Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

Flash...Flash...Flash
Mille-Sabords survit uniquement grâce aux dons de ses membres, MERCI !!!>

Don Mille-sabords


 
Reply to this topicStart new topic
> La capture de l'U-110
tropergol
posté mardi 09 juillet 2002 à 12:18
Message #1


******
Vent frais

Groupe : Membres
Messages : 905
Inscrit : 27/03/2002
Lieu : Toulon (VAR)
Membre no 66



LA CAPTURE DE L'U-110 PAR LE HMS BULLDOG H91


Par divers éléments qu'il est inutile de relater ici, les services de renseignement britanniques étaient parvenus à décrypter les codes militaires allemands de la machine Enigma, dans le cadre de l'opération Ultra, menée dans le plus grand secret depuis les bâtiments de la propriété de Bletchley Park (à 70 km au Nord-Ouest de Londres). Les Alliés n'ignoraient ainsi rien des transmissions de la Luftwaffe et de la Wehrmacht, avantage non négligeable au moment où le IIIe Reich semblait près de triompher. Cependant, Ultra échouait contre les codes de la Kriegsmarine, particulièrement face aux Enigma de l'Ubootwaffe, pour des raisons mal éclaircies. Il importait par conséquent de mobiliser les services secrets afin de percer ces codes. Le sort de la Bataille de l'Atlantique, où la Grande-Bretagne jouait sa survie face aux sous-marins de l'Amiral Dönitz, en dépendait. L'Amirauté britannique avait alors entrepris de capturer un sous-marin allemand intact, afin de saisir tout son matériel de communication. Une occasion avait failli se présenter le 12 février 1940. Ce jour là les britanniques coulèrent l'U-33 alors qu'il mouillait des mines. Ils n'y trouvèrent qu'une Enigma déjà détruite. "Opération extrêmement dangereuse, à ne pas renouveler" écrivait le Grossadmiral Erich Raeder à Hitler pour lui rendre compte de cette perte.

Le premier véritable succès fut remporté le 07 mai 1941. A partir de renseignements obtenus lors de la capture du patrouilleur HMS Krebs au cours d'un raid sur les Lofoten, un groupe de croiseurs et de destroyers avait arraisonné le navire météo KMS Munchen, une équipe d'abordage réussissant à s'emparer d'une Enigma navale, sans oublier le manuel contenant les instructions pour la mise en place des rouleaux des codes. Toutefois, ce dispositif était loin de valoir le butin que la Royal Navy allait saisir à peine deux jours plus tard à bord du sous-marin U-110 (U-Boot Typ IXB).




LES DEUX ADVERSAIRES :
BACKER-CRESSWELL


LEMP



Fritz Julius Lemp était connu pour avoir torpillé en connaissance de cause la paquebot S/S Athenia le 03 septembre 1939, jour de la déclaration de guerre, causant la perte de 112 passagers, dont 28 ressortissants américains, ce qui ne manqua pas de faire protester Washington D.C. Considéré avec Prien, Schepke, Kretschmer, comme l'un des meilleurs "loups de l'Amiral", pour reprendre l'expression de Jean Noli, Lemp avait pris le commandement de l'U-110, après avoir admirablement commandé l'U-30. De mars à mai 1941, Lemp allait couler plusieurs navires de commerce, dont trois cargos. Début mai, le convoi OB-318, composé de 38 navires marchands, transportant des troupes et du matériel pour le front égyptien (et, soit dit en passant, d'importantes quantités de whisky...) se forma au nord des Hébrides. L'U-110 le repéra le 08 mai au matin. Le 09, toujours au matin, l'U-201 (lieutenant de vaisseau Schnee) le rejoignit. Les deux officiers convinrent qu'il fallait attaquer chacun de son coté. Et comme la tactique des meutes n'était pas encore à l'ordre du jour, l'attaque eut lieu ainsi.

Lemp fit tirer quatre torpilles. Mais la quatrième, destinée à un baleinier-usine de 15.000 tonnes, refusa de quitter le tube. Après ses torpilles qui n'explosaient pas, le matériel allemand prouvait une fois de plus qu'il connaissait des ratés.

