibraltar le 17 septembre.
Le U-201 détecte le convoi le matin du 27 septembre et torpille deux nouveaux bâtiments.
A 2h08, le U-201 tire deux torpilles sur un vapeur et une corvette. Schnee observe un éclair lumineux à proximité de la corvette et une explosion sur le marchand qui coule immédiatement. La première torpille semble avoir explosée prématurément, la seconde a coulé le SS Cervantes (GB de 1810 tons).
A 2h09, Schnee tire une torpille de poupe sur un des marchands. La torpille loupe sa cible.
A 2h11 il tire deux torpilles de proue sur le même navire.
Les vigies du HMS Springbank (Navire de combat catapulte de 5155 tons) aperçoivent une torpille passer à la proue sans les toucher. Malheureusement, simultanément, deux torpilles vont frapper le navire côté babord. La plupart des survivants (201) ont été secourus par le HMS Jasmine (K23) qui a accosté pour les embarquer avant de saborder le navire en feu.
Sous la pression de l’escorte le U-201 va prendre ses distances avec le convoi avant de repartir à l’attaque en soirée.
A 23h03, à 3500 m, il tire deux torpilles G7e sur deux navires du convoi. Seul le SS Margareta (GB de 3103 tons) est frappé et coule. L’équipage au complet (34) sera récupéré.
En rupture de torpille, le U-201 entame son retour vers Brest le 28 septembre.
Il rejoint Brest le 30 septembre 1941 avec 6 pavillons de victoire.
Patrouille 5 :
Départ de Brest le 29 octobre 1941 pour opérer à l’ouest de l’Irlande.
Le 31 octobre, le U-96 détecte le convoi OS10 dans la zone centre de l’atlantique nord. Le U-201 fut détaché vers cet objectif mais les recherches effectuées restèrent vaines.
Le 5 novembre, le U-201 rejoint la meute « Störtebecker » à l’Ouest de l’Espagne à la recherche du convoi HG76. Une fois de plus, le convoi passe sans être détecté. Le 7 novembre, la meute est envoyée à la rencontre du convoi SL91 qui restera introuvable y compris par les reconnaissances aériennes. La meute prend alors la route vers l’Ouest vers la zone centrale de l’atlantique nord. Le 15 novembre la meute sera à la recherche du convoi OS11 sans arriver à le localiser. A compter du 17 novembre, la meute forme une ligne de patrouille de 500 miles de long entre l’Irlande et les Açores sans résultat. Le 19, la meute se disloque pour former 3 lignes de patrouille (3 meutes) « Störtebecker », « Gödecke » et « Benecke » pour intercepter le convoi OG77. Le U-201 était rattaché à la meute Gödecke.
Le 22 novembre, tous les U-Boot de l’Atlantique Nord furent envoyés vers Gibraltar à l’exception des U-201, U-69 et U-402. Ils formèrent à trois la meute « Letzte Ritter » à compter du 25 novembre. Le convoi OG77 avait pris la route le 26 novembre au départ de l’Angleterre. La meute fut envoyée à sa rencontre sans réussir à le détecter.
Le 1er décembre, à court de carburant, le U-201 entama son retour vers Brest qu’il rejoignit le 9 décembre 1941 sans une seule victoire. Echec total.
Le 13 décembre 1941, alors qu’il était en entretien dans le port de Brest, une explosion accidentelle se produisit dans la salle des batteries. Le mécanicien Josef Zander fut tué dans cet accident.
Patrouille 6 :
Départ de Brest le 24 mars 1942 pour opérer sur la côte Est des Etats-Unis.
Le U-201 fait parti de la cinquième vague de U-Boot envoyée sur les côtes US dans le cadre de l’opération « Paukenschlag ».
Le 18 avril 1942 à 0h46, de nuit, Schnee tire une torpille de poupe sur un tanker à 300 miles Est du Cap Hatteras. Le pétrolier est frappé côté bâbord entre les cales 1 et 2. L’équipage va arrêter les moteurs, envoyer un message de détresse, mais va rester à bord car le navire n’est pas immobilisé. A 1h45, Schnee tire une seconde torpille G7e sous forme de coup de grâce puis ordonne de faire surface. La torpille frappe entre le pont et le rouf arrière.
Au périscope, Schnee avait observé de faibles feux sur le navire avant l’attaque mais n’avait aperçu le marquage de neutralité. En surface, il constate son erreur et informe immédiatement BdU qui lui ordonne de cesser l’attaque et de quitter la zone vers le Sud.
Endommagé mais non coulé, le navire sera abandonné par son équipage puis réinvestit pour rejoindre New-York le 21 avril.
Ce pétrolier était le MV Victoria (7417 tons), un navire neutre argentin. Heureusement, on ne dénombrera pas de victimes.
Cet incident occupera de nombreux diplomates et avocats pendant des semaines. L’Argentine protestera vigoureusement. L’Allemagne confirmera son erreur et émettra de sincères regrets.
Le 21 avril 1942, le U-201 envoie par le fond un navire norvégien.
Le vapeur marchand SS Bris (2027 tons) naviguait sans escorte. A 2h36 il est frappé à bâbord entre les cales 1 et 2 par une torpille G7e alors qu’il se trouve à 260 miles Ouest des Bermudes.
Schnee avait chassé le navire pendant plus de 15 heures sans être en position favorable de tir alors que celui-ci naviguait en zigzaguant. Après l’impact, le navire s’est rapidement immobilisé puis a coulé par la proue en moins de 6 minutes. Les survivants n’ont pas eu le temps d’envoyer de message de détresse et ont immédiatement abandonné le navire dans deux canots. Cependant, certains hommes ont sauté par-dessus bord et trois d’entre eux ont été pris dans le tourbillon de l’hélice qui tournait encore et ont été tué. Un quatrième mourra dans un canot avant le sauvetage réalisé le 4 mai.
Le 22 avril 1942 matin, le U-201 va réaliser deux attaques victorieuses au S-E du Cap Hatteras.
A 3h29 et après près de 12 heures de poursuite, Schnee tire une torpille sur le transport de passager SS San Jacinto (US de 6069 tons). La torpille va légèrement frapper l’arrière du navire, au niveau de la ligne de flottaison, dans la cale 5. L’explosion va déchirer le pont, détruire des cabines et la salle radio. Les moteurs endommagés sont arrêtés.

