Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

Flash...Flash...Flash
Mille-Sabords survit uniquement grâce aux dons de ses membres, MERCI !!!>


> Modération

Bienvenue dans la section Monde Naval de Mille-Sabords !

Dans l'intérêt de tous, il est demandé d'éviter les hors sujets et les dérives dans les messages. Nous souhaitons que ce forum soit une source d'information et d'apprentissage pour les membres et que les informations y soient claires et facilement accessibles. La modération sera faite dans ce sens.

Merci de votre coopération et bonne lecture !

13 Pages V  « < 11 12 13  
Reply to this topicStart new topic
> Frégate de 12£ l'Hermione, Voyage 2019 et autres
ybar
posté mardi 24 mai 2022 à 11:32
Message #301


Icône de groupe
Sémaphore 2018

Groupe : Modo de Section
Messages : 3210
Inscrit : 07/04/2007
Lieu : Ardennes belges
Membre no 6490



Citation (Lazuli @ lundi 23 mai 2022 à 19:04) *
Aaaah, mais en voilà une bonne question !
....
J'espère avoir répondu à ton questionnement.

Et oui, cet échange intéressera peut-être d'autres lecteurs...
Car c'est une chose qui m'avais étonné - merci pour cette réponse très détaillée

En conclusion: Faites tous bien attention (puisque le navire est donc si dangereux...) chris.gif


Ce message a été modifié par ybar - mardi 24 mai 2022 à 11:32.


--------------------
L'union fait la force - devise nationale belge - Voir les tutos sur ma chaîne Youtube (cliquez ICI )
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Lazuli
posté mardi 24 mai 2022 à 20:22
Message #302


Icône de groupe
Tempête

Groupe : Modérateurs
Messages : 3282
Inscrit : 14/11/2011
Lieu : La Rochelle
Membre no 20424



Jeudi 02 mai 2019.
10ème jour à bord – 8ième jour de mer.

Durant le quart de Bâbord et Tribord, nous avons bien remonté les côtes Anglaises. À la prise de quart à 4h il fait bien frais et il y a un peu de vent. On porte presque toutes les voiles, et comme ces derniers jours, on enchaîne les réglages. On borde, on brasse, etc. Jamais je n'ai fait autant de réglages, rien à voir avec 2016. Le jour monte et le soleil baigne les falaises. La lumière est juste magnifique ! On règle encore et encore et l'île de Wight commence à bien se dessiner devant nous. Elle est énorme cette île !!! Bâbord commence à monter, ils sont en habits historiques. 8h, ils nous relèvent, en fait non, on doit prendre notre petit déjeuner en vitesse et on doit aller se changer en habits historiques nous aussi et remonter pour mettre la main aux bouts. On fera le quart avec Bâbord, et hop ! Double quart !!! on n'arrête pas de régler, c'est fou... On arrive enfin dans le chenal ente l'île de Wight et l’Angleterre.

Le vent tombe... c'est nul, mais c'est aussi ça la navigation sous voiles. On déborde le POB pour envoyer quelqu'un pour observer la frégate dans le but de soigner l'apiquage des vergues. Puis on continue les réglages à n'en plus finir, les mains souffrent beaucoup, le dos aussi.

La fin du quart Bâbord arrive, on va aller manger et enfin dormir... Et bien non ! On nous retient encore à la manœuvre pour prendre la panne pour attendre le pilote Anglais. Panne qui a du mal à tenir, il faut s'appuyer sur les moteurs pour la maintenir. On n'a pas beaucoup d'eau à courir dans le chenal et il y a un bon courant. Et finalement on nous libère, ouarf... on n'en peut plus, quel quart ! On mange rapidement et on court se coucher, mais ça ne va pas durer, on donne du canon et ça nous réveille bien évidement ! En entrant dans le chenal, plus tôt, on avait déjà allumé le gros fort qui garde l'entrée, le Hurst Castle. Du coup on monte tous pour le prochain quart. On est rincé !

Je commence en barreur 1, c'est trop top ! B1 dans le Solent, la classe. Fatigué mais fier d'être là ! C'est une putain de première pour la marine Française, une frégate de 12 dans le Solent avec le Tricolore haut et clair !!! Le commandant est à la manœuvre, il y a tous les officiers et le pilote anglais, le poste de barre est plein à craquer. On donne du canon des deux bords sur tout ce qui bouge ou pas. Je ne sais pas si c'est pour être solidaire avec le pétrolier-ravitailleur d'hier, mais il n'y a pas un Anglais pour réagir... ne goûteraient-ils pas notre petit passage ? Nous on s'éclate ! On croise un chasseur de mines, que l'on salue de nos canons bien évidement, et pas une réaction de sa part, même pas un salut de la main. Ahhh, so British ! Pourtant la tradition maritime est très forte dans ce pays, mais qu'ont-ils ?

