Aide - Recherche - Membres - Calendrier
Version complète : Concours général An XIII - Partie Critérium du 09-09-2020
Forums Mille-Sabords.com > Mille-Sabords : Simulations de la 2ème Guerre Mondiale > Silent Hunter 4 > Rencontres Multijoueurs SH4
Gibus
15ème manche du concours général
7ème partie du Critérium

Partie inédite, mais variante d'une partie jouée en 2018 : http://www.mille-sabords.com/forum/index.php?showtopic=58035

Présentation des évènements historiques : voir lien ci-dessus et le wiki de Mille-Sabords à la page Opération H, débarquement à Ambon, les forces de bombardement ET de couverture.
Pour les besoins de la mission, la force de couverture est présente sur zone le 23 janvier 1942.


Bulletin météo : à l'aube, visibilité 6 milles, vent de 5 m/sec orienté nord

Compétence des escortes japonaises : élite.

Ordre de mission : inchangé

Lien pour la procédure multijoueurs, option B

La configuration logicielle est la suivante :

Cliquez pour voir le fichier-joint


Mod Fubuki :Cliquez pour voir le fichier-joint

Vous commanderez un sous-marin de la classe Tambor.

Inscriptions dans l'agenda des rencontres multijoueurs.
Hautpoul
biggrin.gif
Une petite vérification de ma configuration ne sera peut être pas inutile.
Quelqu’un de dispo à 20h30 demain (mercredi) ?
Gibus
Je m'y colle.
Gibus
L'ami Sion : Cliquez pour voir le fichier-joint

Vu le nombre relativement réduit de cibles dans cette partie, un petit bonus de 300 points sera crédité au joueur qui aura coulé la première cible le plus tôt, toutes meutes confondues. En cas d'égalité, les points ne seront pas partagés.
Publication du journal de bord obligatoire.

Composition des meutes :
  • Meute 1 : Hautpoul, Billy
  • Meute 2 : Gibus, Gugusse, Mégane
Megane42
voici mon tableau de bord
Cliquez pour voir le fichier-joint
Cliquez pour voir le fichier-joint
BillyBCT
Meute: Billy Hautpoul
Cliquez pour voir le fichier-joint

Journal Billy
Cliquez pour voir le fichier-joint
Gibus
COMPTE-RENDU de la MEUTE 2


06:45 Nous patrouillons en surface au nord de la mer de Banda, à l'ouest des Moluques lorsque des bruits d'hélices sont captés plein ouest, confirmés quelques minutes plus tard par un vol de bombardiers restitué par le radar SD.
07:00 Nous plongeons dès que la distance de détection avec les aéronefs devient critique, sauf Gugusse qui reste en surface et pour le coup s'attire (et pas satyre laugh.gif ) la patrouille ASM. Spécialiste du tir de loin, Gugusse lance sur l'Ushio qui encaisse.
07:09 Deux torpilles plus tard, Ushio est crédité au compte de Gugusse. L'avenir pour lui sera une suite de déceptions.
07:13 Mégane coule un destroyer classe Fubuki, tandis que les porte-avions se séparent et cherchent à nous contourner, l'un par le nord, l'autre par le sud.
07:22 Je coule un destroyer classe Hatsuharu, puis le Yugure, six minutes plus tard, pendant que Mégane se positionne sur la trajectoire du porte-avions sud.
07:28 Mégane coule le Hiryu, puis tente d'intercepter le Soryu qui s'échappe par le nord et qu'on ne reverra plus.
07:35 De nouveaux bruits d'hélices sont détectés plein sud. Mieux placé que mes coéquipiers, je me dirige vers les échos pour voir de quoi il retourne.
07:40 Une escadre de croiseurs lourds est identifiée au périscope : 9.800 mètres, 18 nœuds, droit sur nous. Je m'écarte à bâbord, les destroyers évoluant sur l'autre flanc des croiseurs. Gugusse et Mégane sont sur mes talons prêts à l'attaque.
07:53 Les japonais, maintenant à 17 nœuds et forts zigzags, ne nous ont toujours pas repérés. A 700 mètres, je lance 4 MK-14 sur Haguro puis plonge au fond laissant le champ libre à mes deux compères. Haguro est annoncé détruit.

