Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

Flash...Flash...Flash
Mille-Sabords survit uniquement grâce aux dons de ses membres, MERCI !!!>

Don Mille-sabords


 
Reply to this topicStart new topic
> U9 - Patrouille numéro 5 (novembre 1939)
Dagoth_Ur
posté dimanche 02 dcembre 2018 à 18:40
Message #1


***
Petite brise

Groupe : Membres
Messages : 175
Inscrit : 04/01/2018
Lieu : Penvénan
Membre no 28050



Fichier joint  1___Patrouille_5.jpg ( 147.87 Ko ) Nombre de téléchargements : 0


Fichier joint  2___Patrouille_5.jpg ( 125.05 Ko ) Nombre de téléchargements : 0


Fichier joint  3___Patrouille_5.jpg ( 164.11 Ko ) Nombre de téléchargements : 0


Fichier joint  4___Patrouille_5.jpg ( 66.93 Ko ) Nombre de téléchargements : 0


- Avant lente.
Mon U9 se met doucement en ligne derrière notre escorteur qui vient de quitter l'écluse de Brunsbüttel ce 02 novembre 1939. Cette nouvelle patrouille doit nous mener au nord de l’écosse, dans le carreau AN 14. C'est une mission presque à la limite de l'autonomie du sous-marin, nous ne pourrons rester que 2 jours sur place. Nous serions bien plus efficace sur la côte est...mais avec beaucoup de chance on croisera peut être la route d'une grosse baille de la royal navy.

Notre escorte nous donne liberté de manœuvre après nous avoir guidé au travers des nombreux champs de mines de l'embouchure du fleuve, sans mauvaises rencontre heureusement. Je fais prendre un cap direct au nord des îles Shetlands, mais la météo se dégrade rapidement m'obligeant à réduire la vitesse. La pluie arrive en soirée, ce qui dégrade encore plus le peu de visibilité que nous avions.
Cette patrouille semble bien mal partie, nous sommes en pleine tempête avec une visibilité nulle, je ne distingue qu'à peine notre proue...cette journée est extrêmement éprouvante et nous avons nos premiers blessés. Heureusement ce ne sont que des chocs légers. La pluie cesse en début d'après midi de ce 04 novembre ce qui permet de gagner en visibilité mais le bateau est toujours secoué dans tous les sens. Ce qui n'est pas correctement arrimé valdingue, et souvent fini par heurter quelqu'un. Et les repas sont pour moitié avalés, et moitié renversés. Je m'étonnerai toujours que le cuistot arrive à les préparer sans casse.

Mis à part cette météo exécrable, la journée ce déroule sans rien de particulier jusqu'au lendemain à l'aube où je suis réveillé par mon second qui me signal une fumée au loin. Je me rends de suite dans la baignoire qui justifie bien son nom ce matin encore. Le contact est au 334, assez loin. Le veilleur est félicité car j'éprouve la plus grande difficulté à retrouver cette fumée. Nous l'observons plusieurs heures tout en nous approchant doucement, jusqu'à pouvoir l'identifier correctement. Il s'agit d'un cargo d'environ 4000 t naviguant au 51 à environ 8 nœuds.