C'est sans précédant historiquement parlant, et donc très fort en symboles, mais quand même. Le pilote aussi à l'air de faire la gueule. Je passe rondier puis veilleur, on sort du chenal et il y a pas mal de choses à annoncer à la VHF, on traverse une zone de mouillage avec un bon nombre de navires marchands. Il faut rester concentrer mais c'est chouette, c'est un bon quart. Quatrième heure, je passe B2 pour terminer le service. On a eu quand même la chance d'avoir été survolé par deux reprises par un Spitfire, le fleuron de la chasse Anglaise de la deuxième guerre mondiale, il nous a fait des figures, ah quel spectacle ! Au moins, un Anglais a apprécié notre passage et il nous l'a bien rendu le bougre. On a eu aussi l'occasion de voir de loin la mâture du HMS Victory, le trois ponts que l'amiral Nelson a commandé et sur lequel il trouve la mort à la grande bataille de Trafalgar !

B2 se passe au plus près avec un vent qui forci. On est sorti du chenal direction une nouvelle transmanche pour toucher les côtes Françaises Normandes. On est rincés, ça ne traîne pas, Milieu fonce au lit une fois relevé par Bâbord.

A suivre...


--------------------
"On se rencontre, on se canonne, on se sépare et la mer n’en reste pas moins salée."
Comte de Maurepas, secrétaire d’État à la Marine de 1723 à 1749


Lazuli
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Lazuli
posté vendredi 10 juin 2022 à 08:03
Message #303


Icône de groupe
Tempête

Groupe : Modérateurs
Messages : 3282
Inscrit : 14/11/2011
Lieu : La Rochelle
Membre no 20424



Vendredi 03 mai 2019.
11ème jour à bord – 9ième jours de mer.

J’ai bien dormi et je ne me sens pas si fatigué que ça. Les vents ont été bons et on a fini de traverser le rail. Il y a pas mal de cargos derrière nous. Mais il y a aussi Cherbourg devant nous ! On est très en avance, mais on continue la route. Le vent change un peu et on brasse plus en pointe. Pas mal de réglages encore. On prépare le grand perroquet qu’on établit par la suite. Les écoutes sont difficiles à passer ! Elles sont très courtes. On finit de border aux palans à chaînes en bossant les écoutes ! On continue à régler les voiles un peu partout. Puis je descends pour aider à la mise en place du petit déjeuner pour le levé du bord. Ça consiste à installer les denrées sur les tables et faire la vaisselle. Sur le pont le tiers est au poste de P. Puis vient l’assemblé avec Bâbord. On devrait normalement virer de bord pour reprendre le large pour se représenter en fin d’après-midi devant Cherbourg.
Mais la prévision météo n’est pas terrible, on devrait toucher du vent en début de soirée et nous empêcher de passer le sas du bassin en centre-ville de Cherbourg. Le commandant nous fait donc tenir une position dynamique. On attend les informations des pilotes pour la météo locale. Il semble qu’il y ait une petite fenêtre météo pour le début de l'après-midi. La bonne nouvelle, c'est que Milieu ne sera pas de veille à quai ce soir ! On pourra faire relâche si on arrive pas trop tard ce soir. Mais pour l'heure je pars à la sieste.

Le canon me réveille (moi et les autres), Un seul coup ! Ca m'intrigue, je monte sur le pont pour voir une goélette de la Marine Nationale, c'est l'Étoile sur l'avant bâbord. Le commandant l'a saluée. Il fait bien beau et le bateau avance tranquillement sur une mer plate. On est en avance pour arriver sur Cherbourg, La ville semble avoir demandé de ne pas arriver trop tôt, on est déjà un jour en avance, mais en plus les gens travaillent, il n'y aurait donc personne... Le commandant fait donc faire un virement vent devant. Tout le monde à la manœuvre ! La mécanique d'un virement vent devant est très fine. Le silence est de mise parmi les gabiers, il faut être vif et réactif, ça se passe vite car nous ne sommes pas beaucoup, du coup on galope sur différents postes. Ce virement est sous les ordres de l'officier navigation. "À Dieu va !", et on lance la manœuvre. Je suis affecté aux cargues points de GV. Nous sommes quatre dessus. D'abord celles sous le vent. L'ordre tombe, "levez les lofs !", on bourrine comme des cons dessus. Le point d'écoute monte, on tourne et on file rapidement sur la cargue au vent. Une fois fait on descend dans la grand-rue pour passer sur les écoutes de misaine est les amures de GV. Et d'autres choses qui m'échappe dans ma bannette au moment où j'écris ces lignes...