13 hommes sont perdus. 169 survivants vont embarquer rapidement et en bon ordre dans six embarcations et des radeaux.
Alors qu’il a fait surface, Schnee ordonne le tir canon. 75 coups seront nécessaires pour envoyer le navire par le fond 3 heures plus tard.
Les survivants pourront envoyer un message de détresse avec une radio portative et être secourus le 24 avril.
A 9h05, le marchand SS Derryheen (GB de 7127 tons) sans escorte, qui effectuait son premier voyage, est heurté du côté bâbord à l’extrémité arrière de la cale no 5 par une torpille G7e de l’U-201 alors qu’il suivait un cap diret à 11,75 nœuds à environ 300 milles à l’ouest des Bermudes. Le sous-marin avait d’abord repéré le navire deux heures plus tôt et avait déjà lancé une torpille G7e qui avait mal fonctionné à 7 h 56. L’explosion a fait exploser la section arrière des écoutilles no 5, et le nitrate entreposé dans cette cale a immédiatement pris feu.
L’équipage rassemblé au centre navire va embarquer en bon ordre dans les canots alors que le navire prenait une gîte bâbord.
A 9h27, Schnee tire une seconde G7e en guise de coup de grâce qui frappe le côté bâbord de la salle des machines. A9h30, le navire coule par la poupe.
A court de carburant et torpilles, Schnee entame ensuite son retour vers Brest qu’il rejoint le 21 mai 1942 avec 4 victoires.
Patrouille 7 :
Départ de Brest le 27 juin 1942 pour opérer dans l’Atlantique centre.
Le U-201 est l’un des six U-Boot désignés pour former une nouvelle meute.
Le 6 juillet 1942, en route pour le regroupement de la meute au S-E des Açores, le U-201 croise le route du transport de passager SS Avila Star (GB de 14 443 tons).
Il fait nuit. L’Avila Star navigue sans escorte. Cela fait 5 heures que Schnee tente de trouver une bonne position de tir. Enfin à 0h36, Schnee lance deux torpilles G7e qui frappent le navire à tribord à 90 miles à l’est de San Miguel (Açores).
Touché, le navire continue lentement sa progression. A 0h54, un premier coup de grâce échoue. A 0h58 un second coup de grâce frappe le navire juste en dessous d’une embarcation de sauvetage en train d’être mise à l’eau. Ses 22 passagers seront tués sur le coup. Le transport coule. Une embarcation ne sera jamais retrouvée (23 marins). Une autre embarcation de sauvetage comptant 39 passagers ne sera retrouvée que le 25 juillet après que 10 marins soient morts de blessures ou de déshydratation. 137 survivants seront secourus.
La meute « Hai » est formée de six U-Boot. A partir du 10 juillet ellese positionne entre le 20e et le 25e méridien Ouest.
Le 11 juillet, le convoi OS33 croise la ligne de patrouille au sud de Santa Maria (Açores). Il se sépare en deux convois, une partie se dirigeant vers l’Amérique du Sud, l’autre continuant vers le Sud. Le U-201 et le U-116 se voient attribuer ce second convoi.
Peu après minuit, le 12 juillet, les deux U-Boot vont mener une attaque presque simultanée sur un marchand britannique.
A 0h22, Le SS Cortana (GB de 7093 tons) est frappé à la proue côté bâbord par une torpille du U-116. Trois minutes plus tard, c’est une torpille du U-201 qui impacte le navire côté tribord. A 0h30, Schnee tire le coup de grâce. La torpille va passer sous le bâtiment sans exploser. A 0h41, le second coup de grâce est le bon. La torpille frappe le centre du navire qui coule une heure plus tard.
Les deux U-boot se sont vus pendant l’attaque. Le U-116 a revendiqué la victoire a tord croyant que l’explosion fatidique était une explosion de chaudière conséquence de l’impact de sa propre torpille.
Quatre heures plus tard, le U-201 coule le SS Siris (GB de 5242 tons).
A 4h13, le Siris est frappé en son centre par une torpille de poupe du U-201. L’équipage aura le temps d’embarquer dans des canots avant que Schnee face tirer 100 coups de 88 mm sur le navire qui coulera à 6h26. L’équipage sera secouru 10 et 16 jours plus tard.
Le lendemain, il envoi par le fond le SS Sithonia (GB de 6723 tons).
Le 13 juillet à 2h21, le U-201 torpille le Sithonia à l’Ouest des Canaries. 7 membres d’équipage perdront la vie.
L’opération se termine le jour même. Au total le convoi OS33 perdra 6 navires contre un U-Boot (U-136) coulé par l’escorte.
Les cinq U-boot de la meute vont former une nouvelle ligne de patrouille.
Le 15 juillet 1942, le U-201 va de nouveau frapper.
Le tanker SS Yeoman (GB de 6990 tons) qui transporte 9 700 tonnes de fuel, navigue sans escorte. Cela fait 14h00 que Schnee poursuit le pétrolier et essaye de se mettre en position de tir. A 1h46, une torpille frappe le tanker. Ce dernier prend immédiatement feu et déverse son chargement enflammée à la mer. Le U-201 est obligé de quitter le secteur pour éviter les flammes. De retour sur zone le lendemain, il trouve la poupe encore flottante. 61 coups de 88 mm seront nécessaires pour l’envoyer par le fond le 16 juillet à 10h00. 43 marins ont péris dans les flammes.
En fin de journée, la meute fait route au Sud en passant entre les îles du Cap Vert et l’Afrique. Arrivé au large de Dakar, la meute se disperse et chaque U-Boot va opérer indépendamment dans la zone de Freetown.
Le 25 juillet 1942, peu avant minuit, le U-201 va encore faire parler la poudre. Le U-201 a détecté un chalutier anti-SM britannique : le HMS Laertes (T 137)
A 23h05, le U-201 tire une torpille qui frappe le chalutier qui explose et coule immédiatement avec tout son équipage (19).
Sur cette victoire, Schnee entame le retour vers Brest.