Soudain, l'U-110 fut repéré. Le HMS Aubretia lui fonça dessus. Lemp donna l'ordre de plonger. Mais les grenades explosaient autour de la coque, provoquant des dégats considérables. Le destroyer HMS Bulldog et le sloop américain USS Broadway rappliquèrent autour de l'Aubretia. Leur grenadage continu aggrava la situation du sous-marin. Au bout d'une heure, la situation à bord était à peu près la suivante : les barres de plongée, le gouvernail, les moteurs électriques et les batteries d'accumulateurs étaient hors service ; en outre, de la fumée se dégageait de ces dernières, et impossible de la réduire, pour cause de destruction de la valve. Conséquence : l'équipage se mit à paniquer.

Le U-boot allait-il couler ? Non : il réussit miraculeusement à remonter à la surface. Ceci pour être immédiatement pris sous le feu du HMS Bulldog, multipliant les dégâts, accroissant la confusion. Lemp n'hésita pas : il donna l'ordre d'évacuation. Evacuation rendue d'autant plus difficile que le Broadway s'était mis à balancer des grenades à faible immersion.


LE DESTROYER HMS BULLDOG S'APPROCHE DE L'U-110


Sur le HMS Bulldog, le capitaine de frégate John Backer-Cresswell, voyant l'équipage abandonner le navire, saisit aussitot l'opportunité qui se présentait. Il allait accomplir le rêve de l'Amirauté : capturer un U-boot intact, ainsi que tout ce qu'il y avait à l'intérieur. Une équipe d'abordage de huit matelots dirigée par l'enseigne de vaisseau David Balme se prépara, tandis que le destroyer fonçait vers le sous-marin désemparé. Lemp, croyant que le HMS Bulldog allait éperonner son bâtiment, ne prit aucune mesure de sabordage et de destruction du matériel de transmission. Il sauta à l'eau, le dernier, comme il convenait. Et ce pour constater que l'U-110 ne coulait pas, que le HMS Bulldog avait ralenti et changé de cap, et que pour couronner le tout une baleinière avait été mise à l'eau avec l'équipe d'abordage à son bord. Les huit marins débarquèrent sur le sous-marin, pénétrèrent prudemment à l'intérieur via le kiosque. Ils réalisèrent alors que rien n'avait été tenté pour saborder le navire. Plus important : tout le matériel Enigma, machines, manuel, tableaux de changement de clés et de roues de secours, tout était intact.


LES MARINS DU HMS BULLDOG H91 VONT ABORDER LE U-110


Informé de cette fantastique prise, Baker-Cresswell, qui ambitionnait de ramener le sous-marin à Scapa Flow, imposa un black-out total. Les prisonniers ne devaient rien savoir au sujet de l'Enigma. Encore moins devaient-ils apprendre que l'U-110, du moins ce qui en restait, allait être remorqué. De toute manière, l'officier britannique n'avait rien à craindre de la part de son infortuné homologue allemand, Lemp. Celui-ci était mort, probablement abattu par les matelots du "Balme", alors qu'il voulait regagner le sous-marin dans l'espoir de compléter le sabordage. Cela dit, les circonstances exactes de sa disparition restent encore méconnues, et le resteront probablement à jamais. Si Baker-Cresswell voulait ramener sa prise en Angleterre, il allait être déçu. Remorqué, mais trop endommagé, le U-boot devait enfin couler, par 80°31 Nord et 33°10 Ouest. Heureusement le matériel Enigma avait été intégralement raflé. Et c'était là le principal.

En raison du caractère explosif de cette récupération, le secret absolu fut mis en vigueur. Lorsque le HMS Bulldog rentra à Scapa Flow, il arborait un pavillon de bataille, indiquant qu'il avait coulé, non capturé, un U-boot. L'équipage dut prêter serment de ne rien révéler de ce qui était advenu. Ce ne fut qu'en 1966 que l'Amirauté laissa filtrer quelques informations. L'étendue de ce succès du Renseignement ne devint vraiment évidente que lors de la divulgation du secret Ultra au cours des années soixante-dix.

