Aide - Recherche - Membres - Calendrier
Version complète : Réalisme GWX
Forums Mille-Sabords.com > Mille-Sabords : Simulations de la 2ème Guerre Mondiale > Silent Hunter III > Le bar du port de Kiel
s650psy
Bonjour amis Kaleunt,

Je viens de trouver dans un livre ("les hommes des U-Boote" - Jean Delize) les consignes permanentes d'Otto Kretschmer pour arriver à l'efficacité permanente. Il y expose entre autres les 2 points suivants :
- De nuit, en présence de la Lune, le U-Boot se placera du côté non éclairé du convoi. Les cibles seront silhouettées dans la lumière et le sous-marin sera dans l'obscurité.
- Si pas ou peu de Lune, attaquer au vent. Les vigies ennemies observant face au vent recevront embruns et/ou pluie et seront toujours moins efficaces que celles qui observent vent dans le dos.

M'étant remis à SH3-GWX (ordi. trop faible pour SH5), j'aimerai savoir si la simulation tient compte des ces remarques ?

Bonne chasse à tous.
Lazuli
Pour la pluie et le vent, je ne pense pas, mais pour l'exposition à la lumière il me semble que si.
A faire confirmer, mais j'en eu cette impression là.
Gibus
Citation (s650psy @ samedi 28 novembre 2015 à 08:42) *
- Si pas ou peu de Lune, attaquer au vent. Les vigies ennemies observant face au vent recevront embruns et/ou pluie et seront toujours moins efficaces que celles qui observent vent dans le dos.

A moins que je n'aie rien compris, cette recommandation me paraît bien curieuse.
En gros ça laisse à penser que si pas de lune et vent dans le mauvais sens on n'attaque pas, vu que c'est l'un ou l'autre.
Ça laisse à penser aussi que les vigies ennemies sont dehors en plein vent. J'ai un doute ...
<S639>AMAZONE
Citation (Gibus @ samedi 28 novembre 2015 à 15:18) *
Ça laisse à penser aussi que les vigies ennemies sont dehors en plein vent. J'ai un doute ...

Salut !
Concernant la stratégie de l'IA je suis trop nul pour émettre un avis.
J'ignore ce que font les vigies ennemies. mais ce qui est sûr, concernant mon UBoot en surface c'est que le personnel est bien de quart à la passerelle même par gros temps.
Il adopte la tenue adéquate.

et je rajoute ceci si ça intéresse quelqu'un:

Les bâtiments de surface de la Marine Nationale effectue la navigation

1 en "Tenue de Veille" :
-- la veille passerelle s'effectue aussi à l'extérieure (Fly Bridge),
-- les vigies équipés de jumelles scrutent l'horizon les angles morts le long de la coque, et les objets affleurant la surface.
-- à l'aide des alidades effectuent des relevés d'amers ou de navires (afin de lever le doute avec les "plottes radar" surtout en été avec les curieux plaisanciers)
Ils sont exposés aux intempéries, donc naturellement côté au vent "ils en prennent plein la gueule" et c'est une faiblesse possible en cas d'attaque sur ce flanc,
aussi une rotation est prévu avec le personnel de la passerelle (timoniers, barreurs, veilleurs, radio et détecteurs)
Bien sûr en cas de gros temps, par mesure de sécurité le personnel reste à l'intérieur, de toute façon il serait inefficace.

2 En "Tenue de Combat"
le personnel est confiné dans le bâtiment, pour se prémunir d'une attaque N.B.C. portes étanches fermées, personne sur le pont ou superstructures.
(Exception possible en cas d'utilisation DCA légères et si risques N.B.C. non avérés)

Les sous-marins actuel de la "Royale" (ou autre) naviguent en plongée et éventuellement en surface, à ces époques c'était le contraire.
Dès lors que le soum est en surface, "l'officier chef du quart" monte à la passerelle (Kiosque) il est suivi par les "veilleurs".
En surface la veille est permanente depuis la passerelle quelque soit la météo (sauf violente tempête).
On peut déplorer parfois la perte de matériel de veille tel que jumelles alidade, parka et armement.
L'ordre de plonger est donné par l'officier chef du quart au P.C.P. en criant "ALERTE" par l'interphone.
Il s'assure que le matériel soit bien rangé et que le personnel ait bien quitté la passerelle.
Etant le dernier à descendre il doit fermer derrière lui le panneau du sas.
En cas de gros temps c'est un poste difficile à tenir. Pour cette raison on désigne la passerelle ... "La Baignoire" !
Gibus
Citation (<S639>AMAZONE @ lundi 30 novembre 2015 à 19:42) *
-- la veille passerelle s'effectue aussi à l'extérieure (Fly Bridge),
-- les vigies équipés de jumelles scrutent l'horizon les angles morts le long de la coque, et les objets affleurant la surface.

Salut Amazone, wink.gif

Le cadre de mon incrédulité se situe dans l'Atlantique, voire la mer du Nord, pendant la Seconde Guerre mondiale à bord d'un U-Boot allemand et de nuit.
J'imagine également que l'ennemi potentiel est un supposé escorteur allié et pas un sous-marin car il n'y en avait pas. Donc la baignoire on oublie.