Il rejoint Brest le 8 août 1942 après une patrouille de 51 jours, 6 victoires et 41 036 tons à son actif.
L’accueil sera triomphal. Schnee est décoré de la Croix de Chevalier de la Croix de Fer avec feuilles de chêne. Le même jour il rejoint Berlin où il est reçu par Adolf Hitler en personne. Il se voit proposer un poste à l’EM de la U-Bootewaffe par Dönitz. Il accepte.
Le 25 août 1942, l’Oblt. Günther Rosenberg prend le commandement du U-201.
Patrouille 8 :
Départ de Brest le 6 septembre 1942 pour opérer dans l’Atlantique centre.
Entre le 7 et le 23 septembre, le U-201 ne trouve aucun objectif. Le 24 septembre il est ravitaillé en mer par le U-460 au sud des îles des Açores.
Il prend ensuite la direction plein Ouest vers Trinidad et le Venezuela.
Le 2 octobre 1942, il croise la route du marchand US SS Alcoa Transport (2084 tons)
Il est 7h00. Les vigies de l’Alcoa Transport, qui navigue sans escorte, ont observé un feu rouge clignotant sur la mer. Ils rendent compte de sorte que le navire change de cap à environ 100 miles au S-E de Trinidad.
A 8h33, une torpille du U-201 frappe le côté tribord à l’arrière de la salle des machines. Les moteurs sont HS, les conduits de vapeur sont rompus. La machine à glace est dans l’eau et dégage de fortes émanations d’ammoniac. Des blocs de béton utilisés comme ballast sont projetés à bâbord et accélèrent la gîte. Des hommes abandonnent le navire dans une chaloupe. Les radeaux ne peuvent pas être libérés parce que les crochets d’attache se sont révélés trop serrés. 7 hommes perdent la vie.
Le navire a coulé en 4 minutes mais 100 pieds de son étrave sont restés hors de l’eau pendant plusieurs heures à un angle de 60°.
Le U-201 quitte le secteur et se dirige vers l’Est.
A 600 nautiques au N-E de Cayenne, il trouve une nouvelle cible : le marchand US SS John Carter (7191 tons). La bataille sera rude, le combat acharné.
A 16h04 le 6 octobre, le John Carter Rose (capitaine Magnus Leknes), sans escorte, a quitté le convoi TRIN-15 deux jours plus tôt. Il a été aperçu par l’U-201 à environ 620 milles à l’est de Trinidad et quelques heures plus tard par l’U-202, qui a ensuite poursuivi le navire vers l’est.
A 0h06 le 7 octobre, l’U-201, en surface, tire une torpille arrière qui loupe son but (défaillance technique ?), puis est forcé de plonger lorsque le John Carter Rose tire quatre coups de feu de la mitrailleuse arrière de 5 pouces.
Le Liberty ship s’est alors éloigné à la vitesse maximale de 12 nœuds, malheureusement vers l’U-202. Ce dernier tire trois torpilles à 00h29 et entend deux détonations, mais, n’ayant pu observer les effets, il tire la torpille de poupe à 0h35. C’est encore un échec, le navire évitant la torpille par une course en zigzag. Le U-202 est également obligé de plonger quand il est été pris sous le feu des mitrailleuses du marchand. Le SS William Gaston témoin de cette action, et d’autres navires du convoi dispersé, signalent l’incident dans plusieurs messages radio.
Le John Carter Rose a presque réussi à s’éloigner des deux sous-marins, mais l’U-201 va reprendre le contact à 13h38 et va de nouveau échouer avec deux torpilles à 23h58.

Finalement, après une poursuite de 32 heures sur une distance d’environ 290 milles, le navire est frappé à l’arrière entre les cales 2 et 3 par une torpille du U-201 à 2 h 32 le 8 octobre. L’explosion a fait sauter les panneaux d’écoutille et a enflammé la cargaison d’essence, mais a causé peu de dommages structuraux. L’incendie s’est propagé de la passerelle à la cheminée et le navire a continué pendant 20 minutes avant que les machines puissent être arrêtées. Les huit officiers, 33 membres d’équipage et 20 gardes armés (le navire était armé d’un 5po, d’un 3po, de quatre mitrailleuses de 20mm et de quatre mitrailleuses) ont eu les pires difficultés à abandonner le navire dans trois embarcations de sauvetage en raison de l’incendie. Trois gardes armés et cinq membres d’équipage ont été perdus.
A 6h26, le U-201 lance la torpille du coup de grâce puis, en surface, ouvre le feu avec son canon de 88 mm sur l’épave encore en feu. Le vaillant cargo coule à 11h55 par la proue après 51 coups au but de 88 mm.
L’Oblt. Günther Rosenberg interrogera ensuite les survivants et leur donnera des cigarettes, des fournitures de premiers soins et du pain, avant de les orientés vers le Venezuela. Un marin sera repêché dans l’eau et placé dans l’une des embarcations de sauvetage.
Le lendemain, le U-201 passe de nouveau à l’action.
Le 9 octobre 1942, le SS Flensburg (NL de 6421 tons) est en vue.
Il est 1h23, le Flensburg navigue sans escorte quand un torpille le frappe à 500 miles du Surinam.
Il avait déjà été touché par une torpille du U-201 la veille à 19h46, mais cette dernière n’avait pas explosée. Il avait dû sa survie au fait que le U-201 n’avait plus de torpille embarquée et avait dû recharger les conteneurs du pont supérieur avant de pouvoir attaquer de nouveau.
La torpille a impacté le côté tribord en plein centre causant une forte gîte sur bâbord. Tous les membres d’équipage abandonnèrent le navire en toute sécurité dans deux embarcations de sauvetage avant que le navire ne se brise en deux et coule rapidement après avoir reçu le coup de grâce à 7h35.
En rupture de munition, le U-201 entama son retour à Brest le jour même, port d’attache atteint le 26 octobre 1942 avec 2 victoires.
Sortie :
Départ de Brest le 27 décembre 1942. Retour à Brest le 29 décembre 1942.
Patrouille 9 :
Départ de Brest le 3 janvier 1943 pour opérer dans l’Atlantique Nord.
Le U-201 fut intégré à la meute « Falke » (21 U-Boote) rejoint à 500 miles à l’Ouest de l’Irlande.
Le7 janvier, les U-Boote établissent une ligne de patrouille dirigée N-S dans l’attente des convois ONS. Aucun convoi en vue, le16 janvier, la ligne de patrouille fait mouvement vers le N-O.
A partir du 17 janvier, la meute « Habicht » (8 U-Boote) se joint à la meute pour former une ligne de patrouille de 500 miles. Deux jours plus tard, en l’absence de convoi, les meutes se séparent. Le 22 janvier 1943, un convoi est signalé. Tous les U-boote reçoivent l’ordre de se diriger vers le Sud à grande vitesse. Malheureusement, la mauvaise météo et des problèmes de communication empêchent de trouver le convoi.
Pendant cette phase de recherche, pensant suivre des navires, le U-201 a poursuivit pendant plusieurs heures un troupeau de baleines détecté au sonar. Cet incident réel, a conduit à l’introduction d’une formation spécialisée dans la reconnaissance de certains sons sous-marins naturels pour éviter ce genre de « bavure » à l’avenir.
Les U-Boote vont ensuite former la meute « Haudegen » (21 U-Boote) et faire une ligne de patrouille au sud du Cap Farewell.. Le 1re février1943, la meute fait mouvement vers Terre-Neuve. Quelques U-Boote se détachent de la meute pour attaquer les convois SG19 et SC 118.
Le U-201 est resté avec la meute qui forme un arc de cercle de 300 nautiques au N-E du Cap Race.
Le 15 février, le niveau de gas-oil est au plus bas. La meute reçoit l’ordre de se ravitailler dans la zone où ils se trouvent.
Deux jours plus tard, le U-69 signale le convoi ONS165. Ce convoi est escorte par le British Escort Group B-6. L’ordre de le poursuivre est donné, le ravitaillement se fera plus tard.