Fichier joint  5___Patrouille_5.jpg ( 97.74 Ko ) Nombre de téléchargements : 0


Fichier joint  6___Patrouille_5.jpg ( 108.51 Ko ) Nombre de téléchargements : 0


Il n'aborde aucune marque de nationalité et navigue sans feux vers la Norvège. Je me place en position d'attaque et à 8h je lance 2 torpilles, une en impact à 5m et l'autre en magnétique à 10m qui passe dessous sans exploser. Heureusement la seconde explose bien sur sa coque et le coule. Je reste à l'immersion périscopique pour observer son naufrage. Il semble que malheureusement l'équipage ne puisse pas mettre les canots à l'eau à cause du mauvais temps. Une fois certain que le navire coule, nous descendons à 25 m pour recharger les tubes en nous éloignant de cet endroit qui risque d'attirer tout ce qui flotte dans les environs. A 10h nous remontons en surface pour nous éloigner plus rapidement car le radio intercepte beaucoup de trafic dont certain parfaitement identifiés comme étant de la royal navy. Il ne va pas faire bon rester dans le coin.
Un rapport de l'attaque est envoyé à la flottille, contenant une nouvelle fois de sévères critiques sur ces saloperies de détonateurs magnétiques. Nous reprenons une route directe vers le carreau AF78 au nord des Shetlands. La météo continue à s'améliorer et le vent tombe un peu, au soulagement de tous mais surtout des veilleurs. Nous arrivons sans encombre au carreau AF78 dans la nuit, vers 2h30 et inclinons notre route au 271 directement vers notre zone de patrouille.

Fichier joint  7___Patrouille_5.jpg ( 103.64 Ko ) Nombre de téléchargements : 0


La météo s'améliore encore à l'aube: les nuages disparaissent augmentant sensiblement la visibilité et facilitant le travail des veilleurs. Nous sommes assez proche des côtes, à portée de l'aviation anglaise, la vigilance est de mise...
Vers 8h, le radio signal une émission radio au 318 d'un cargo britannique clairement identifié. Une fois de plus, les bavardages des civils les trahissent. Nous tentons l’interception car il n'est pas loin. En avant toute au 000, nous devrions l’apercevoir d'ici 30 minutes, j'ai juste le temps de prendre un bon petit déjeuner. Le contact est établi à 9h au 314 et suit une route vers l'est. Je commence les manœuvres de collecte des données en vue de l'attaque lorsque la veille me signale vers 9h30 une fumée droit devant nous! Ça ce complique un peu, je vais devoir manœuvrer pour éviter le nouveau, et reprendre mon attaque sur le cargo plus tard. Cap au sud et en avant toute, il faut s'éloigner rapidement, nos routes étant convergentes quasiment au point de lancement envisagé. Mais ce nouveau contact semble petit. Je l'identifie finalement comme un remorqueur océanique de 1000t, qui mérite une petite visite. Je décide donc d'attaquer, mais la proximité avec le cargo ne me permet pas de faire dans la dentelle. Après une rapide approche en immersion périscopique, je fais surface à 10h à quelques mètres du remorqueur que je fais copieusement arroser au flak. Le remorqueur prends rapidement feu et l'équipage parvient à l'évacuer. Malheureusement, le radio a le temps d'envoyer un SSS que le cargo capte car il se met à zigzaguer au loin. Je le prends en chasse en surface car il file à 8 nœuds, et fait préparer les tubes 1 & 2 avec des torpilles réglées à 4m en détonation à l'impact. A 11H, nouveau contact au 080!! Cet endroit est un véritable boulevard!! Heureusement celui-ci est très loin, je vais avoir le temps de faire mon attaque sur le cargo qui est un 5500T du type Hope Castle battant pavillon britannique.

Fichier joint  8___Patrouille_5.jpg ( 180.87 Ko ) Nombre de téléchargements : 0


A 11H57, je lance les torpilles...la première stoppe au bout de 300m!!! Mais la seconde atteins sont but qui coule au bout de 15 minutes d'agonie, permettant l'évacuation de son équipage. Je ne m’inquiète pas pour eux, le navire aperçu avant le torpillage va sûrement venir les sauver dans quelques heures. Nous reprenons la route vers ma zone de patrouille.

Fichier joint  9___Patrouille_5.jpg ( 59.54 Ko ) Nombre de téléchargements : 0


L'alarme retentis à 13h30 lorsque la veille signal un avion: c'est comme si une tempête se déchaînait à l'intérieur du sous-marin! Ça hurle les ordres de plongée, les compte rendus d'action, ça cours vers le compartiment des torpilles, tout est projeté en l'air!! Mais tout a été répété maintes fois et fonctionne à merveille sans accros. Le U9 s'enfonce sous les flots et évite la détection.