Le virement s'est bien passé pour le lieutenant navigation. Le commandant en demande un autre. Mais avec le lieutenant canonnier cette fois. C'est une première pour moi ces deux virements coup sur coup. C'est une superbe manœuvre, les ordres fusent et ça galope dans tout les sens, c'est pourtant très réglé. Ça me plait beaucoup !

On fera par la suite un virement lof pour lof, mais avec Milieu seulement, les autres non de quart sont libérés. Puis on établit la route pour du largue pour le reste de l'après-midi. Le vent monte un peu et les premiers nuages arrivent. Ça se gâte un peu. On se rapproche de Cherbourg et les premiers bateaux arrivent pour nous accueillir. Un avion passe à plusieurs reprises, certainement pour des photos. La gendarmerie maritime arrive à son tour et nous escorte en éloignant les plus curieux. Ça sent fortement la fin de la nav', la fin du LEG 01. C'est au tour de la vedette de la SNSM puis de l'énorme remorqueur de haute mer l'Abeille Liberté. Ce remorqueur est titanesque !!! Il donne de la corne de brume, bien sûr on y répond. De notre côté, on s'active, tout le monde est sur le pont. Il faut réduire la voilure. Je pars sur la voile d'étai de grand hunier. Puis on passe sur les cargues de plusieurs voiles carrées. Je monte sur la misaine pour la ferler. On monte au vent sur tribord, puis je passe à bâbord par le trélinguage, je descends sur la vergue et je me déplace vers l'extérieur pour me retrouver proche du point d'écoute. J'ai un gabier très peu performant à la gauche et c'est une horreur... le passage même du trélinguage était épique !!! J'ai cru qu'il n'y arriverait pas, et le passage sur la vergue pire, une catastrophe !!! Comme il n'y arrive pas, je suis obligé de le prendre en main. Pendant que je lui dit où mettre les pieds, je gère ses longes pour sa sécurité. On perd un temps fou !!! On bloque les suivants et ça commence à s’énerver...

Bref on arrive à poste et on commence à remonter la toile, elle est lourde, comme d’habitude ! Mon collègue de gauche rame et n'arrive pas à comprendre ce qu'il faut faire, c'est très agaçant d'autant plus qu'il répond. Au moment de former le sac (dernier pli pour mettre la toile dedans) il n'y arrive plus. C'est la grosse galère, c'est hyper lourd et il ne tient plus rien le bougre. Mais on y arrive quand même, notamment grâce à mon collègue de droite qui, pour le coup, est très bon ! Il a fait toutes les navigations et il touche vraiment sa bille.

Entre temps le petit hunier est descendu sur ses balancines. Il nous couvre complémentent la vue. On en fini avec la misaine et on doit passer sur le hunier pour le ferler lui aussi. Je prévient mon collègue de gauche de me suivre pour monter. Il me répond tout simplement "non". Il ne veut pas car il trouve que c'est trop dur et qu'il ne s'y attendait pas. Bon, je ne peux pas le forcer même si je râle. Bon sang, il a fait quoi pendent toute la nav' ??? Finalement en grimpant les gambes de revers, on me dit qu'il y a suffisamment de monde sur la vergue. Nous
sommes proche de la rade de Cherbourg, on file s'habiller en tenue historique pour l'arrivée. Tout le monde est excité, un atterrissage est toujours un événement après plusieurs jours de mer.

La mer se rempli de bateaux, il y a la Granvillaise ! La bisquine de Granville. En 2016 j'ai eu droit à la Cancalaise, la sœur (presque) jumelle de la Granvillaise. Ce sont mes bateaux préférés avec l'Hermione. La Granvillaise est très belle, elle est sous voiles, c'est majestueux. Le remorqueur La Liberté a ouvert ses lances à incendie et crache de puissantes gerbes d'eau de mer. On prépare les défenses sur la coque. Comme au départ de La Rochelle, je suis à poste sur le porte-haubans tribord de misaine. On avance dans le chenal du port avec à notre droite le chantier Naval Group qui construit les sous-marins Français. Il y a beaucoup de monde sur les quai du port de plaisance, les quais de la villes sont aussi bien garnis. Partout on applaudit l'Hermione, c'est très surprenant, et aussi très agréable, un petit moment de gloire, et je m'y laisse prendre. Les gens nous lancent des bravos à tout va ! Finalement, même avec un jour d'avance les gens sont là !