Le 17 février 1943, le U-201 et le U-69 approchent le convoi. Les deux U-Boote seront coulés.
Le U-201 est détecté par le destroyer HMS Fame (H78).
Pris en chasse il subit des attaques aux charges de profondeur. Sûrement endommagé par ces attaques, le U-201 est obligé de faire surface. Il est éperonné et disparaît corps et bien en position 50.50N, 40.50W. Pas de survivant.
Le destroyer, endommagé par le choc, devra quitter l’escorte et rejoindre son port d’attache.


Liens :
http://www.uboat.net/boats/u201.htm
http://u-boote.fr/u-201.htm


--------------------
Citation
A me suivre, tu passes !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
U796
posté mardi 31 mars 2020 à 20:30
Message #240


*****
Bonne brise

Groupe : Membres
Messages : 417
Inscrit : 11/05/2008
Lieu : Vouneuil-sous-Biard (86580)
Membre no 9820



U-202 (Type VIIC)
Construction ordonnée le 23 septembre 1939
Mise en chantier 18 mars 1940 au F. Krupp Germaniawerft AG, Kiel (werk 631)
Lancé le 10 février 1941
Commissionné le 22 mars 1941 sous les ordres du Kptlt. Hans-Heinz Linder
Du 22 mars 1941 au 1er juin 1941 : 1er flottille (entrainement)
Du 1er juin 1941 au 2 juin 1943 : 1er flottille (service actif)
Coulé le 2 juin 1943 dans l’Atlantique Nord en position 56.12N, 39.52W par charges de profondeur et artillerie du sloop britannique HMS Starling.

Kaleun :

Kptlt. Hans-Heinz Linder du 22 mars 1941 au 1er septembre 1942

Kptlt. Günter Poser du 2 septembre 1942 au 2 juin 1943

Emblèmes :


Photos :




Succès : 9 + 4 endommagés
-27 Août 1941 à 14h35 : "Ladylove" (chalutier à vapeur de 230 tonnes), carreau AE 8439, torpille - Nord de l'Islande
-11 Septembre 1941 à 13h32 : S.S. "Scania" (cargo à vapeur de 1999 tonnes, traînard du convoi SC 42), carreau AD 7154, torpilles coup de grâce - 63°14'N 37°12'O
-3 Novembre 1941 à 04h54 : S.S. "Flynderborg" (cargo à vapeur de 2022 tonnes du convoi SC 52), carreau AJ 7849, torpille - 51°21'N 51°45'O -
-3 Novembre 1941 à 04h58 : S.S. "Gretavale" (cargo à vapeur de 4586 tonnes du convoi SC 52), carreau AJ 7849, torpille - 51°21'N 51°45'O -
-22 Mars 1942 à 00h45 : M.V. "Athelviscount" (pétrolier à moteur de 8882 tonnes), carreau CC 5497, torpille - 38°46'N 52°44'O - endommagé -
-1 Avril 1942 à 23h14 : M.V. "Loch Don" (cargo à moteur de 5249 tonnes), carreau CB 8387, torpille - 37°05'N 61°40'O -
-22 Juin 1942 à 12h34 : S.S. "Rio Tercero" (cargo à vapeur de 4864 tonnes), carreau CA 5651, torpille - 39°15'N 72°32'O -
-1 Juillet 1942 à 01h27 : S.S. "City of Birmingham" (cargo à vapeur de 5861 tonnes), carreau CA 9758, torpille - 35°10'N 70°53'O -
-1 Octobre 1942 à 22h41 : S.S. "Achilles" (cargo à vapeur de 1815 tonnes), carreau EO 1465, torpille - 09°06'N 59°48'O -
-7 Octobre 1942 à 00h29 : S.S. "John Carter Rose" (cargo à vapeur de 7191 tonnes), carreau EP 1347, torpille
-23 Février 1943 à 22h17 : M.V. "Murena" (pétrolier à moteur de 8252 tonnes du convoi UC 1), carreau DG 5369, torpilles - 31°10'N 27°30'O - endommagé -
-23 Février 1943 à 22h18 : M.V. "British Fortitude" (pétrolier à moteur de 8482 tonnes du convoi UC 1), carreau DG 5369, torpilles - 31°10'N 27°30'O - endommagé
-23 Février 1943 à 22h20 : M.V. "Empire Norseman" (pétrolier à vapeur de 9811 tonnes du convoi UC 1), carreau DG 5369, torpilles - 31°18'N 27°20'O - endommagé
-23 Février 1943 à 22h21 : M.V. "Esso Baton Rouge" (pétrolier à vapeur de 7989 tonnes du convoi UC 1), carreau DG 5369, torpille - 31°15'N 27°22'O -