Nous faisons surface une heure plus tard, dans une mer vide, et sous un ciel dégagé de ces cochons d'aviateurs. Cap vers le carreau AN13 pour rejoindre notre objectif avec une météo qui tourne à la tempête. La nuit est de nouveau agitée car le vent c'est levé et amène avec lui les nuages. La visibilité n'est pas bonne. Au matin, nous interceptons un message radio d'un cargo anglais dans notre 45.

Fichier joint  11___Patrouille_5.jpg ( 99.33 Ko ) Nombre de téléchargements : 0


Cap dessus, nous devrions l’apercevoir dans moins de 2 heures, si la météo le permet. C'est chose faite à 7h20, il est au 322 mais je ne vois pas la proue de mon bateau. Nous le suivrons donc à l'hydrophone, plongée à 25 mètres pour ne pas êtres trop secoués. Il semble suivre une route au 45/50. Je fais surface vers 8h10 après avoir confirmé sa route au 50, pour me placer devant lui et me mettre en position de lancer ma dernière torpille.
C'est un cargo avec une cheminée, 4 mats et un îlot central. Il doit jauger 2000 à 3000 tonnes. Naviguant sans marques d'identification, feux éteins et dans les eaux britanniques, il peut être attaqué sans sommations.

Fichier joint  12___Patrouille_5.jpg ( 167.15 Ko ) Nombre de téléchargements : 0


La météo ne le permet pas autrement de toute façon. C'est dur, mais plusieurs commandant ont signalés avoir essuyé des attaques ou tentatives d'abordage lors des sommations faites à des navires de commerce. Je dois être prudent pour sauvegarder mon équipage et mon bateau. A 9h40 je suis en position d'attaque, je n'ai qu'a attendre qu'il passe devant mon tube lance-torpille. Celle ci est réglée à 8 mètres en magnétique. 10h09: Torpedo LOOS! Léger tremblement du U9 qui me signal avant l'officier torpilleur qu'elle est partie...et passe sous la cible sans exploser! C'est une immense déception, une nouvelle fois le matériel nous fait défaut, ils vont m'entendre quand je vais rentrer.

Nous reprenons la route vers notre zone de patrouille, mais l'atmosphère est lourde à bord. A 14h, on me signale une fumée au 046 et je fais route pour l'intercepter. Le contact est confirmé 3/4 heure plus tard, c'est un gros, au moins 8000 tonnes qui file plein est à 6 nœuds!

Fichier joint  13___Patrouille_5.jpg ( 165.01 Ko ) Nombre de téléchargements : 0


Mais nous n'avons plus de torpilles et le mauvais temps nous empêche de l'arraisonner. Je décide donc de le suivre et de le signaler par des messages radio toutes les 15 minutes. Peut être qu'un autre U-boot pourra s'en occuper. Cela dure 2 heures, mais personne n'accuse réception de mes messages. J'abandonne la poursuite et reprends une route plein ouest vers le carreau AN13 que nous atteignons le lendemain matin.
La météo est mauvaise, les nuages bouchent la vue et le vent souffle à 12 m/s. C'est la douche voir le bain assuré pour les veilleurs. Le carburant est presque à moitié épuisé par nos poursuites, nous ne pourrons pas rester plus de 24 heures sur zone. Il va falloir discuter de l'utilité de cette zone pour nos type2 à l'autonomie limitée en rentrant à Kiel.
A 14h, la pluie s'invite et annule toute visibilité encore une fois. Mais malgré ça les veilleurs parviennent à détecter un cargo vers 16h. Il navigue à une route opposée à la notre. Je le suis le temps de l'identifier et de calculer sa vitesse et son cap. C'est un joli cargo de 5500 tonnes du type Hope Castle filant 5 nœuds au 225. De nouveau je signale sa présence toutes les 10 minutes, au cas où un U-boot serait dans les parages, mais de nouveau aucun accusé de réception.
Fichier joint  14___Patrouille_5.jpg ( 35.22 Ko ) Nombre de téléchargements : 0