Puis le bateau se présente devant le sas du bassin de commerce. Il faut revenir au travail, d'autant plus qu'il y a un vent de travers. C'est chaud ! Seulement deux mètres de chaque côtés de la coque pour passer le sas. Il faut ce concentrer sur les défenses et ne pas toucher. Le stress monte d'un cran ! Le lamaneur n'a pas vraiment anticipé et la proue n'est pas alignée au sas au dernier moment !!! On va se prendre la maçonnerie de plein fouet ! Mais à l'arrière le commandant réagit et on donne un gros coup de moteur pour battre en arrière, le lamaneur tire comme un fou sur le côté pour dégager la proue avant de toucher et ramener la frégate dans le sas. Ouf, ça passe à rien, mais ça passe. On défile dans le sas pour déboucher dans le bassin de commerce.

On nous fait faire un demi-tour sur place pour présenter bâbord au quai. C'est plutôt étroit et il y a du vent, mais ce sont tous des pros et ça se fait tranquillement. L'Hermione touche le quai ! On lance les toulines pour que les employés à quai récupèrent les amarres. Ça y est, l'Hermione est saisie, elle est accostée dans la ville de Cherbourg.

Il nous reste encore du travail, on dégage les deux coupées pour les mettre à poste sur bâbord, c'est le travail de Milieu. Tribord et bâbord ajuste les aussières pour peaufiner l'amarrage. Le quai est noir de monde ! Et la nuit s'installe. Je suis avec Dom’ et d'autres de Milieu sur une coupée. On l'installe, on prépare le tout. Le travail continue, on installe le poste sur le quai pour la gestion des sorties de l'équipage.
Le commandement estime que c'est suffisant pour ce soir, ce qui reste à faire se fera demain par le tiers de quart. Il est 22h, on nous libère ! Douche et habits civils. C'est drôle on ne se reconnaît plus, tellement habitués à se côtoyer en tenues de mer. La douche fait un bien fou ! Je ne sais plus de quand date la dernière... Malgré ça, je suis sûr que l'on sent le goudron à dix lieux à la ronde ! Dans le poste c'est la cohue ! On se dépêche, c'est la queue devant les deux douches. On est tous fous de sortir, la première bière fraîche nous attend de pied ferme d'autant plus que nous n'y avons pas eu droit la veille de partir de La Rochelle, le second à bien fait les choses, merci à lui !

Le premier bar que l'on trouve se fait envahir ! La fête est lancée. Ce soir, c'est sûr, certains seront plus fatigués que d'autres. D'ailleurs on est tellement fatigués que très rapidement l'effet de l'alcool se fait sentir, mais j'ai la ferme intention de ne pas céder à la débauche. Je traîne jusqu'à 2h avec un petit groupe, Dom’ nous a rejoint, on est tranquille. Je suis l'un des premier à regagner le bord, je rends ma carte de sortie à la coupée et je file m'endormir, écrasé par la fatigue.

A suivre...


--------------------
"On se rencontre, on se canonne, on se sépare et la mer n’en reste pas moins salée."
Comte de Maurepas, secrétaire d’État à la Marine de 1723 à 1749


Lazuli
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Lazuli
posté samedi 25 juin 2022 à 10:05
Message #304


Icône de groupe
Tempête

Groupe : Modérateurs
Messages : 3282
Inscrit : 14/11/2011
Lieu : La Rochelle
Membre no 20424



Samedi 04 mai 2019.
12ème jour à bord – à quai

Je me réveille un peu fourbu mais je tiens très bien le pavé ! Fier de ne pas avoir cédé à la fête. Je mange à bord ce midi et on part visiter avec quelques copains le Cité de la Mer. Il y a le SNLE, le Redoutable, et on peut le visiter !!!!! D'ailleurs je n'y vais "que" pour ça. Et je ne suis pas déçu, il n'y a personne et je le détaille comme un fou, la visite m'impressionne beaucoup ! La visite de la Citée de la mer durera 4h ! Le petit groupe rentre un peu ramolli, c'est quand même quelque chose de redevenir terrien, c'est même fatiguant.