Patrouilles et anecdotes : 9
Patrouille 1 :
Départ de Kiel le 17 juin 1941 pour opérer dans l’Atlantique Nord.
Le 23 juin le U-203 détecte le convoi HX-133 à 450 miles au sud du Cap Farewell. Tous les U-Boote présents dans la zone, dont le U-202, vont se ruer au contact du convoi. Les attaques vont se succéder pendant 4 jours. Six marchands seront coulés. Le U-202 n’aura aucune victoire déclarée.
Linder entame son retour vers sa nouvelle base (Brest) qu’il atteint le 23 juillet 1941.
Patrouille 2 :
Départ de Brest le 11 août 1941 pour opérer dans l’Atlantique Nord.
Le U-202 va rejoindre un groupe de U-Boote qui patrouillait au S-E de l’Islande pour intercepter le convoi HX-145. Le convoi ne fut jamais localisé.
Le 27 août après-midi, le U-202 va ouvrir petitement son tableau de chasse.
Il est 14h35, Linder observe un chalutier en action. Il fait tirer une torpille G7e qui frappe le navire côté tribord. . Le chalutier va couler en 15 secondes avec ses 14 marins. Il s’agissait du chalutier islandais Ladylove (230 tons).

(Ladylove)
A compter du 28 août, le U-202 rejoint la meute « Markgraf » (14 U-Boote) positionnée au S-O de l’Islande. Tous les convois semblent avoir été déroutés car aucun convoi ne fut détecté dans un secteur pourtant souvent traversé. Le 4 septembre, la meute reçoit l’ordre de se déplacer plus à l’Ouest pour former une nouvelle ligne de patrouille. De nouveau, les convois ont sûrement été déroutés pour éviter les U-Boote car rien ne fut détecté.
A partir du 6 septembre, la meute se disloque et les U-Boote se dispersèrent sur une large zone au S-E du Groenland. Une fois de plus, les convois semblent avoir été déroutés à l’exception du convoi SC42 qui rencontra de mauvaises conditions climatiques.
Le convoi SC42 fut détecté par le U-85 le 9 septembre à proximité du Cap Farewell.
Il engagea immédiatement le combat, sans résultat. Heureusement, cinq U-Boote de la meute purent rejoindre rapidement la position dans la nuit du 9 au 10 septembre et engager le combat.
Le 11 septembre 1941 après-midi, le U-202 passe à l’attaque et coule le SS Scania (Suédois de 1999 tons au N-E du Cap Farewell.

(SS Scania)
Le SS Scania est à l’arrêt et n’a plus d’équipage quand Finder lance ses torpilles. En effet, le matin même (7h05), le U-82 a tiré une salve de 3 torpilles sur le convoi. Il va observer deux tirs au but : Le SS Empire Crossbill qui coule immédiatement et le SS Scania touché mais non coulé mais qui sera abandonné par équipage. Finder va lancer deux torpilles à 13h32 et 13h37 qui vont envoyer le cargo par le fond.
Ce sera la seule victoire du jour pour le U-202. Par ailleurs, la bataille fera rage jusqu’au 14 septembre. Au total, le convoi perdra 16 navires et 2 endommagés.
Le U-202 va rejoindre Brest le 17 septembre 1941.

Patrouille 3 :
Départ de Brest le 16 octobre 1941 pour opérer dans l’Atlantique Nord.
Alors qu’il était sur sa route pour rejoindre le secteur attribué, le U-202 est dérouté pour opérer contre le convoi SL 89 qui a été signalé par le U-84 le 20 octobre. La chasse restera sans résultat.
Le 23 octobre, le U-202 reprend sa route vers l’Ouest et se joint à la meute « Schlagelot » qui va former une ligne de patrouille au sud du Groenland.
Le 1er novembre 1941, le U-374 signale le convoi SC52.
La meute voit ses effectifs renforcés pour former la meute de circonstance « Raubritter » qui se met en position pour attaquer le convoi.
Le U-202 passe à l’attaque le 3 novembre 1941.
Il tire 3 torpilles sur le convoi à 4h54, 4h58 et 5h05 alors qu’il se trouve au N-E de la Baie de Notre-Dame (Terre-Neuve). Finder observe 2 coups au but et une troisième explosion. A 8h44, il donne le coup de grâce à une épave chavirée, peut-être celle de l’un des navires frappés le matin même.
Au résultat, deux bâtiments ont été coulés par cette attaque :
Le SS Flynderborg, un vapeur britannique de 2022 tons qui perdra 3 membres d’équipage.
Le SS Gretavale, un autre vapeur britannique de 4586 tons qui perdra 38 hommes d’équipage.

(SS Gretavale)
Le U-202 rejoint Brest le 13 novembre 1941 avec 2 pavillons de victoire.
Patrouille 4 :
Départ de Brest le 13 décembre 1941 pour opérer en Méditerranée.
Alors qu’il essaye de franchir le Détroit de Gibraltar de nuit, le U-202 est surpris par un avion Swordfish de l’escadron 812 (FAA). Endommagé, il doit rebrousser chemin.
Il rejoint Brest le 27 décembre 1941.
Patrouille 5 :
Départ de Brest le 1er mars 1942 pour opérer dans les eaux nord-américaines. Il fait partie de la quatrième vague de U-Boote de l’opération « Paukenschlag ».
Il traverse l’Atlantique et le 22 mars, il croise la route de sa première victime.
Il est 0h45. Le pétrolier SS Athelviscount (GB de 8882 tons) navigue en ligne droite à la vitesse de 10 nœuds dans une mer agitée à environ 600 nautiques à l’E-S-E de Halifax. C’est le navire de commandement du convoi ON75 qui s’est dispersé le 19 mars.