A 18h, le chef m'informe que le carburant est à 50%. Sans torpilles, et sûrement un souci de radio, je décide de mettre fin à la patrouille et de rentrer à Kiel. Après concertation et calculs divers avec l'officier de navigation, nous prendrons une route qui nous ferra passer entre les Orcades et les Shetlands. C'est direct et nous serrons protégés par le mauvais temps qui empêche les avions de voler. Seuls les escorteurs et destroyers pourraient nous détecter, mais ils sont comme nous: il ne doivent pas y voir grand chose.
Nous voilà donc en route vers la Mère patrie, longeant les cotes écossaises.
Le vent faiblit un peu lors de notre passage dans le détroit, mais la couverture nuageuse et la pluie continuent a bien nous cacher. Le 9 en soirée, le radio m'apporte un message urgent destiné à tous les U-boot à l'est des cotes britanniques: un gros convoi est signalé en AN44. Il avancerait à 6 nœuds cap au 50. Un rapide contrôle sur la carte nous confirme qu'il s'éloigne en longeant la côte au plus prêt.
Fichier joint  15___Patrouille_5.jpg ( 165.04 Ko ) Nombre de téléchargements : 0

De plus nous n'avons plus de torpille, le carburant diminue et nous n'allons qu'à peine plus vite que lui alors qu'il est à plus de 130 milles de nous. Bref, il est inatteignable. Nous poursuivons donc notre route. La météo s'améliore enfin et la pluie cesse.
Le lendemain midi, un message du BdU me met dans une colère noire: il nous est ordonné de ne plus utiliser les torpilles en mode de détonation magnétique suite à un problème technique sur ces détonateurs! Il est bien temps!!

Le convoi britannique nous est de nouveau signalé par radio: il est à l'entrée du Firth of Forth, au carreau AN5 dans l’après midi.
Nous continuons paisiblement notre voyage retour, avec une météo plus clémente et un baromètre qui remonte doucement. Nous arrivons à Kiel le 14, après une nouvelle traversée du Kaiser Willem Kanal sous les acclamations de la foule, et une navigation en toute sécurité que nous apprécions tous et nous détends après cette patrouille mouvementée.
Fichier joint  16___Patrouille_5.jpg ( 104.18 Ko ) Nombre de téléchargements : 0


--------------------
L'important c'est d'avoir un bon cuisinier à bord.


Go to the top of the page
 
+Quote Post
Gibus
posté lundi 03 dcembre 2018 à 17:52
Message #2


Icône de groupe
Typhon

Groupe : Webmasters
Messages : 19873
Inscrit : 23/11/2006
Lieu : Bellerive sur Allier (03)
Membre no 4774



Intéressant récit. bien.gif


--------------------
Le Pacifique est un océan immense. Vous n'y trouverez pas l'ennemi si vous ne le voulez pas. Richard O'Kane.
En patrouille avec SH4 sur USS Skate

Comité de lutte contre le langage SMS, les fautes volontaires sur Internet et les anglicismes
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Dagoth_Ur
posté mercredi 05 dcembre 2018 à 17:55
Message #3


***
Petite brise

Groupe : Membres
Messages : 175
Inscrit : 04/01/2018
Lieu : Penvénan
Membre no 28050



Merci Gibus smile.gif

Ca n'a pas été facile, j'ai eu un gros manque d'inspiration sur celui-ci...


--------------------
L'important c'est d'avoir un bon cuisinier à bord.


Go to the top of the page
 
+Quote Post

Reply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

 



RSS Version bas débit Nous sommes le : lundi 17 juin 2019 à 07:40