Dans ce cadre, je ne vois pas bien le commandant d'un escorteur virer ses veilleurs de la passerelle pour leur faire observer je ne sais quoi qui flotte sur l'eau alors que s'il dispose d'un radar, ce qui est probable, il y a de fortes chances pour qu'il soit déjà alerté, la vision humaine nocturne étant comme chacun sait bien moins performante qu'un faisceau radar.
Indépendamment de cela, je pense qu'un veilleur situé à l'abri dans la passerelle a beaucoup plus de chances de choper un kiosque de U-Boot que s'il est dehors et ça j'imagine que le commandant de l'escorteur, il doit s'en douter un peu.

Maintenant, il est probable qu'à l'époque le distingué käpitan zur See Otto von Machin ignorât que les Alliés étaient mieux équipés que lui en terme de détection électromagnétique. tongue.gif
<S639>AMAZONE
Bonjour à tous,

Cher Gibus

Je te prie de croire à mon incrédulité concernant la tienne.
Aussi je fus surpris par ta réponse
Je pense rendre hommage aux hommes qui ont combattu, par un éclairage des conditions réelles maritimes, historiques et techniques.

Je précise concernant les élucubrations du Capitaine Otto Von Machin (Otto Kretschmer). Sans faire l’apologie du nazisme il faut reconnaitre les compétences de certains commandants de UBoot :
« Otto le Taciturne »
En 1939 plusieurs missions mouillage de mines, il coule le destroyer anglais HMS Daring (1.375 tonnes).
1940 ses attaques nocturnes en surface contre les convois, sa devise "Une torpille ... un navire" est créée.
En novembre 1940, il coule trois croiseurs commerciaux armés britanniques :il devient le "roi du tonnage" parmi les sous-mariniers et il ne sera jamais détrôné.
Lors de sa dernière patrouille, il a beaucoup de réussite et attaque 10 navires.
Par chance il est capturé après avoir sabordé l'U-99 le 17 mars 1941 Kretschmer parvient à faire surface et sauve 40 de ses 43 hommes d'équipage.
Je dis, c’est une chance qu’il fut capturé d’une part il n’était plus une menace pour les alliés et d’autre part sa capture fut une grâce pour lui : il était l’un des As survivants.
Imaginez si il avait participé au « Coup de Cymbales », « les jours heureux », puis l'hallali annonçant l'agonie des loups gris.
1955 – 1962 il succéda à différents poste de la Bundesmarine puis Chef d’Etat Major.
1965-1969 Commandant de l'OTAN en Mer Baltique.

Escorte des convois

Mes propos concernaient (indirectement)

- l’Atlantique Nord et la Mer du nord

- Des passerelles des Destroyers, Avisos, Frégates, Corvettes protégeant les convois.
Ne pas confondre avec la « Timonerie Marine Marchande » qui était plus confortable.

- Le commandant ne les vire pas de la passerelle, en veille renforcée, l’extérieure c’est aussi la passerelle. C’est une architecture navale spartiate mais efficace.
(Passerelle Int. Passerelle Sup ou extérieure : dit «la Couronne » et les Ailerons en Ext sur le côté)

- Sous ces latitudes la météo est souvent exécrable :
(si pas de vent alors mer plate mais brume, si vent alors ciel dégagé mais forte houle (en Baltique ou Mer du Nord vagues cassantes), et bien sûr pluie vent et … tempête)
Dans le cas d’une météo entre « chien et loup » l’escorteur roule d’un bord à l’autre l’antenne radar située dans les hauts ne peut avoir toute efficacité.
Au début du conflit les radars « Primaire » (Fréquence inf à 300MHz et long. d’onde sup à 1m)
ont une distance limite Minimale supérieure à 1000 m (par temps calme).
Par la suite les performances augmenteront mais une zone d’ombre de 500m persistera.
Dans les creux de cinq à huit mètres un kiosque de soum est très difficilement détectable ( spot noyé par les échos des vagues) … enfin il y a tellement à dire sur les radars qu’ils mériteraient un simulateur à eux seuls.
Les asdics ? Pas mieux car perturbés par les remous surfaces.

- Une veille depuis l’intérieure dans ces conditions n’était pas idéale. Reflets des cadrans sur les vitres (même en lumière rouge lors des quarts de nuit), celles-ci étaient embuées est ruisselées autant de l’intérieur que de l’extérieur, difficiles à nettoyer et parfois « toilées » par le givre ou la glace. Durant les « douces saisons » les vigies étaient plus aptes à signaler les blocs de glace à la dérive (convois de l’Arctique, Mourmansk).

- Certaines unités étaient équipées d’un poste de vigie dans la mâture (nid de pie) dit « Le Tonneau ».
(non ne me tentez pas par une dérive graveleuse !!! )

Il ne faut pas se référer à la Marine des années 2000
Les radars de SH ne reflètent pas la détection réelle par gros temps (et l’IA en profite), et en regardant les scopes de nos soum je pense qu’ils nous attribuent des supers pouvoirs (il n’y pas de mauvais temps ni pour les radars ni pour les sonars).