(SS Athelviscount)
Linder l’avait repéré depuis plus de 13 heures, mais attendait la nuit pour passer à l’attaque en surface. En effet, lors d’une tentative d’attaque quelques heures plus tôt en immersion, Finder avait constaté que le périscope était défectueux. Il faut donc attaquer en surface, donc de nuit.
Linder tire une salve de 3 torpilles. Une des trois torpilles impacte le tanker côté tribord et ouvre un trou béant de 50 pieds de long.
L’eau envahit la salle des machines et les chaudières, causant une gîte par la poupe. Tous les feux se sont éteints en même temps que les moteurs, mais les opérateurs radio réussissent à envoyer un message de détresse qui sera entendu. Craignant l’explosion des chaudières, le pacha va ordonner l’évacuation de l’équipage dans trois canots de sauvetage dans des conditions de mer difficiles.
Mais constatant que le navire maintient sa position sans aggravation la situation, le pacha et une partie de l’équipage remontent à bord et attendent le levé du jour pour entamer des réparations. Ils auront beaucoup de chance.
Linder va tirer deux coups de grâce à 0h55 et 1h25 qui n’ont pas fonctionnés ou qui ont ratés la cible à cause d’une mer agitée et d’une forte houle.
Comme il ne restait plus de torpilles dans les tubes, Finder fit plonger le U-Boot pour recharger. L’opération durera jusqu’à 5h20. En remontant en surface, Finder constate que le pétrolier a disparu. Il pense donc qu’il a sombré gravement endommagé par deux torpilles, mais il ne sait pas qu’une seule a impacté.
En fait, à cause de la tempête, le tanker à pu quitter rapidement le secteur poussé par des vents forts.
Désabusé, Linder reprend sa patrouille.
Le 1er avril, il va couler le MV. Loc Don (GB de 5249 tons) à 190 milles à l’E-S-S des Bermudes.
Le Loch Don faisait 9,5 nœuds, pas de zigzag quand, sans prévenir, une torpille a percuté la salle des machines au milieu des navires du côté bâbord. Trois marins ont été coincés dans la salle des machines et ont été tués ou noyés en tentant de s’échapper.
A l’issue, le U-202 initia son voyage retour. Court en carburant, il fut ravitaillé par l’UA le 3 avril à l’Ouest des Açores.
Arrivée à Brest le 26 avril 1942
Patrouille 6 :
Départ de Brest le 27 mai 1942 pour réaliser une mission spéciale sur la côte Est nord-américaine (transport d’un commando pour l’opération « Pastorius »).
La traversée se déroula sans problème.
Une fois le commando déposé à Amagansett, à environ 184 km à l'est de la ville de New York, sur Long Island , le U-202 entama sa patrouille le long de la côte Est.
Le 22 juin à 12h34, Linder envoie par le fond le cargo argentin SS Rio Tercero (4864 tons) à 120 miles au large de New-York.

(SS Rio Tercero)
Le Rio Tercero est un navire « neutre ». Il navigue sans escorte sur une route directe. Finder va tirer 3 torpilles. Le cargo est frappé et va couler lentement avec 5 marins, permettant au reste de l’équipage d’embarquer dans les canots de sauvetage. Le U-202 fera surface et le pacha du cargo fut capturé pour interrogatoire. Ce dernier rejoignait son équipage quand un avion se présenta obligeant le U-Boot à plonger en catastrophe. Il largua plusieurs charges de profondeur sans conséquence. Un peu plus tard, un dirigeable US largua plusieurs charges sur le secteur. Le U-202 avait déjà quitté la zone dangereuse.
Linder expliquera plus tard que le navire n’avait pas le marquage de « neutralité » et qu’il s’était rendu compte de l’erreur une fois le navire coulé et le Pacha interrogé.
Le 1er juillet 1942 le U-202 va envoyer par le fond le SS City de Birmingham, un transport de passagers (US de 5861 tons) à 250 miles à l’Est du Cap Hatteras.

Le City de Birmingham était en route vers les Bermudes à la vitesse de 11 nœuds. Il était escorté par le destroyer USS Stansbury (DMS 8) en position à un nautique.
A 1h27, juste après que le navire d’escorte eut signalé un changement de cap par drapeaux et signaux lumineux, deux torpilles vont frapper le transport côté bâbord. Une troisième va être observé passant juste devant la proue. La première a impacté la cale n°1 et la seconde sous la passerelle. Toute la partie avant va être inondée amenant un gîte de 45° bâbord. Le navire va couler en moins de 5 minutes. 372 passagers et marins auront le temps d’embarquer dans des canots et des radeaux. Seul 9 hommes perdront la vie.
L’USS Stansbury repoussera l’assaillant à coups de charges de profondeur avant d’embarquer les survivants deux heures plus tard.
Après avoir entamé son trajet retour le U-202 sera ravitaillé en carburant par le U-460 à l’Ouest des Açores.
Le 12 juillet, Linder localise le convoi OS 34 au N-E des Açores. La même nuit, une corvette de l’escorte du convoi obligera Finder à abandonner toute velléité d’attaque.
Le U-202 rejoint Brest le 25 juillet 1942, mission accomplie et 2 victoires.
Le Kptlt. Linder quittera son commandement le 1er septembre 1942 le devoir accompli.
Il est remplacé par le Kptlt. Günter Poser.
Patrouille 7 :
Départ de Brest le 6 septembre 1942 pour opérer dans l’Atlantique Centre.
Le lendemain, alors qu’il traverse le Golf de Gascogne, le U-202 est surpris par un avion Wellington tchèque (311 Esc RAF/Q). Il subit quelques dommages (deux torpille HS) et poursuit sa route.
Après avoir été ravitaillé le 20 septembre par le U-460 au Sud des Açores, le U-202 va se diriger vers un secteur situé au S-E de Trinidad.
Le 29 septembre, alors que Poser s’apprêtait à attaquer un gros pétrolier, un hydravion US Catalina (Sqdn VP-53, USN) attaque avec deux charges de profondeur. Le compresseur d’air sera endommagé, limitant ainsi la capacité à plonger. Néanmoins Pose reprendra la patrouille.
Le 1er octobre, Poser remporte sa première victoire.
Le SS Achille (1815 tons) est un marchand néerlandais qui transporte une cargaison de sucre. Il fait route en zigzag sans escorte à la vitesse de 8 nœuds à 110 miles au S-E de Trinidad.