Le tiers Milieu est un bon groupe, on s’entend tous plutôt bien. On se fait donc un restaurent tous ensemble, Kenan est aussi là et Dom’ aussi, c'est cool. On partage un bon moment. C'est braillard et bon enfant. Certains partent dans les bars, d'autre rentrent à bord. Je vais boire un coup puis retourne moi aussi à bord.

A suivre...


--------------------
"On se rencontre, on se canonne, on se sépare et la mer n’en reste pas moins salée."
Comte de Maurepas, secrétaire d’État à la Marine de 1723 à 1749


Lazuli
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Lazuli
posté dimanche 26 juin 2022 à 17:44
Message #305


Icône de groupe
Tempête

Groupe : Modérateurs
Messages : 3282
Inscrit : 14/11/2011
Lieu : La Rochelle
Membre no 20424



Dimanche 05 mai 2019.
13ème jour à bord – à quai

On s'est couchés un peu tard hier, mais on doit quand même être à l'assemblée de 8h ce matin car on est de renfort depuis hier 18h. On ne nous a pas sollicités hier, mais ce matin on travaille. On ne nous embête pas trop ! C'est même cool de travailler un peu à bord. Ce n'est pas vraiment compliqué, on nous demande de dégager le POB dans la grand-rue pour déborder le petit canot sur tribord. Puis on nous laisse relativement tranquille le reste du temps.

Cette année il y a une notation de l'équipage mis en place pour faire une sorte de carte d'identité des gabiers. Ça servira à programmer, suivant les différentes navigations futures, le type de gabier selon les compétences adaptées aux LEG. Il faut dire que sur la navigation de 2018 les conditions météos sur certains LEG ont laissées des traces...

Nos chefs (chef de quart, chef de tiers et adjoint) nous font passer un par un dans la Sainte-Barbe pour nous noter. On se croirait un peu à l'école mais c'est plutôt cool ! C'est très long, alors on attend, et on attend encore... Et mes filles me manque, j'ai envie de rentrer. Midi passe est je ne suis toujours pas passé. Sur le forum de Gérard Delacroix, j'ai la fais connaissance de Fredo, il est de Cherbourg et il travaille chez Naval Group le fabriquant historique des sous-marins Français. On s'est promis de se voir lors de mon escale. Il est passé la veille pour fixer le rendez-vous d'aujourd'hui. Comme nos chefs nous donnent quartier libre pour l'après-midi, on s'est calé le rendez-vous à 13h30 pour que je lui fasse visiter le bateau et lui en retour me promènera autour de Cherbourg. Et l'heure arrive et je ne suis pas encore passé devant la cour martiale ! Tant pis, je préviens un collègue que je reste à bord pour faire visiter et je passerai plus tard.

13h30, Fredo est là ! Je lui fait la visite, mais je ne lui montre que de loin les tiers, il y a du monde qui y vit alors on conserve un peu d'intimité vis-à-vis des visites privées. On croise un collège qui me dit que mon tour arrive, ça tombe bien je passe à proximité de la Sainte Barbe. On y rentre et les chefs laissent Fredo participer en spectateur au jugement ultime. Du coup il est tout content de pouvoir toucher de près la vie du bord, normalement réservée à l'équipage. Bon en même temps si ça ne devait pas bien se passer, je pense qu'il aurait dû attendre dehors.
Tout va pour le mieux pour moi. Ma présence à bord est souhaitée, on ne me propose pas encore le poste de chef de hune par manque de temps de navigation et donc d'expérience. Je n'ai fait que deux nav' et un LEG à chaque fois. C'est donc encore un peu juste pour prétendre une responsabilité dans la mâture. Sûrement la prochaine fois. Après je n'ai pas vocation à être chef. Je recherche d'autres choses sur la frégate. Je n'ai donc aucun problème avec ça et je ne me proposerai pas pour être chef de hune.

Par la suite Fredo me montre où il travaille et aussi plusieurs points de vues de Cherbourg. En fait il y a des hauteurs autour de la ville qui, elle, baigne les pieds dans l'eau. On peut donc voir la rade en plusieurs endroits. C'est plutôt beau vu d'en haut, la rade est très belle est toute particulière avec les forts qui l'entourent.

De retour, et avec des promesses de revenir pour visiter les sous-marins de type Barracuda avec Fredo, je file manger. Je mange à bord ce soir car Milieu passe de service à 18h. Je profite d'être à bord pour trouver Kenan le second, dans la grande chambre pour partager des infos d'archives.