En cas de tempêtes violentes, les bâtiments de surface prenaient la cape dans un instinct de survie oubliant l’ennemi, la guerre. Les sous-marins, échappant au chaos, les ignoraient cherchant refuge dans les entrailles des océans.


https://fr.wikipedia.org/wiki/Passerelle_(maritime)
Il faut noter que jusqu'aux années 1970, les dragueurs de mines, certains escorteurs rapides et escorteurs d'escadre de la marine nationale française avaient encore des passerelles découvertes.

Histoire évolution du RADAR
http://server.idemdito.org/pics/mil/radar.html

Combattant canadien
Durant tout le temps passé en mer, les quarts de vigie étaient de quatre heures, entrecoupés de temps de repos équivalents. Pendant les deux ou trois premières semaines, ma tâche consistait à prendre position dans le nid de pie. Lorsque le navire roulait et tanguait, je me demandais pourquoi je m'étais joint à la Marine. Ce que j'avais le mal de mer! Je ne pouvais pas vomir en bas parce que cela aurait abouti sur les officiers présents sur la passerelle. J'ai donc vomi dans mon chapeau et l'ai lavé lorsque je suis redescendu. Je crois que durant les quelques premiers jours tous les gars étaient malades. Toutefois, indépendamment du niveau de malaise que nous ressentions, nous devions effectuer nos tâches. Un homme n'effectuant pas son devoir, si on tient compte des mines flottantes et des sous-marins allemands armés de torpilles, aurait pu être responsable du naufrage du navire.
http://www.veterans.gc.ca/fra/remembrance/those-who-served/diaries-letters-stories/second-world-war/cmitchell

Passerelle sup
http://tse1.mm.bing.net/th?&id=OIP.M11f993ac146f09b8d2aa3c36aa8c39a3o0&w=300&h=300&c=0&pid=1.9&rs=0&p=0

Passerelle destroyers
Video utube WW2 Royal Navy Destroyers

Documentaire La Bataille de l'atlantique WW2 Voir 7 min voir 12 min voir 14min
Documentaire

encore aujourd'hui Jumelles du systèmes Mistral au poste vigie arrière
http://i26.servimg.com/u/f26/11/36/46/11/schiet22.jpg

Primauguet
http://www.meretmarine.com/objets/500/995.jpg

Rien que pour vos yeux
( Au poste de lavage personne à l'extérieur).
Frégate Latouche-Treville en pleine tempête
Lazuli
Pour moi, l'un des meilleur témoignage, et même si c'est un roman c'est du vécu, est le livre La Mer Cruelle.

Si vous ne le connaissez pas (mais j'en doute), sautez-y dessus et lisez-le. Après cette lecture très intense on ne peut que comprendre la très grande difficulté qu'à un escorteur à protéger un convoi. Vent, mouvement du bateau, pluie, nuit, brouillard, fatigue, malade, blessure, décisions, promptitude, etc... C'est juste titanesque.

SH3 GWX 3.0 est une excellente et très bonne simulation !!!! Mais je doute qu'elle prenne en compte tout ces paramètres. Par contre elle en reproduit un certain nombre.
Gibus
Je l'ai lu et aussi vu le film. Excellent.
<S639>AMAZONE
Les deux navires du roman de Nicholas Monsarrat

Cliquez pour voir le fichier-joint
Dans le rôle de la corvette Compass Rose (Classe Flower) une unité grecque est utilisée pour le film, mais conforme au roman.

La Grande Bretagne ne disposait plus d'unités de ce type pour le tournage du film.


Cliquez pour voir le fichier-joint
Ci dessus une sœur de la frégate Saltash, de classe River, citée dans le roman. Dans le film elle a été remplacée par une classe Castle.
Lazuli
Juste en aparté car on s'éloigne du sujet initiale, une corvette de classe Flower est aussi utilisée dans le film Casabianca, adaptation du recit de l'Herminier et de sa fuite de Toulon lors du sabordage de la flotte.
Le film est touné en 1950 et est sortie en 1951, je ne serai dire de quelle Marine vient cette corvette.
Gibus
Tout est dit ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Classe_Flower_%28corvette%29
s650psy
Je vais me le procurer. Après avoir lu "Das Boot" ("Le Styx" dans sa version française) de Lothar-Günther Buchheim, ce sera la bataille de l'Atlantique vue de l'autre côté.

Citation (Lazuli @ jeudi 03 d?cembre 2015 à 20:30) *
Pour moi, l'un des meilleur témoignage, et même si c'est un roman c'est du vécu, est le livre La Mer Cruelle.

Si vous ne le connaissez pas (mais j'en doute), sautez-y dessus et lisez-le. Après cette lecture très intense on ne peut que comprendre la très grande difficulté qu'à un escorteur à protéger un convoi. Vent, mouvement du bateau, pluie, nuit, brouillard, fatigue, malade, blessure, décisions, promptitude, etc... C'est juste titanesque.

Ceci est une version "bas débit" de notre forum. Pour voir la version complète avec plus d'informations, la mise en page et les images, veuillez cliquer ici.
Invision Power Board © 2001-2021 Invision Power Services, Inc.