(SS Achille)
A 22h41, il est frappé par une torpille côté bâbord. L’explosion enflamme les munitions du canon arrière qui détruisent le pont et tuent un artilleur. L’équipage abandonne le navire quelques instant avant le coup de grâce tiré à 23h01. L’impact va couper le navire en deux qui va rapidement disparaître. Les survivants ne seront pas interrogés.
Poser reprendra la patrouille sans résultat.
Sur la route du retour, le7 octobre 1942, le U-202 lancera deux torpilles sur le SS John Carter Rose (US de 7191 tons) au N-E de Cayenne. Endommagé, ce navire sera canonné puis coulé par le U-201.
Le U-202 arrive à Brest le 25 octobre 1942.
Patrouille 8 :
Départ de Brest le 12 janvier 1943 pour opérer dans l’Atlantique Centre, notamment contre les convois à destination de la Méditerranée.
A compter du 23 janvier, le U-202 rejoint la meute « Delphin » au Sud des Açores. Fin janvier, la meute se dirige vers l’Est au N-O des Canaries puis encore vers l’Est, direction Gibraltar. Le 7 février, le U-521 signale un petit convoi côtier (Gib n°2). Les cinq U-Boote les plus au sud dont le U-202 reçoivent l’ordre de le poursuivre. Initialement faible, son escorte se renforce le 9 février et l’opération est abandonnée. Seul le U-264 tente une attaque le 8 février mais sans succès.
Après avoir brièvement chassé un groupe de chasse allié aux alentour de Madère le 11 février, cinq U-Boote dont leU-202 sont ravitaillés par le U-118 au S-S-O de Madère entre le 12 et le 14 février.
Le 16 février ils rejoignent la meute « Rochen » au sud des Açores.
La meute ratisse vers l’Ouest pendant 4 jours puis font route arrière le 20 février.
Deux jours plus tard, la meute est envoyée vers le convoi UC 1 signalé par le U-522 au N-O de Madère. Parti de Liverpool le 15 février, le convoi est constitué de 35 navires marchands et 10 navires escortes.
Le 23 février en soirée, le U-202 prend contact avec le convoi à 500 miles au sud des Açores.
A 21h55, le U-382 tire une torpille acoustique Falke sur le convoi. La torpille passe devant le SS Murena puis explose à l’intérieur du convoi.
A 22h17 et 22h20, le U-202 tire une salve de 2x2 torpilles sur le convoi. Poser signale trois impacts sur trois navires.
La première et la deuxième ont frappé et endommagé le SS Murena et le SS British Fortitude qui ont continués leur route. La troisième torpille a été défaillante, la quatrième frappe le SS Empire Norseman déjà endommagé par le U-382 mais qui continuera sa route. Ce dernier sera envoyé par le fond un peu plus tard par le U-558.
A 22h21, Poser tire la torpille de poupe sur le pétrolier SS Esso Baton Rouge (US de 7989 tons).

(Esso Baton Rouge)
En station n°43 dans le convoi, le tanker est frappé côté tribord entre la salle des machines et les réservoirs arrière. L’explosion emporte la cloison, de l’huile brulante tue un officier et un homme de quart. Un garde armé est tué par les débris. Le reste de l’équipage abandonne le navire alors que le tanker avance encore. Trois radeaux sont emportés. Le pétrolier finira par couler vers 4h00 du matin.
Le U-202 quitte le secteur.
Le 1er mars, le U-202 et quatre autres U-Boote de la meute seront ravitaillés par le U-461 au S-O des Açores.
Les cinq U-Boote vont alors former une ligne de patrouille N-S sous le nom de meute « Tümmler » et se diriger vers l’Est à destination des Iles Canaries et la côte marocaine jusqu’au 12 Mars. Le 11 mars, un convoi rapide et protégé par une couverture aérienne a été détecté. Action impossible.
La meute sera ensuite dirigée vers le Nord à la rencontre du convoi UGS 6, sans succès. A partir du 18 mars, une forte activité aérienne est détectée par les U-Boote. Dans ces conditions, les opérations prennent fin le 19 mars.
Durant les opérations menées contre le convoi, 4 cargos du convoi UGS 6 seront coulés.
Le U-202 va alors entamer son retour sur Brest après un ravitaillement le 24 mars par le U-109.
Le U-202 rejoint Brest le 26 mars 1943.

Patrouille 9 :
Départ de Brest le 29 avril 1943 pour opérer dans l’Atlantique Nord.
Le U-202 rejoint la petite meute « Lech » au S-E du Cap Farewell. A partir du 15 mai, les meutes « Lech », « Iller », « Inn », « Isar » et « Nahe » se regroupent pour former les meutes « Donau 1 » et « Donau 2 ».Le U-202 prend place dans cette dernière.
Les deux meutes vont prendre la direction du S-E pour intercepter le convoi SC 130 localisé le 18 mai dans la zone centre de l’Atlantique Nord.
Fortement escorté de forces navales et aériennes, toute approche est impossible. Ceux qui s’y risqueront le paieront chèrement. Ce convoi sera le tombeau de 3 U-Boote pour aucun navire coulé. Le convoi SC 130 sera le dernier convoi de la bataille de l’Atlantique attaqué avec la tactique « meute de loups ».
Le 18 mai, le convoi HX 239 est signalé à 200 miles du S-E du Cap Race en direction du N-E. Les meutes « Donau » sont dirigées vers le convoi à compter du 20 mai pour l’attaquer. Les patrouilles aériennes alliées à partir d’un porte-avions d’escorte vont obliger les U-Boote à rester la plupart du temps en immersion rendant toute approche et toute attaque impossible.
Après la destruction du U-752 et de nombreux dommages sur d’autres U-Boote, l’opération contre le convoi HX 239 prend fin le 23 mai.
Les jours suivants, l’amiral Dönitz suspend temporairement les opérations contre les convois de l’Atlantique Nord afin d’analyser la situation.
Les U-Boot à court de carburant (dont le U-202) se dispersent alors sur une vaste zone pour donner l’impression, par la détection de leurs transmissions, d’un large déploiement dans l’Atlantique Nord.
Le 27 mai 1943, le U-202 reçoit l’ordre de rentrer à Brest, de s’y ravitailler puis de rejoindre Kiel pour une refonte du sous-marin.