"Chef de nous", me demande avec trois autres de l'accompagner pour profiter de l'ouverture du sas et du pont tournant pour aller chercher le petit canot qui a fait une sortie. On s'y rend à pied et on descend sur les pontons pour récupérer le canot. Sauf qu'entre temps le pont tournant est remis à poste ! Bâh ! Qu'à cela ne tienne, le sas lui est toujours ouvert. On saute à bord, on déborde les avirons et on nage vers l'entrée du sas. On passe sous le pont, nos têtes ne sont pas loin de la structure, c'est marrant ! Puis on vient se mettre à couple de la frégate. On regagne le bord via l'échelle du bord. Je pars me coucher par la suite car je suis de quart de coupée cette nuit de 2h à 4h.

A suivre...


--------------------
"On se rencontre, on se canonne, on se sépare et la mer n’en reste pas moins salée."
Comte de Maurepas, secrétaire d’État à la Marine de 1723 à 1749


Lazuli
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Lazuli
posté mercredi 29 juin 2022 à 20:41
Message #306


Icône de groupe
Tempête

Groupe : Modérateurs
Messages : 3282
Inscrit : 14/11/2011
Lieu : La Rochelle
Membre no 20424



Lundi 06 mai 2019.
14ème jour à bord – à quai

On me réveille à 01h50 pour faire le 2/4h à la veille de coupée sur le quai. Ça pique un peu les yeux, pas trop dormi. Dehors il fait super froid ! On fait connaissance avec la viande saoule et on relève les deux compères pour qu'il aillent dormir. Un des nôtres est particulièrement imbibé. Et il est très chiant et fait n'importe quoi. Il invite à visiter le bateau à un vigile sur le quai. À 2h du matin... Il braille fort et il ne comprend pas qu'il ne peut pas faire monter le vigile. Il part dans une grosse colère avec les insultes qui, généralement, accompagnent ce genre de comportement, bref, il nous les casses et il risque de réveiller beaucoup de monde à bord. Il ne va pas se faire que des copains sur ce coup. Il fini par monter à bord et aller se coucher. Pfff...
A 3h30 je monte à bord pour faire ma ronde de sécurité, on vérifie bien la tension des amarres et tout le reste comme d'habitude. RAS. Avant de remonter je passe par le tiers Milieu pour secouer doucement la relève pour le 4/6h.

On se couche à 4h15 et à 6h debout !!! Ouch, c'est dur là. Normalement on a droit à une petite grasse matinée mais pas ce coup-ci. Il faut super froid et il faut déjeuner rapidement un petit truc car à 6h30 il y a une livraison de nourriture. Et effectivement le camion frigo arrive à l'heure. Comme à La Pallice je me poste au pied de la coupée sur le quai. Il y a moins de tonnes qu'à La Rochelle. C'est bien rapide, l'équipage au complet est très efficace. Les surgelés nous font mal aux doigts.

Après le chargement on nous envoie faire les sacs... Je prends conscience que j'ai fini mon embarquement et que le bateau va débarquer et remplacer un bon tiers de l'équipage et que l'Hermione va reprendre la mer. Sans nous, les débarquants. Ça fait malgré tout un drôle d'effet, mais je vais enfin retrouver mes filles ! Bon, il faut se secouer pour l'heure car on doit quitter le bord pour 11h. C'est du coup le grand ménage dans les tiers. Ça braille, ça astique pour les nouveaux venus, ça range, la bonne ambiance est quand même là !

Une fois tout astiqué on est priés de rendre la dotation. Puis de se rendre à notre dernière assemblée à 11h.

Le commandant est très contant de la nav', on a bien manœuvré et ça plaît au Pacha !

Puis enfin les adieux, accolades et autres au revoir. Pour ma part je sais que je retrouverai la frégate à Rochefort pour l'hivernage avec ses travaux quotidiens dont cette grande dame ne peut se passer.

Il est 11h30, le train est a 13h35, on a du temps et avec quelques-uns on se fait un restaurant, puis on se rend tous à la gare et chacun repart dans son monde de terrien.


--------------------
"On se rencontre, on se canonne, on se sépare et la mer n’en reste pas moins salée."
Comte de Maurepas, secrétaire d’État à la Marine de 1723 à 1749


Lazuli
Go to the top of the page
 
+Quote Post

13 Pages V  « < 11 12 13
Reply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

 



RSS Version bas débit Nous sommes le : mercredi 07 dcembre 2022 à 17:30