Première conséquence directe de cette percée des codes : la destruction d'une bonne partie de la flotte de ravitaillement de l'Etappendiest, service de renseignement et de ravitaillement de la Kriegsmarine. Bletchley Park était en mesure de connaître les moindres mouvements de ces ravitailleurs. Du 04 au 23 juin 1941, dix d'entre eux furent coulés, capturés, sabordés. Mais pour Raeder et Dönitz, le pire était ailleurs. Brusquement, les pertes alliées diminuèrent. Il n'y eut "que" 45 navires coulés en juillet-août 1941, ce qui ne représentait même pas la moitié du tonnage envoyé par le fond au cours du mois d'octobre 1940. Et pourtant les U-boote n'avaient jamais été si nombreux à opérer dans l'atlantique (de l'ordre d'une douzaine au second semestre 1941). Alors que 3.991.641 tonnes avaient été coulées en 1940, les chiffres indiqués pour la période comprise entre le 1er janvier et le 11 décembre 1941 n'atteignent qu'aux environs de 3.800.000 tonnes.

Il est évident qu'Ultra a joué un rôle. Cependant, les Alliés n'avaient pas encore les moyens de traquer efficacement les U-boote (35 sous-marins furent coulés en 1941). L'Amirauté ne disposait pas des fameux bombardiers à long rayon d'action B-24 "Liberator", affectés au Bomber Command alors qu'ils auraient été beaucoup plus utiles face aux meutes de Dönitz. Aussi dut-elle se contenter de détourner les convois des routes empruntées par les sous-marins allemands. Méthode qui avait fait ses preuves, mais qui, à long terme, ne suffirait plus.

D'autres éléments étaient à l'origine d'une telle diminution des pertes. Ainsi l'amélioration du système d'escorte des convois (voir la capacité rapide de réaction des navires britanniques face à l'U-110) ou bien l'entrée en jeu de la marine américaine, bien avant Pearl Harbor, aux cotés des Alliés pour protéger les navires marchands, essentiellement à partir du mois de septembre (voir à nouveau le cas de l'U-110 : un sloop américain contibua à endommager le sous-marin), ce à la suite de l'élargissement de la zone de neutralité au 26e méridien, la mise sous protection du Groënland par les Etats-Unis (10 avril), l'envoi de troupes d'occupation américaines en Islande (07 juillet). Véritable guerre larvée, ces frictions germano-américaines incitèrent le Führer à la prudence et à réduire quelque peu la marge de manoeuvre de sa flotte de guerre.

Cependant Ultra restait un facteur décisif dans ces succès alliés. Et les Allemands, qui avaient perdu le cuirassé KMS Bismarck en mai 1941 (désastre auquel Ultra avait contribué pour une large part), ne semblaient pas réaliser qu'Enigma était le point faible de leur formidable machine de guerre. La commission d'enquête sur le naufrage du Bismarck devait conclure : "Il n'est pas nécessaire d'incriminer un manquement aux règles de sécurité en ce qui concerne le code et les tables de chiffre". Pour elle, l'existence d'un traître au sein du Haut-Commandement de la Kriegsmarine était plus probable que le décryptage d'Enigma. Ce qui n'empêcha pas Dönitz de changer ses codes à plusieurs reprises, par prudence. Le code Requin, en vigueur en 1942, ne fut percé qu'en décembre de la même année. Entre temps, 1942 allait être une année noire pour les marines alliées.