Le 1er juin vers 10h00, il repère une escadre alliée. Malheureusement, il est également détecté par le sloop HMS Starling. Pris en chasse, il plonge en catastrophe et subit les attaques par charges de profondeur du sloop.

(HMS Starling)
Les sloop HMS Wild Goose et HMS Kite vont rapidement renforcer la chasse au U-Boot. Près de 250 charges de profondeur seront lancées. Poser est obligé de plonger aux limites de son U-Boot pour atteindre les 230 m. A cette profondeur il va tenter de s’éloigner silencieusement à petite vitesse.
Toute la journée, les sloops vont rester à l’écoute et attendre patiemment la remontée du U-202 qui se trouve trop profond pour être détruit par charges de profondeur.
Peu après minuit (0h02) Poser est obligé de faire surface par manque d’air et des batteries à plat.
Le HMS Starling le localise rapidement et ouvre le feu avec ses pièces de pont. C’est un véritable déluge de feu.
Poser se rend et ordonne de quitter le U-Boot sans avoir oublier de mettre en œuvre les charges de destruction pour saborder le U-202.
25 heures après le début de l’attaque, le U-202 coule, emportant avec lui 18 sous-mariniers. Le Kaleun et 29 marins seront secourus par les sloops présents.


(U-202 : Position du naufrage)

Liens :
http://www.uboat.net/boats/u202.htm
http://u-boote.fr/u-202.htm

Opération « Pastorius » :
En quoi consistait cette « opération spéciale ».
L'opération se déroula en juin 1942 mais elle échoua rapidement. L'opération fut nommée « Opération Pastorius » par l'amiral Wilhelm Canaris, chef de l'Abwehr, du nom de Francis Daniel Pastorius, qui mena la première installation de colons allemands en Amérique.
Pour cette opération, huit agents ayant vécu aux États-Unis furent recrutés. Deux d'entre eux, Ernest Burger et Herbert Haupt, étaient des citoyens américains. Les six autres, George John Dasch, Edward John Kerling, Richard Quirin, Heinrich Harm Heinck, Hermann Otto Neubauer et Werner Thiel avaient occupé différents emplois aux États-Unis.
Ces agents reçurent une formation rapide aux techniques de sabotage, ils se virent remettre environ 175 000 dollars américains et embarquèrent à bord de deux U-boot allemands (U-202 et U-584).
Leur mission était de saboter différents sites industriels, de transport ou de production d'énergie aux États-Unis, jugés stratégiques : barrage hydro-électrique de Niagara Falls, usines de l'Aluminum Company of America dans l'Illinois, le Tennessee et à New York, écluses de l'Ohio River près de Louisville, la Horseshoe Curve, passage important d'une voie de chemin de fer à Altoona en Pennsylvanie et des ateliers de chemin de fer à Altoona, une usine de cryolite à Philadelphie, le Hell Gate Bridge à New York et la Pennsylvania Station à Newark dans le New Jersey.
Le 13 juin 1942, le U-202 s'approcha de la côte à Amagansett, à environ 184 km à l'est de la ville de New York, sur Long Island. Il débarqua George Dasch, qui était le chef de l'équipe, et trois autres saboteurs (Burger, Quirin et Henck).
L'équipe arriva jusqu'à la côte en uniforme militaire de façon à être considérés comme prisonniers de guerre et non comme espions s'ils étaient capturés. Ils apportèrent avec eux et enterrèrent assez d'explosifs, d'amorces et d'engins incendiaires pour mener deux ans d'opérations. Le groupe ne s'était pas encore complètement changé avec des vêtements civils quand un garde-côte américain, non armé, John C. Cullen, les repéra. Un des agents essaya de le corrompre mais Cullen retourna à sa station de garde-côte et reporta sa découverte à ses supérieurs. Entre-temps, les agents allemands avaient pris un train pour la ville de New York.
Mais à New York, Dasch et Burger firent défection. Dasch alla à Washington, D.C. et se rendit au FBI, les autres membres de l'équipe ignorant cette trahison. Dans les quinze jours qui suivirent, Burger et six autres agents furent arrêtés et les huit furent jugés par un tribunal militaire sur instructions spécifiques du président américain Franklin D. Roosevelt.
Les avocats des accusés dont (Lauson Stone et Kenneth Royall) essayèrent d'obtenir qu'ils soient jugés par une cour civile, en appelant jusqu'à la Cour suprême des États-Unis mais furent déboutés (décision Ex parte Quirin). Le procès se tint dans l'immeuble du département de la Justice des États-Unis à Washington. Les huit agents allemands furent reconnus coupables et condamnés à mort. Roosevelt commua la sentence de Burger à la prison à vie et celle de Dasch à 30 ans, car ils avaient d'eux-mêmes mis fin à leur mission et fourni des informations sur le reste de l'équipe. Les six autres furent exécutés le 8 août 1942 sur la chaise électrique au troisième étage de la prison du district de Columbia et enterrés dans un carré des indigents, nommée Blue Plains dans le quartier d'Anacostia à Washington. En 1948, le président Harry S. Truman gracia Dasch et Burger à la condition qu'ils soient expulsés vers la zone américaine de l'Allemagne occupée.


--------------------
Citation
A me suivre, tu passes !
Go to the top of the page
 
+Quote Post
totorwing
posté dimanche 03 janvier 2021 à 01:41
Message #241



Vent calme

Groupe : Membres
Messages : 6
Inscrit : 02/01/2011
Lieu : Bruxelles
Membre no 18481



Merci beaucoup pour ce beau et énorme travail ! shifty.gif


--------------------
[font="Comic Sans MS"][/font] Totor Wing
Go to the top of the page
 
+Quote Post

10 Pages V  « < 8 9 10
Reply to this topicStart new topic
2 utilisateur(s) sur ce sujet (2 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

 



RSS Version bas débit Nous sommes le : vendredi 05 mars 2021 à 08:02