A moins 90 mètres, j'ignore tout de la situation en surface. Toujours est-il que j'apprends que l'autre croiseur s'est échappé, accompagné d'un destroyer.

08:05 Je remonte à l'immersion périscopique. Le constat est le suivant : le reste de l'escadre s'enfuit par le nord poursuivi par les torpilles de Gugusse et Mégane qui, à plus de 4.500 mètres passent à côté. Je décide de me mêler à la poursuite et prends un cap plein ouest, au cas où ...
08:20 Les japonais virent au sud-ouest et se rapprochent de notre position. Gugusse, dépité, n'a plus de torpilles. Il en reste deux à Mégane mais en tubes arrière.
08:35 Le croiseur Nachi n'est plus qu'à 3.900 mètres et zigzague à 13 nœuds. Je lance une première torpille qui s'arrête et coule avant.
08:37 La distance a diminué et n'est plus que de 3.700 mètres mais le croiseur est sur un cap d'évitement. Je lance une seconde torpille puis 30 secondes plus tard une troisième.
08:40 Ma troisième torpille est annoncée perdue, sans doute aussi en limite de portée. Deux secondes plus tard, impact sur le croiseur. Par un formidable coup de chance, la torpille à continué sur son élan et est venu percuter les hélices du Nachi, annoncé détruit aussitôt.

Mon canard de bord :

Cliquez pour voir le fichier-joint

Incidents techniques : néant. Pas de déco, toujours pas de yoyos.
Soum non rentré : aucun.
Gibus
Suite à une panne informatique, Hautpoul est dans l'incapacité de publier son journal de bord dont il m'a justifié l'essentiel, à savoir : torpillage et destruction d'un destroyer classe Hatsuharu à 07:03 et qui lui permet d'empocher la prime de 300 points.
Hautpoul
Meute Hautpoul - Billy

Tableau des résultats :
Cliquez pour voir le fichier-joint

Tableau individuel :
Cliquez pour voir le fichier-joint

Incidents techniques : néant
Sous-marins non rentrés : néant

Je dois avouer que cette partie de rentrée ne manquait pas de piquant : gros bonnets, destroyers à gogo et menace aérienne continue ont rythmé notre sympathique soirée. laugh.gif
Tentés de couler le navire de pêche afin d’empocher le bonus, nous décidâmes toutefois de rester raisonnables et de prendre la direction de l’escadre japonaise qui descendait vers nous. Toujours plein de fougue, l’ami Billy proposa de rester en surface le plus longtemps possible afin d’attirer aussi vite que possible les lévriers nippons. L’idée n’était pas mauvaise mais les bêtes avaient le cuir épais et nous eûmes maille à nous défaire de ces indésirables. Alors que je me faisais copieusement arroser par les avions japonais, nous nous retrouvâmes bien vite séparés par plusieurs milles et Billy devait jouer de ruse pour échapper au Fubuki et ses frères.
Nous pensions la partie terminée lorsqu’un deuxième groupe ennemi se présenta à nous : je chassais celui-ci avec les quelques torpilles qu’il me restait tandis que Billy poursuivait en surface l’un des deux porte-avions qui nous avait échappé. Malgré l’ardeur et la précision avec laquelle mon camarade canonait sa cible, le vil fuyard prenait lentement mais sûrement la poudre d’escampette.

smile.gif
Gibus
Excellent compte-rendu. On n'en attendait pas moins d'un futur Goncourt. biggrin.gif
Ceci est une version "bas débit" de notre forum. Pour voir la version complète avec plus d'informations, la mise en page et les images, veuillez cliquer ici.
Invision Power Board © 2001-2020 Invision Power Services, Inc.