--------------------
_________________________


Chaque minute en Amazonie, on déboise l'équivalent de 60 terrains de football. C'est un peu idiot, il n'y aura jamais assez de joueurs!
[Philippe Geluck]
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Earl
posté mardi 09 juillet 2002 à 12:37
Message #2


*******
Grand-frais

Groupe : Membres
Messages : 1646
Inscrit : 06/03/2002
Lieu : Versailles
Membre no 39



Tout simplement passionnant.
Go to the top of the page
 
+Quote Post
tropergol
posté mardi 09 juillet 2002 à 13:33
Message #3


******
Vent frais

Groupe : Membres
Messages : 905
Inscrit : 27/03/2002
Lieu : Toulon (VAR)
Membre no 66



Si vous voulez lire l'article sur l'aconit allez sur


http://www.netmarine.net/bat/flf/aconit/hi...ire/celebre.htm




--------------------
_________________________


Chaque minute en Amazonie, on déboise l'équivalent de 60 terrains de football. C'est un peu idiot, il n'y aura jamais assez de joueurs!
[Philippe Geluck]
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Earl
posté mardi 09 juillet 2002 à 13:36
Message #4


*******
Grand-frais

Groupe : Membres
Messages : 1646
Inscrit : 06/03/2002
Lieu : Versailles
Membre no 39



J'ai lu l'article sur cette corvette des FNFL smile.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post
tropergol
posté mardi 09 juillet 2002 à 13:46
Message #5


******
Vent frais

Groupe : Membres
Messages : 905
Inscrit : 27/03/2002
Lieu : Toulon (VAR)
Membre no 66



Les Allemands étaient étonné de voir des pompons rouges sur le pont ils croyaient qu'ils avaient été coulé par des Britisch.

Le hasard voulu qu'à bord de l'Aconit se trouvait un Alsacien habitant un village à la frontiere Allemande, et qu'a l'interieur du sous-marin se trouvait un Allemand habitant le même village.
Leurs parents avaient décidés à leur époque s'ils voulaient être Allemands ou français.
Ils n'en coyèrent pas leurs yx quand ils se reconnurent, car les 2 villageois étaient amis :!: :!: :!:


--------------------
_________________________


Chaque minute en Amazonie, on déboise l'équivalent de 60 terrains de football. C'est un peu idiot, il n'y aura jamais assez de joueurs!
[Philippe Geluck]
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Earl
posté mardi 09 juillet 2002 à 13:48
Message #6


*******
Grand-frais

Groupe : Membres
Messages : 1646
Inscrit : 06/03/2002
Lieu : Versailles
Membre no 39



Les frères ennemis... thème inoubliable mais parfois si vrai...
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Phullbrick
posté mardi 09 juillet 2002 à 17:43
Message #7


Icône de groupe
Typhon

Groupe : Membre d'Honneur
Messages : 13097
Inscrit : 25/02/2002
Lieu : France
Membre no 2



la vache la photo !!! excusez moi mais c'est impressionnant toute cette eau qui monte en colonne !


--------------------
Go to the top of the page
 
+Quote Post
Earl
posté mardi 09 juillet 2002 à 17:50
Message #8


*******
Grand-frais

Groupe : Membres
Messages : 1646
Inscrit : 06/03/2002
Lieu : Versailles
Membre no 39



Un obus en très faible immersion smile.gif
Go to the top of the page
 
+Quote Post
tropergol
posté mardi 09 juillet 2002 à 19:23
Message #9


******
Vent frais

Groupe : Membres
Messages : 905
Inscrit : 27/03/2002
Lieu : Toulon (VAR)
Membre no 66



Ils ramassent gros temps en dessous!


--------------------
_________________________


Chaque minute en Amazonie, on déboise l'équivalent de 60 terrains de football. C'est un peu idiot, il n'y aura jamais assez de joueurs!
[Philippe Geluck]
Go to the top of the page
 
+Quote Post
M-S_BZH
posté mardi 09 juillet 2002 à 19:34
Message #10


***********
Cyclone

Groupe : Membres
Messages : 7086
Inscrit : 25/02/2002
Lieu : Brest même! :)))
Membre no 13



Torpilles sous l'atlantique montre très bien pour cela laugh.gif


--------------------
Go to the top of the page
 
+Quote Post

Reply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

 



RSS Version bas débit Nous sommes le : mercredi 22 aot 2018 à 09:26